L’UCI annonce enfin sa nouvelle réforme: un nouveau WorldTour dès 2017

Catégories : Webzine

C’était l’un des grands chantiers annoncés depuis l’élection de Brian Cookson en tant que président de l’Union Cycliste Internationale (UCI), il arrive bientôt à son terme : la réforme du cyclisme sur route professionnel masculin devrait voir le jour d’ici 2017 grâce à un vote confirmé par le Comité Directeur de l’UCI ce mardi, pendant que les juniors et dames se disputaient le titre mondial sur le contre-la-montre à Richmond, aux Etats-Unis.

Nous vous en avions déjà présenté les grandes parties dès fin 2013, après les championnats du monde disputés à Florence, en Italie : Brian Cookson, président de l’UCI, souhaitait réaliser une grande réforme du circuit professionnel masculin afin de mieux représenter les meilleurs représentants du peloton tout en conservant les bases du circuit WorldTour, initié en 2005 sous le crayon de Hein Verbruggen et de son successeur Pat McQuaid. Il s’agissait ainsi de mieux représenter la physionomie actuelle du cyclisme sur route, tout en effaçant une partie du travail du controversé président irlandais, accusé de tous les maux du vélo moderne. Un nouveau classement reprenant toutes les courses du calendrier, un circuit WorldTour plus large et formé de deux divisions, plus d’équipes au sein de l’élite… Ces points avaient été d’abord proposés au Comité Directeur de l’UCI avant d’être présenté aux organisateurs, aux équipes et aux coureurs. Et cela a grincé des dents…

Satisfaire toutes les parties

Notamment au sein des organisateurs qui ne souhaitaient pas voir une perte d’argent massive en cas de calendrier WorldTour trop large. Amaury Sport Organisation, en charge des épreuves françaises majeures, des classiques ardennaises ainsi que du Tour de France et du Tour d’Espagne, a ainsi mis son véto concernant l’ajout de plus de trois épreuves dans ce calendrier nouvelle génération. Or, le projet de Brian Cookson allait bien au-delà d’ici 2019… Il a donc fallu raboter, négocier, représenter et finaliser cette nouvelle ébauche de réforme qui a été présenté ce mardi, à Richmond, auprès du Comité Directeur de l’UCI qui devait donc approuver officiellement ces changements attendus d’ici 2017. Et la version proposée a bien été édulcorée depuis l’annonce de ce projet…

Dix-huit équipes pour trois saisons minimum

Il n’est ainsi plus question de deux divisions distinctes au sein du WorldTour : il n’y aura toujours qu’une division avec, obligatoirement, dix-huit équipes au sein de celle-ci (contre 16, 17 ou 18 selon les années). Ces formations de premier plan devront se soumettre à divers critères « éthiques, financiers, sportifs, administratifs et organisationnels », sur base d’un « cahier des charges » précis. Toutes les équipes devront s’accorder sur ce « cahier des charges » d’ici 2017 afin d’obtenir le statut WorldTour. Les licences ne seront toutefois plus annuelles mais distribuées pour trois saisons. Pour la première période, les UCI WorldTeams resteront donc dans le circuit de 2017 jusque fin 2019.

Des nouvelles courses en vue?

Concernant les courses, les organisateurs devront se soumettre à un autre « cahier des charges » pour pouvoir entrer dans le calendrier du WorldTour. « Seuls les meilleurs événements rejoignent la série », précise l’UCI, qui évoque simplement « un nombre limité de nouvelles courses » qui rejoindront le WorldTour sans préciser ce nombre ni le statut des événements qui font actuellement partie du circuit. La participation à ces compétitions sera également légèrement modifiée, sans autre précision toutefois. Les équipes du WorldTour devraient donc être obligatoirement engagées sur toutes les épreuves de ce calendrier, comme actuellement.

Des nouveaux classements

L’un des grands changements évoqué par cette réforme est également le classement du meilleur coureur de l’année. Cette fois, le classement WorldTour ne sera pas simplement pris en compte, mais plutôt un classement « universel » regroupant toutes les courses auxquelles prendront part les équipes de première, deuxième et troisième divisions. Il y aura en outre un classement par nations regroupant les huit meilleurs coureurs par pays ainsi qu’un classement par équipes pour les WorldTeams ainsi qu’un autre pour les équipes de deuxième division. Enfin, des nouveaux classements seront intégrés pour désigner « le meilleur grimpeur, le meilleur sprinteur, le meilleur coureur de courses d’un jour et le meilleur coureur d’épreuves par étapes ». Les barèmes n’ont toutefois pas encore été évoqués et devraient être finalisés d’ici le début de la saison 2016. Ces changements seront enfin opérés d’ici la saison 2017.

Enfin des droits TV pour les coureurs?

Si la formule voulue par Brian Cookson a été quelque peu édulcorée, cette réforme du cyclisme professionnel masculin s’annonce tout de même comme un pas de géant, alors que le WorldTour semblait placer les pelotons dans une situation de stagnation, ce qui avait tendance à crisper certains propriétaires d’équipes et autres organisateurs. Brian Cookson, président de l’UCI, n’a toutefois pas précisé ce qu’il adviendra des propositions de rémunérations en droits télévisés des organisateurs vers les équipes et coureurs, un débat qui revient sans cesse entre les grandes équipes du WorldTour… Il faudra certainement attendre 2016 avant que ce nouveau défi soit évoqué, pour le bien de la Petite reine.

Grégory Ienco - Photo: Photo News/Cor Vos

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.