Les oreillettes et radios bannis des pelotons cyclistes en 2015? L'UCI dément

Catégories : Brèves

cyclisme, UCI, Union Cycliste Internationale, radio, oreilletteSurprise dans le nouveau règlement de l'Union Cycliste Internationale: les oreillettes et radios, permettant de communiquer entre coureurs et directeurs sportifs, ont failli disparaître des pelotons dès la saison 2015. Ce changement de règlement, pourtant opéré depuis fin septembre, a surpris plus d'un observateur de la Petite reine, dont des managers. Une nouvelle guerre va-t-elle être lancée entre coureurs, équipes et UCI?

Les oreillettes dans les pelotons, voici une guerre technologique qui gangrène le cyclisme depuis une bonne dizaine d'années. Depuis l'arrivée de cette radio entre les coureurs et les directeurs sportifs dans les années 90, le débat fait rage entre coureurs qui y voient une assurance en terme de sécurité, et spectateurs qui voient les coureurs comme télécommandés par leur manager. La mise en place des trains de l'équipe américaine US Postal sur les Tours de France du début des années 2000 ou de la formation Quick Step aux abords des classiques pavés a longtemps déçu certains amateurs de la Petite reine, qui espèrent plus d'improvisation dans ces courses automatisées. Ne voir en ces coureurs que de simples robots capables de répéter les ordres de ses directeurs sportifs est tout de même simpliste mais ces oreillettes ont, il est vrai, permis des tactiques de course plus attendues qu'à l'accoutumée.

cyclisme,uci,union cycliste internationale,radio,oreillette

Comment faire pour ramener le spectacle dans les pelotons? Fin 2010, le président de l'UCI de l'époque Pat McQuaid pensait qu'il suffisait de bannir ces oreillettes. S'en suivait un long combat entre les coureurs, équipes d'un côté, et l'UCI de l'autre. Certaines courses ont failli ne pas se disputer en raison de cette interdiction des radios, comme des manches du Challenge de Majorque ou les premières étapes du Tour d'Algarve. Finalement, l'UCI marquait un point en réalisant un compromis: les oreillettes restent interdites sauf sur les courses du circuit WorldTour et sur les contre-la-montre. Mais cela, c'était jusque cette saison.

Comme l'a découvert le blogueur Inrng, le règlement UCI, concernant le cyclisme sur route, a été modifié le 24 septembre dernier, à l'occasion de la dernière réunion du Comité directeur de l'UCI prévu lors des championnats du monde de cyclisme sur route à Ponferrada. Et ces modifications concernent notamment les communications en course. Au point 2.2.024 de ce règlement (que vous pouvez lire en cliquant ici), on découvre que seules les courses WorldTour de l'année 2014 sont concernées par l'exception d'utiliser des radios entre coureurs et directeurs sportifs. Cela signifie donc, implicitement, que les oreillettes seraient interdites de toute course cycliste professionnelle dès 2015.

cyclisme,uci,union cycliste internationale,radio,oreillette

Logiquement, tous les acteurs du cyclisme devraient être au courant de ce nouveau règlement et s'habituer à ce changement. Mais la révélation d'Inrng en a surpris plus d'un. Comme le manager de l'équipe belge Etixx-Quick Step Patrick Lefevere, qui a déjà réagi sur Twitter: "Pas possible". Jonathan Vaughters, patron du Team Cannondale-Garmin, a également assuré: "Elles ne seront pas bannies en 2015, vous allez voir". Ces réactions annoncent donc un véritable bras de fer entre l'UCI et les équipes! Le Tour Down Under sera la première course WorldTour de la saison, dès le 19 janvier prochain. Avec de nouvelles grèves en vue? Le téléphone risque déjà de chauffer, en cette nouvelle année, au siège de l'UCI.

> Mise à jour (lundi 29/12/14 - 14h00): au service communications de l'UCI, la nouvelle a évidemment fait le tour du siège. Selon l'entité internationale, le règlement n'a pas encore été mis à jour et sera bien publié dès le 1er janvier 2015 avec la mention que les oreillettes seront autorisées sur les courses du WorldTour et sur les contre-la-montre la saison prochaine. La polémique se dégonfle donc, au grand bonheur de Patrick Lefevere et des coureurs eux-même.

Grégory Ienco - Photos: Photo News/Nico Vereecken, Photo News/Cor Vos et Photo News/Vincent Kalut

3 Commentaire Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • C'est une bonne chose!

  • très bonne chose si les équipes ne sont pas d'accord c'est bien parce que les tactiques de courses ne seront plus les mêmes et tant mieux pour le spectacle et même la régularité des courses n'en déplaise à ces messieurs .

  • Mon âge me fait écrire que si le coureur a le caractère d'un J.Anquetil, B.Hinault ou J.Durand le directeur sportif n'aura pas à intervenir souvent auprès de son coureur...Aux éducateurs de façonner la personnalité et l'ambition des coureurs dès le plus jeune âge ce qui serait déjà une avancée largement suffisante.

Les commentaires sont fermés.