Axel Merckx: "Quand je vois des gars comme Stuyven, je me dis qu'on y est pour quelque chose"

Catégories : Entretiens

Axel Merckx.jpgSept années déjà qu’il a mis un point final à son parcours de coureur pro, six qu’il a choisi les fonctions de manager. Axel Merckx (42 ans) a certes pris un peu de distance avec le cyclisme du top niveau et la Vieille Europe mais le Bruxellois préserve évidemment un lien indéfectible avec le vélo.

Alors que l’hiver s’installe doucement sur Kelowna et l’ouest du Canada, l’ancien champion de Belgique jette un dernier regard sur l’année qui s’achève et prépare la saison 2015 de son "development team". Une équipe de formation sous nouvelle dénomination qui va retrouver des moyens financiers et du souffle, après un exercice plus compliqué.

Axel et la quarantaine

"Je trouve que je la porte sans trop de souci, merci (il éclate de rire). Je me souviens du 40eanniversaire de mon père (NDLR: Eddy l’a célébré en 1985), il avait visiblement franchi ce cap plus difficilement que moi. Je continue à faire pas mal de sport, je cours régulièrement et l’an dernier, dans la ville voisine d’Oliver, j’ai participé à mon premier IronMan. Un demi-triathlon pour être précis, je m’en suis bien tiré (4e de sa catégorie). Et pourtant, j’y ai été victime d’une fringale à 9 kilomètres du but. Ma femme Jodi m’a dit qu’elle ne m’avait jamais vu aussi affamé et de mauvaise humeur, même après une étape de montagne du Tour…"

Axel et ses filles

"Axana a 13 ans déjà et a fait de la natation son sport de prédilection. Comme sa maman autrefois. Aujourd’hui, aucun de nous deux n’est plus capable de suivre son rythme dans le bassin, croyez-moi. Sa petite sœur Athina Grace (9 ans, prénom qui fait référence aux JO d’Athènes, où pour rappel Axel avait enlevé la médaille de bronze de l’épreuve sur route) est plus éclectique mais surtout, adore rouler à vélo. Bon sang ne saurait mentir, elles sont toutes deux très sportives mais comme tous les parents, on essaie avant tout d’élargir leurs horizons au maximum. Elles font par exemple toutes deux du piano…"

Axel et Bissell Team

"Le cyclisme souffre aussi de la crise économique, nous venons de traverser quelques mois plus difficiles. Mais avec l’aide de mon papa notamment, j’ai trouvé de nouveaux partenaires pour la prochaine saison (les cycles Cipollini notamment). L’équipe sera restructurée, plus solide, et si Bissell restera à nos côtés, Axion Cycling Team (le nouveau nom, qui devrait officiellement être confirmé cette semaine) aura un programme plus dense, avec de plus fréquentes visites en Europe". Un effectif très largement nord-américain, bien entendu, duquel disparaîtra l’Anversois Nathan Van Hooydonck (neveu d’Edwig), recruté par BMC Development.

Axel et le meilleur Belge 2014

"On a beau retourner la question dans tous les sens, c’est pour moi Philippe Gilbert qui sort du lot. Le Liégeois est le seul à avoir remporté une classique du WorldTour (Amstel), ce qui reste une performance extra."

Axel et le meilleur coureur 2014

"Alejandro Valverde, sans aucun doute possible. Efficace sur les grands tours et dans les courses d’un jour, présent à la pointe du combat de février à octobre."

Axel et le meilleur manager 2014

"Je trouve que Patrick Lefevere a une nouvelle fois fait du bon boulot. L’air de rien, il est champion du monde avec un Tchèque en cyclo-cross (Stybar) et un Polonais sur la route (Kwiatkowski)…"

Axel et son bilan perso

"Pourquoi aurait-on pu voter pour moi dans la catégorie "manager de l’année"? La colle (il rigole)… Les résultats ont été satisfaisants, avec une victoire d’étape au Tour de Californie (Brochner) et une au Tour d’Alberta (Zepunkte), le titre de meilleur jeune au Tour du Colorado, un accessit sur Liège-Bastogne-Liège (Geoghegan), quelques succès de kermesses en Belgique grâce à Van Hooydonck… Puis j’ai dû dénicher un nouveau sponsor en cours de saison. Chaque fois, je le concède, je panique un peu car je perds près de 50% de mes effectifs à l’intersaison, il faut recommencer de zéro. Tant pis, tant mieux peut-être aussi. Quand je vois la progression d’un Jasper Stuyven cette année chez Trek, je me dis que nous y sommes pour quelque chose. C’est la raison d’être de mon action."

Axel et les Mauves

"J’ai joué neuf ans sous la vareuse mauve, le Sporting reste mon club de cœur et de tripes. J’avais par exemple assisté à Anderlecht-Mouscron avec toute la famille, lors de notre dernier passage en Belgique, c’était chouette de retrouver cette atmosphère. Je n’ai rien perdu des duels frustrants face à Arsenal, via le net. Le Sporting a choisi de travailler avec des jeunes, de moins de 21 ans le plus souvent, un peu comme moi depuis six ans en fait. C’est une option passionnante. Voyez ce que deviendra Youri Tielemans! Cela vaut le coup de se consacrer à ce job de formation."

Axel et les Diables

"J’étais plus stressé pendant le Mondial au Brésil qu’au départ de certaines courses importantes durant ma carrière! Notre équipe nationale dans le top 4 mondial, c’est inouï. La Belgique va faire partie du gratin du foot pendant la prochaine décennie."

Axel et la santé d’Eddy

"Papa vient de vivre une année difficile, marquée par trois opérations. Cela m’a parfois très fort inquiété, c’est légitime, ce sont des coups qui font encore plus mal lorsque comme moi, comme nous, on habite à des milliers de kilomètres de la Belgique. J’ai mes parents trois ou quatre fois par semaine au téléphone, nos retours au pays sont aussi fréquents que possible, on espère tous que ces moments plus difficiles appartiennent au passé…"

Eric Clovio - Photo: Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.