Tom Boonen : "Je ne ferai pas l'année de trop, l'envie est encore intacte"

Catégories : Entretiens

Tom Boonen respire encore la joie dès qu'on parle avec lui de gros braquet et de pavés. Le spécialiste des Flandriennes rêve encore de triompher sur la longue chaussée d'Audenaerde ou sur le mythique vélodrome de Roubaix. Même à 35 ans et avec une ouïe perturbée par une lourde chute au dernier Tour d'Abu Dhabi, la star belge d'Etixx-Quick Step est prêt à croquer la saison à pleines dents, même face aux jeunes pousses qui souhaitent se tailler la part du pavé. Interview avec un coureur qui garde les yeux pétillants malgré son expérience déjà impressionnante.

> Tom, tout simplement : comment allez-vous ?

"Bien, même si je ne suis physiquement pas encore à 100 % de mes possibilités. De cet accident, il me reste juste ce problème à l’oreille gauche. J’y ai perdu 40 décibels d’acuité, et je risque de devoir composer avec ce petit handicap toute ma vie. Mais c’est finalement un petit problème (il sourit)."

> La fatigue, les migraines, tout cela est résorbé ?

"Oui, merci. Aujourd’hui, je ressens une fatigue tout à fait normale lorsque je rentre de l’entraînement alors qu’en octobre-novembre, j’ai beaucoup dormi. J’ai consulté plusieurs médecins spécialistes, c’était tout à fait normal compte tenu traumatisme. Le Dr Vanmol m’a conseillé d’y aller mollo en novembre, de patienter encore un peu, ce qui accélérerait finalement mon retour en forme, il avait raison."

> Qu’est-ce qui vous pousse donc à continuer ?

"J’aime beaucoup ce métier, voilà tout. Ma motivation ne découle pas seulement de l’envie de gagner des courses, c’est plus large que cela. Contrairement à Fabian Cancellara par exemple, qui semble rencontrer plus de problèmes que moi, je ne suis pas du tout fatigué par ce style de vie. C’est particulier mais… c’est ma vie."

cyclisme, Tom Boonen, Etixx-Quick Step, interview

> Aujourd’hui, au fond de vous, savez-vous quand vous direz stop ?

"Non, très honnêtement non. J’avance au jour le jour, suis à l’écoute de mon corps, de mon esprit. M’en aller au soir d’une dernière grande victoire ? Je ne pense pas que j’agirais de la sorte si j’avais le bonheur d’encore remporter le Tour des Flandres ou de battre le record de succès à Roubaix. Dans ces moments-là, c’est le bonheur qui prime."

> Vous n'avez pas peur de l’année de trop ?

"J’ai 35 ans, ce n’est pas si vieux (il rit). Si je suis encore là, c’est parce que l’envie est intacte. Je ne veux surtout pas nourrir de regrets une fois que la décision sera prise, car elle sera alors irrémédiable, il sera trop tard…"

> Est-ce possible de revenir au top niveau en vue des classiques flandriennes ?

"Si je vous disais non, que ferais-je donc ici, face à vous ? Je travaille pour aborder mes courses préférées dans la meilleure condition possible. Une fois n’est pas coutume, j’aimerais vraiment être OK dès la mi-mars, ce qui a trop peu souvent été le cas depuis 2012, suite à diverses blessures. Je bosse avec seulement deux dates en tête : les 3 et 10 avril 2016. Le Tour des Flandres et Paris-Roubaix."

cyclisme, Tom Boonen, Etixx-Quick Step, interview

> Vous êtes focalisé sur la course, mais dites-nous malgré tout à quoi ressemblera l’après-compétition…

"Ce n’est pas le bon moment. Disons qu’il existe plusieurs possibilités, que le vélo en fera partie mais n’occupera pas tout mon emploi du temps."

> Papa gâteau, Tom Boonen ?

"Ma vie a changé depuis la naissance des jumelles, comme celle de tous les parents du monde (il sourit). C’est parfois plus difficile de quitter la maison, mais c’est parfois agréable aussi d’un peu vivre à l’hôtel, il y a moins de bruit (il rit)."

Propos recueillis à Calpe, par Eric Clovio - Photos : Photo News/Nico Vereecken

2 Commentaire Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • C'est vraiment un très bel interview ! Il pourrait être blasé et lassé par tant d'année dans ce sport mais malgré les chutes et les blessures il reste passionné et motivé comme au premier jour . On ne peut que lui souhaiter de gagner encore une belle classique . Un 5ème Paris-Roubaix après une échappée un peu folle ça aurait vraiment de la gueule !!!

  • Exemple d'un grand atlete qui est devenu star malgre lui mais qui a toujours garde les pieds sur terre. Grand monsieur dans son sport et loon au dela

Les commentaires sont fermés.