Tour de France : Chris Froome et ses Sky sont plus forts que tout

Catégories : Webzine

Il lui a suffi de trois attaques, dans la descente vers Bagnères-de-Luchon, dans le vent vers Montpellier puis sur le contre-la-montre de Megève, pour faire la différence : depuis lors, le maillot jaune Chris Froome profite des étapes de montagne pour conforter sa position de patron, en ne laissant aucune miette à ses adversaires, incapables de suivre le rythme de ces Sky impitoyables.

L’image a frappé tous les spécialistes de la Petite reine : alors que les Movistar et Astana s’époumonaient en tête du peloton dans les deux dernières ascensions de la première étape des Alpes, vers Finhaut-Emosson, le maillot jaune Christopher Froome restait tranquillement dans la roue de ses équipiers, toujours au nombre de trois (!) pour les cinq derniers kilomètres de l’ascension suisse. A quatre contre un, les hommes de la Sky apparaissaient tout simplement inébranlables… Et les hommes en noir en ont profité pour propulser Froome vers les sommets, une nouvelle fois, récupérant de dix secondes à plus de deux minutes à tous ses adversaires dans le Top-10 du classement général.

“Je ne suis pas sûr que nous roulons au-dessus de notre niveau habituel, peut-être les autres ne sont tout simplement pas à leur meilleur niveau. C’est mon interprétation en tout cas”, lance d’emblée le manager du Team Sky Dave Brailsford, derrière son visage toujours aussi fermé. “Je pense que la grande différence entre notre équipe et les autres, c’est que mes huit équipiers sont totalement concentrés sur un seul but”, explique Froome, qui précise: “Si vous regardez aux autres équipes, ils ont un sprinter, deux autres coureurs pour le classement général, ils tentent d’aller dans les échappées pour des victoires d’étape. Beaucoup de choses se déroulent sur une course mais j’ai huit hommes, neuf en m’incluant dedans, qui sont dédiés à un seul but, et cela fait une grande différence.”

cyclisme,tour de france,aso,uci,worldtour,christopher froome,team sky,dave brailsford

L’objectif au sein du Team Sky est clair : le maillot jaune sinon rien. Les moyens sont donc mis pour parvenir à ce succès final sur les Champs-Elysées : financiers, humains, sportifs… Tout est fait pour pousser Chris Froome sur la première marche du podium. “Cette équipe a été façonnée comme la sélection britannique pour les Jeux Olympiques à Rio dans quelques semaines. Nous mettons toujours en place l’équipe A quand cela compte vraiment”, continue Brailsford. “Movistar aurait très bien pu le faire mais pour le moment, nous avons notre équipe A face à eux. Nous avons décidé nos priorités, le Tour de France en tête, et nous voulons que tout le monde soit à 100%. Si vous pouvez gagner une seule course et pas une autre, ce serait le Tour et les coureurs alignés ici le savent”.

Alors, tout cela ne serait que psychologique ? Froome affirme pourtant qu’il se sent “plus fort que l’an dernier” dans ces Alpes où il a failli lâcher la première place la saison dernière. “Je suis confiant pour la suite, je pense qu’on fait les bons choix depuis 18 étapes”, rappelle le Britannique. Les Sky sont donc tout simplement les plus forts, l’affirment clairement et le confirment sur la route !

Sur le contre-la-montre en altitude entre Sallanches et Megève (17 kilomètres dont 11 de montée), pourtant parti plus calmement, Chris Froome a frappé une dernière fois les esprits en dominant tous ses rivaux sur les sommets, malgré un vélo de contre-la-montre pour grimper les trois côtes de la journée. Le Britannique s’est ainsi permis de remporter sa deuxième étape, avec près d’une demi-minute d’avance sur le spécialiste du chrono Tom Dumoulin. Il bénéficie ainsi d’un avantage de près de quatre minutes sur le reste du classement général avant les trois dernières étapes ! “Job is done”, le travail est fait, réagit ainsi le maillot jaune après son succès sur le chrono. Que peut-il bien lui arriver jusque Paris désormais ? “Je pense que j’ai un bel avantage, je me sens bien et je suis en confiance. Il va falloir rester tranquille et éviter tout problème mécanique ou autre d’ici Paris. On va surtout contrôler car cela va beaucoup batailler pour le podium”, confie Froome. Le podium, voici ce que les adversaires du Britannique peuvent désormais viser, quatre minutes derrière Froome...

À Megève, Grégory Ienco - Photos : Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.