Tour de France - #18: Nibali a remis les pendules à l'heure

Catégories : Route

cyclisme,tour de france,vincenzo nibali,astana,hautacam,pyrénées,aso,uci,worldtourIl n'y a qu'un maillot jaune sur le Tour de France. Et malgré les clairons annoncés sur les Champs Elysées pour fêter un nouveau podium français, le premier depuis 1997, c'est bien l'Italien Vincenzo Nibali (Astana) qui a encore posé sa patte dans la dernière étape de montagne de la Grande Boucle, sur le mythique sommet de Hautacam. Le leader du général a simplement attaqué dès le pied de l'ascension finale pour claquer une quatrième victoire d'étape et assurer sa victoire finale à Paris, dans moins de trois jours.

Les grimpeurs qui n'ont encore pu goûter au succès sur ce Tour, espéraient pourtant obtenir un bon de sortie de la part du peloton mais la poursuite menée par les Astana en tête du peloton dès la première heure de course confirmait déjà l'ambition d'un maillot jaune décidé à dévorer la course française jusqu'au bout de la ligne à Paris. Car Vincenzo Nibali avait sélectionné cette étape. Comme à la Planche des Belles Filles ou à Chamrousse. L'Italien sait où il peut attaquer et comment il peut le faire par rapport à ses adversaires. A chaque fois, il a pris du temps sur des attaques bien dosées, où il se savait supérieur à ses adversaires. Durant les autres étapes, il s'est montré plus prudent, quelque fois à l'offensive mais loin d'être aussi dominateur que sur les étapes qu'il a remporté. Son succès à Sheffield lui a donné la confiance nécessaire, l'absence d'équipiers capable de l'emmener jusqu'aux derniers kilomètres des ascensions finales ne l'ont pas handicapé car Nibali sait ce dont il est capable. Et cela lui a permis de parfaitement gérer sa course au maillot jaune, surtout sans Christopher Froome (Sky) ou Alberto Contador (Tinkoff-Saxo) pour le contrer.

Majka obligé de sortir

Son attaque derrière Chris Horner (Lampre-Merida) au pied de Hautacam sonnait comme une revanche personnelle sur l'Américain, sur le Tour d'Espagne 2013, mais la suite de son envolée en solitaire n'était que le parfait enchaînement vers sa victoire finale. Derrière, personne ne tentait d'ailleurs la poursuite. Vidés en troisième semaine, les adversaires du leader? Ils semblaient pourtant capable d'en remettre une suite à l'attaque... du maillot à pois Rafal Majka (Tinkoff-Saxo), seul coureur capable de lancer un contre pour au moins accrocher le classement de la montagne. Thibaut Pinot (FDJ.fr), Tejay van Garderen (BMC) et Jean-Christophe Péraud (Ag2r-La Mondiale) suivaient pour mener la vie dure à Alejandro Valverde (Movistar), encore une fois dans le rouge, comme sur les dernières étapes de montagne.

Le podium, seul suspense

Une bagarre d'outsiders, voilà ce qui anime encore les supporters qui savent déjà que Nibali a course gagnée. Le seul intérêt réside dans la composition du podium que les Français espèrent encore ramener. Pinot, même plus d'une minute derrière le vainqueur italien, allait ainsi sprinter pour la deuxième place du jour... et du général, devant Péraud, alors que Valverde descendait en quatrième position. Et même si la montagne a fait ses adieux, le contre-la-montre de Bergerac, ce samedi, déterminera enfin les places de dauphin, avec un avantage pour Péraud et Valverde sur les qualités intrinsèques de rouleur, pour Péraud et Pinot au vu de leur fraîcheur en troisième semaine de course. Et au moins, ils ne devront pas attendre une attaque de Nibali pour se lancer...

Résultats de la 18e étape (Pau > Hautacam, 145.5 km):

Grégory Ienco - Photo: AFP/Eric Feferberg

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.