Paris-Tours: l'automne arrive, les sprinters en profitent

Catégories : Route

Si elle ne fait plus partie du calendrier WorldTour depuis 2007, Paris-Tours reste la parfaite classique de clôture de la présente saison, par son profil plat et son final accidenté profitant tant aux sprinters puissants qu'aux puncheurs en quête d'un dernier bouquet. Certes, cette année, la liste des partants de la classique automnale est quelque peu décimée par la concurrence avec le nouveau Tour d'Abu Dhabi (nous en reparlerons...) mais l'épreuve tourangelle offre toujours un panel de coureurs coriaces à l'aube de l'intersaison. Il faudra encore jouer des coudes, surtout sur un parcours aussi rapide.

Les temps forts

Paris-Tours n'a pas forcément la réputation d'un monument tel que le Tour de Lombardie, disputé une semaine plus tôt, et pourtant, cette classique française de fin de saison apparaît comme une clôture parfaite de l'année cycliste, sept mois après Milan-Sanremo, disputé sur un profil similaire: une longue course de placement dans la plaine avant un final plus accidenté. Certes, l'épreuve tourangelle ne peut se targuer de dévoiler le Poggio en fin de course, il n'en reste pas moins difficile pour les sprinters de faire face aux assauts de courageux puncheurs espérant arriver sur la célèbre avenue de Grammont avec un avantage certain.

cyclisme,paris-tours,nacer bouhanni,arnaud démare,europe tour,edward theuns

Ce dimanche, cela risque en tout cas d'être rapide. Le vent soufflera de dos durant près de 150 kilomètres, permettant ainsi au peloton de se dévoiler de tout son long. Il faudra être attentif et ne pas manquer une éventuelle bordure qui pourrait se créer si une rafale se précise sur les routes de la Beauce, le long des champs. Si le peloton traverse déjà ces routes soufflées par Eole sans le moindre tracas, il devra ensuite se préparer aux routes sinueuses menant vers Tours. Avec dans les quinze derniers kilomètres, deux ascensions qui ont déjà fait la différence par le passé: la côte de Beau Soleil puis la côte de l'Epan. Les puncheurs explosifs apprécieront ces pentes à 7% pour s'essayer à l'offensive, avant de jouer au contre-la-montre d'ici l'avenue de Grammont.

cyclisme,paris-tours,nacer bouhanni,arnaud démare,europe tour,edward theuns

Si elle n'est plus aussi longue qu'auparavant (800 mètres au lieu de 3.000 mètres), cette célèbre avenue continue de maintenir le suspense entre un peloton lancé à toute vitesse et des attaquants poussant tant et plus pour rallier la ligne d'arrivée, au long, face à la mairie de Tours. Sur cette ligne droite qui sera cette année face au vent, les emballages massifs ont été nombreux, mais les audacieux peuvent croire en leurs chances, comme l'atteste la victoire du Belge Jelle Wallays (photo) la saison dernière. Il portera d'ailleurs le dossard N.1 sous les couleurs de Topsport Vlaanderen-Baloise cette année, espérant encore rallier l'arrivée en vainqueur avant de faire ses adieux à l'équipe formatrice flamande.

Les favoris

Si la liste des partants n'offre pas forcément de stars du peloton, tous partis sous le (très) chaud soleil d'Abu Dhabi, bon nombre de spécialistes du sprint ou des classiques seront quand même au départ de Chartres ce dimanche. Deuxième de Paris-Bourges après une nouvelle chute sur le Tour de Vendée, le Français Nacer Bouhanni (Cofidis Solutions Crédits, photo) espère ainsi conjurer enfin le mauvais sort et s'offrir une première classique digne de ce nom. Son train sera au complet pour cette dernière épreuve de la saison, il sera donc parfaitement protégé. Reste encore à tenir 230 kilomètres jusque Tours... Face à Bouhanni, l'ancien champion de France Arnaud Démare (FDJ) apparaît comme un rival sérieux malgré des résultats en-deçà de ses espérances cette saison. Quatrième au Tour de Vendée et à Paris-Bourges, le sprinter picard retrouve ses sensations alors que l'automne arrive. Il est donc bien temps de retrouver le succès, cinq mois après ses derniers bouquets glanés sur deux étapes du Tour de Belgique.

cyclisme,paris-tours,nacer bouhanni,arnaud démare,europe tour,edward theuns

Mais vu le scénario des dernières éditions, un puncheur pourrait bien faire la nique aux spécialistes de l'emballage massif ce dimanche. Le Français Tony Gallopin (Lotto-Soudal), septième du Tour de Lombardie, sera ainsi attendu pour faire bosser les autres formations avant d'envisager un sprint de Jens Debusschere ou Pim Ligthart. Chez BMC, on comptera plutôt sur Greg Van Avermaet (BMC Racing Team) pour faire la différence dans ces deux dernières côtes, même si son état de forme semble bien décliner après la déception des championnats du monde à Richmond.

cyclisme,paris-tours,nacer bouhanni,arnaud démare,europe tour,edward theuns

Vainqueur du Tour de l'Eurométropole, le Français Alexis Gougeard (Ag2r-La Mondiale) peut également montrer ses gambettes en action sur les côtes de Beau Soleil et de l'Epan avant de monter d'une dent pour faire parler ses qualités de rouleur. C'est le type de classique qui peut parfaitement lui convenir. Et en cas de sprint en petit comité, le leader de l'UCI Europe Tour, le Belge Edward Theuns (Topsport Vlaanderen-Baloise, photo), fait également office de favori, tout comme un revenant, son compatriote Jasper Stuyven (Trek Factory Racing), qui peut tant jouer sa carte que préparer le terrain pour Danny van Poppel ou Giacomo Nizzolo. Les candidats ne manquent donc pas malgré cette absence supposée de stars.

Le mode d'emploi de la 109e édition de Paris-Tours (231 km):

Départ: 11h30 à Chartres - Arrivée: vers 17h00 à Tours, avenue de Grammont.

La liste des partants: cliquez ici pour la découvrir

Le profil et la carte de l'épreuve:

> Cliquez sur les images pour les agrandir <

cyclisme,paris-tours,nacer bouhanni,arnaud démare,europe tour,edward theuns

cyclisme,paris-tours,nacer bouhanni,arnaud démare,europe tour,edward theuns

Météo:

Entre 11 et 16 degrés, temps nuageux avec de larges éclaircies dans l'après-midi, vent de 15 à 25 km/h soufflant de sud-ouest à sud-sud-ouest.

Palmarès:
2005 Erik Zabel (All)
2006 Frédéric Guesdon (Fra)
2007 Alessandro Petacchi (Ita)
2008 PHILIPPE GILBERT (BEL)
2009 PHILIPPE GILBERT (BEL)
2010 Oscar Freire (Esp)
2011 GREG VAN AVERMAET (BEL)
2012 Marco Marcato (Ita)
2013 John Degenkolb (All)
2014 JELLE WALLAYS (BEL)

Directs TV:
- dès 15h25 sur La Deux (RTBF) avec les commentaires de Laurent Bruwier.
- dès 15h20 sur France 3 avec les commentaires de Thierry Adam et Laurent Jalabert.
- dès 15h30 sur Eurosport 2.
- dès 16h30 sur Een/Sporza (VRT).

Grégory Ienco - Graphiques: ASO/Georoute - Photo: Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.