Tour d'Italie - #13 : Nieve sauve Sky, Amador marque l'histoire en rose

Catégories : Route, Vidéos

Première véritable journée en montagne, dans les Dolomites, la treizième étape du Tour d'Italie a permis aux spécialistes de l'offensive de se démarquer. Si des coureurs déjà largués au classement général ont pu tenter leur chance, à l'image de l'Espagnol Mikel Nieve (Sky) qui a tenu en solitaire dans les vingt derniers kilomètres pour remporter son quatrième succès professionnel, d'autres candidats au maillot rose se sont aussi essayés à l'offensive, comme le Costaricien Andrey Amador (Movistar) qui a usé de la force collective de sa formation pour détrôner Bob Jungels (Etixx-Quick Step) au sommet du classement général.

Mikel Nieve venge le Team Sky

Habituel spécialiste de la montagne, le Basque Mikel Nieve est coincé depuis son arrivée chez Sky dans un rôle de joker de luxe dès que la pente s'élève. Et sur ce 99e Tour d'Italie, il a encore endossé ce statut suite à l'abandon en début de semaine de son leader Mikel Landa, victime de problèmes intestinaux. Sans sprinter (Elia Viviani avait fini hors des délais lors de la 8e étape) et sans patron, le Team Sky se retrouvait quelque peu sans objectif clair pour la suite de la course rose. Il ne restait plus que les étapes à viser... Nieve n'a donc pas manqué de se rappeler au bon souvenir de ses rivaux. Bien placé dans un groupe d'une trentaine de coureurs mené par les Lampre-Merida de Diego Ulissi et les Cannondale de Joe Dombrowski, Nieve a patienté jusqu'à la Cima Porzus, à moins de 35 kilomètres de l'arrivée, pour suivre Dombrowski avant de le lâcher et de poursuivre sa route avec le revenant italien Giovanni Visconti (Movistar).

cyclisme,uci,worldtour,giro,tour d'italie,andrey amador,movistar,mikel nieve,team sky,bob jungels,giovanni visconti,alejandro valverde,vincenzo nibali

C'est dans le col suivant, dit de Valle, que Nieve prenait définitivement ses distances et filait en solitaire vers l'arrivée à Cividale del Friuli, cité construite par Jules César voici près de 2000 ans. Une offensive parfaitement contrôlée puisque le Basque n'avait que deux minutes d'avance sur le peloton des favoris réduit au fil des ascensions. Mais cela a largement suffi pour célébrer son quatrième succès pro, le premier sur un Grand Tour depuis... une étape du Giro 2011, à Val di Fassa, non loin de l'arrivée du jour. "En arrivant dans l'échappée, je me suis trouvé en bonne forme. Je grimpais bien même si les ascensions étaient très compliquées. Heureusement, j'ai été capable de sortir seul, c'est mieux que de tenter une échappée avec quelqu'un", confiait-il à l'arrivée au micro de la Rai. "Nous avions le moral dans les chaussettes après l'abandon de Mikel Landa, mais nous voulons encore gagner des étapes. Nous gagnons aujourd'hui, demain sera une étape difficile, et nous allons essayer sur toutes les étapes de montagne, tant que possible", relance Nieve, visiblement optimiste quant aux chances d'une formation britannique revancharde.

Movistar a tout fait pour Amador

Pendant que Nieve filait vers son premier succès, les équipes des favoris se succédaient en tête du peloton au fil des kilomètres. Sur les pentes flirtant souvent avec les 16%, les grimpeurs remontaient peu à peu le groupe qui perdait de plus en plus d'unités au fil de la journée. Etixx-Quick Step protégeait d'abord le maillot rose Bob Jungels avant de voir les Astana de Vincenzo Nibali mener le tempo. Finalement, c'est une attaque du Colombien Esteban Chaves (Orica-GreenEDGE) qui lançait les hostilités et faisait craquer Jungels. Le Luxembourgeois devait cravacher en solo pour revenir tant qu'il pouvait sur le groupe des favoris.

cyclisme,uci,worldtour,giro,tour d'italie,andrey amador,movistar,mikel nieve,team sky,bob jungels,giovanni visconti,alejandro valverde,vincenzo nibali

Certes, le leader du général était épaulé par Gianluca Brambilla (Etixx-Quick Step) dans les dix derniers kilomètres mais devant lui, les Movistar faisaient le boulot pour assurer au Costaricien Andrey Amador, dauphin de Jungels, le futur maillot rose. Une poursuite qui profitait finalement à Amador. Le coureur du Costa Rica offre ainsi une première tunique de leader d'un Grand Tour à son pays, avec 26 secondes d'avance sur Jungels, avant la deuxième grande étape des Dolomites. "Pourtant, la montée finale ne me convenait pas, j'étais un peu en retrait", explique Amador. "J'ai pu revenir ensuite et défendre ma position en tête. Alejandro (Valverde) est aussi bien placé, tout va bien pour notre équipe."

Nibali annonce déjà la couleur

Car malgré ce maillot rose historique, Andrey Amador ne manque pas son objectif final sur ce Giro : "La vérité est qu'Alejandro Valverde est très fort et ma remontée en tête ne change rien. Il est notre capitaine et je roule pour lui. Nous avons deux grosses journées en vue dont demain, l'une des étapes-reines". Le Costaricien veut donc tout faire pour son leader espagnol, mais ce dernier a perdu quatre précieuses secondes de bonification à l'arrivée de cette treizième étape, débordé par Vincenzo Nibali (Astana) dans la dernière ligne droite. Ce dernier repasse ainsi troisième du classement général, à 41 secondes d'Amador, contre 43 secondes de retard pour Valverde.

cyclisme,uci,worldtour,giro,tour d'italie,andrey amador,movistar,mikel nieve,team sky,bob jungels,giovanni visconti,alejandro valverde,vincenzo nibali

C'est également Nibali qui a surpris les Movistar dans la montée de Valle en sortant dans les pourcentages les plus durs. Ni Valverde, ni Amador n'ont directement sauté dans la roue du champion d'Italie, et c'est finalement Enrico Battaglin (Lotto NL-Jumbo) qui a dû boucher le trou. Sur ces quelques mètres, le leader d'Astana a montré qu'il avait bien récupéré et n'est pas au même niveau que celui dévoilé avant le Giro. Le véritable test aura lieu ce samedi dans les Dolomites avec près de 5.000 mètres de dénivelé positif et la plupart des cols à escalader au-dessus des 2.000 mètres d'altitude. La récupération sera plus difficile, et les purs grimpeurs devront en profiter. L'occasion pour les Astana de faire mal au collectif de Movistar ?

Résultats de la 13e étape (Palmanova > Cividale del Friuli, 170 km) :

Grégory Ienco - Photos : Giro d'Italia/ANSA/Peri-Di Meo-Zennaro - Photo News/Cor Vos/LB-RB

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.