Tour d'Italie - #14: Bardiani fait coup double, Uran perd des plumes

Catégories : Route, Vidéos

cyclisme,giro,tour d'italie,oropa,enrico battaglin,bardiani-csf,rigoberto uran,omega pharma-quick step,dario cataldo,jarlinson pantanoSous les nuages gris plombant le ciel du sanctuaire d'Oropa, les purs grimpeurs ne faisaient pas grise mine à l'aube d'une 14e étape des plus importantes. La véritable haute montagne a fait mal aux gambettes mais elle a profité à tous les concurrents du maillot rose Rigoberto Uran (Omega Pharma-Quick Step) qui n'affichait pas sa meilleure forme sur la montée finale et se laissait déborder par tous ses rivaux. En tête, l'Italien Enrico Battaglin (Bardiani-CSF) a joué au plus malin pour remporter un deuxième succès d'étape consécutif pour sa formation, après une longue échappée matinale.

Nouveau week-end en montagne pour le peloton du Tour d'Italie qui a totalement explosé au fil des trois cols escaladés durant cette 14e étape vers le sanctuaire d'Oropa, où Marco Pantani avait transcendé les fans italiens voici quinze ans. Et comme la semaine précédente, les favoris laissaient les premiers attaquants filer au fil des pourcentages. Vingt-deux hommes prenaient ainsi les devants dont le Belge Tim Wellens (Lotto-Belisol) et s'offraient plus de huit minutes d'avance pendant que les leaders restaient bien tranquilles dans la meute. Le rythme se voulait évidemment soutenu mais aucun candidat au maillot rose ne s'élançait dans une longue offensive d'ici la montée de Bielmonte, à 50 kilomètres de l'arrivée, où Pierre Rolland (Europcar) sortait en force avec Ryder Hesjedal (Garmin-Sharp), Gorka Izaguirre (Movistar) et Riccardo Zoidl (Trek). Ces attaques ne faisaient toutefois pas craquer les hommes de tête qui tenaient toujours la barque en tête, malgré quelques pertes d'unité dans ce deuxième col de la journée.

Battaglin, véritable renard

Cette 14e étape allait sourire aux attaquants et ils montraient un sacré appétit dès les premières pentes de la montée finale vers Oropa. Manuel Quinziato (BMC) s'échappait avec Albert Timmer (Giant-Shimano) avant que ce dernier file seul, suite à un problème mécanique pour l'Italien. Timmer pensait avoir course gagnée jusqu'à trois kilomètres de l'arrivée, lorsque Dario Cataldo (Sky) et Jarlinson Pantano (Colombia) revenaient mètre après mètre. Suivait ensuite Matteo Cattaneo (Lampre-Merida) et Enrico Battaglin (Bardiani-CSF) qui recollaient dans les deux derniers kilomètres pour lancer le sprint final en vue de la victoire d'étape. Parfaitement placé et surtout gérant son braquet dans le dernier virage, Battaglin parvenait à surprendre Cataldo et Pantano, pourtant attendus comme les plus forts dans ce final, pour offrir un deuxième succès consécutif à son équipe.

Uran aurait été largué sans Poels

A l'arrière, le maillot rose Rigoberto Uran (Omega Pharma-Quick Step) ne parvenait pas à suivre le rythme imprimé par le grimpeur de poche italien Domenico Pozzovivo (Ag2r-La Mondiale), sorti après deux offensives consécutives avec le Colombien Nairo Quintana (Movistar). Uran perdait pied et se faisait même sauter sur la ligne par Rafal Majka (Tinkoff-Saxo), Fabio Aru (Astana) ou même Cadel Evans (BMC), bref tous les rivaux du Colombien. "Ces 25 secondes gagnées sur Uran ne sont que très peu face au retard que je dois encore rattraper mais cela montre que nous pouvons reprendre du temps dans la montagne et que nous pouvons l'attaquer", lance ainsi Quintana, rassuré sur la suite des événements après cette nouvelle étape de haute montagne qui a bouleversé le classement général. Uran est toujours en rose mais le leader d'Omega Pharma-Quick Step a eu une sérieuse alerte durant cette arrivée en altitude. Sans son équipier Wout Poels, il semblait largué... L'étape de ce dimanche vers Montecampione, avec un final plus sec, qui fera moins mal aux jambes sur la durée.

Résultats de la 14e étape (Aglié > Oropa, 164 km):

Gr.I. - Photo: Photo News/Cor Vos

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.