Interview avec Eddy Merckx: "J'aime ce grain de folie qui agite ce diable de Peter Sagan"

Catégories : Entretiens

Entre un Ladies Tour of Qatar qui s'est conclu ce vendredi et l’accueil des Van Avermaet, Cavendish et Kristoff à Doha ce lundi, Eddy Merckx n’a guère de temps à lui. Le meilleur ambassadeur du vélo reste pourtant enthousiaste lorsqu’on évoque en sa compagnie la Primavera, le 100e Tour des Flandres, le Mondial et... des Jeux olympiques où il espère suivre son petit-fils Luca, en hockey.

> Marcel Kittel déjà au rendez-vous de la victoire, à Dubaï, une surprise ?

"Pas vraiment, parce que ses qualités intrinsèques ne pouvaient avoir disparu et en intégrant l’équipe Etixx-Quick Step, il est aspiré par une dynamique du succès dont l’Allemand avait besoin pour retrouver la confiance. C’est très agréable de le voir revenir au top niveau, pour bientôt affronter à haute vitesse les Greipel, Cavendish, Viviani, Ewan pourquoi pas… et Kristoff, qui devrait être un des grands bonshommes de la saison."

> Le Norvégien reprend le collier ici, à Doha, dans quelques jours. En l’absence de Degenkolb, convalescent, il fait figure d’épouvantail des classiques, de Sanremo à Roubaix, non ?

"Il m’a beaucoup plu l’an dernier sur le Tour des Flandres, le contenu de sa prestation et la victoire au bout démontrant qu’il est un athlète très complet, en pleine maturité. Il pourrait être un référent tout au long de la saison. Kristoff a en effet une revanche personnelle à prendre lors du Tour, puis il sera assurément très intéressé par le Mondial d’octobre prochain, ici au Qatar…"

> Sensible à la dimension historique de ce premier Mondial au Moyen-Orient ?

"Forcément. Les dirigeants qataris le méritent, ils ont été les pionniers du projet cycliste dans le golfe Persique et ont depuis fait des émules dans la région. Ils envoient aussi, depuis plusieurs années, un message fort au monde entier en développant la version féminine du Tour du Qatar. Ce n’est pas anodin. Bientôt un risque d’essoufflement ? Je ne pense pas, car les dirigeants locaux viennent de rentrer une candidature afin d’intégrer le calendrier du World Tour…"

cyclisme,eddy merckx,interview,tour du qatar

> Revenons en Belgique, pour évoquer le 100 e Tour des Flandres. Tout le monde rêve d’un énième duel Cancellara - Boonen, arbitré par Kristoff…

"Moi aussi ! (il sourit) Ces deux grands champions méritent une sortie par la grande porte, mais tout le monde se montre pour l’instant prudent à propos de la forme de Tom, quatre mois après sa fracture du crâne. Je suis, moi aussi, prudent à son propos, même si j’espère de tout cœur qu’il pourra jouer avec les meilleurs. Le Tour des Flandres, c’est dans deux mois tout juste, ce qui est peu et beaucoup à la fois. Il ne faut en tout cas plus le moindre contretemps…"

> Ce Ronde titille aussi les envies de Philippe Gilbert, qui espère y être aligné. Votre avis sur ce débat pas tranché ? Van Avermaet et Gilbert doivent-ils être alignés de concert ?

"Tous deux ont le profil de vainqueur potentiel, ils doivent être au départ. Je ne vois pas en quoi la présence de Gilbert pourrait limiter le potentiel et les chances de réussite de Van Avermaet, qui a démontré sur le Tour, en battant Sagan à Rodez, qu’il n’avait aucun complexe à nourrir."

> Eddy, après le Mondial de Richmond, vous aviez exprimé votre plaisir de voir Peter Sagan habillé du maillot arc-en-ciel. Qu’est-ce l’acrobate slovaque apporte au cyclisme ?

"Beaucoup de fraîcheur, de modernité et une agressivité dans la course dont beaucoup devraient s’inspirer. Il a quelque chose d’un peu fou en lui mais j’aime beaucoup cela. Il ne gagne pas toujours mais offre invariablement du spectacle, le public du vélo en a besoin. À lui de confirmer désormais, c’est tout aussi important que sa victoire à Richmond. Pour que ce sacre prenne tout son sens, que son arc-en-ciel soit lumineux, Sagan doit s’imposer au bout d’une des classiques historiques. Milan-Sanremo et ses 300 kilomètres, le Tour des Flandres où il a déjà brillé, sont tout à fait dans ses cordes."

> Quels sont les jeunes Belges que vous tenez à l’œil ?

"Tiesj Benoot et Jasper Stuyven (NDLR : déniché par Axel Merckx) pour les classiques, Tim Wellens sur les reliefs plus vallonnés. Même si je ne pense pas que le Limbourgeois soit capable de rivaliser avec les meilleurs grimpeurs dans les grands tours. Mais… j’espère me tromper ! Que Tim me donne tort lors du prochain Giro et je serai ravi !"

> Les Jeux olympiques de Rio seront un des moments forts de la saison.

"J’en serai ! Pour les épreuves de cyclisme et aussi pour le hockey sur gazon. J’espère que mon petit-fils, Luca (NDLR : fils d’Eduardo Masso et de Sabrina Merckx) sera sélectionné sous le maillot argentin. Pour l’instant, il est en stage à Mar del Plata, après un mois en Inde. Tout se passe bien, j’espère que la sélection suivra…"

A Doha, Eric Clovio - Photos : Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.