Michael Rasmussen sort un nouveau livre et balance Bjarne Riis, Rolf et Nicki Sørensen

Catégories : Dopage

cyclisme, dopage, Michael Rasmussen, Saxo Bank, Bjarne Riis, Rolf Sørensen, Nicki SørensenMichael "Chicken" Rasmussen n'en a pas fini avec le peloton actuel. L'ancien maillot jaune du Tour de France, aujourd'hui âgé de 39 ans, a décidé de régler ses comptes avec certains cyclistes de son pays, dont Rolf Sørensen, Nicki Sørensen et le manager de Saxo Bank, Bjarne Riis. Il accuse la formation danoise d'avoir usé de dopage ces dernières années, avec témoignage à l'appui. Le dernier combat de Rasmussen?

Bjarne Riis va avoir du souci à se faire. Le sulfureux manager de Saxo Bank, qui avait confessé avoir usé de produits dopants lors de sa victoire sur le Tour de France 1996, est pris entre les déclarations de ses anciens coureurs qui ne cessent de l'accuser de prolonger ces pratiques de tricherie dans son équipe depuis plus de dix ans. Tyler Hamilton, membre de l'équipe CSC en 2002 et 2003, avait lancé les hostilités l'an dernier, accusant Riis de l'avoir encouragé à s'essayer au dopage sanguin et à consulter le fameux Dr Eufemiano Fuentes, cerveau de l'opération Puerto. 

"Riis connaissait le dopage généralisé dans son équipe"

Cette fois, c'est Michael Rasmussen qui balance sur le manager danois. Dans un nouveau livre dévoilé par le tabloïd danois BT et nommé "Yellow Fever" (la fièvre jaune), l'ancien cycliste de 39 ans, aujourd'hui manager de l'équipe continentale Christina Watches-Onfone, balance sur ses ex-collègues. Il explique que Riis était conscient qu'un dopage généralisé était organisé au sein de sa formation, depuis 2002 et les débuts de Rasmussen chez CSC. "Je suis venu avec un médecin dans une chambre d'hôtel, avec Bjarne Riis et Tyler (Hamilton). Tyler venait de recevoir avec une seringue avec de la cortisone et il m'a proposé d'en recevoir aussi. Bjarne ne voyait pas d'objection à cela. On avait une étape de montagne de 225 kilomètres prévue le lendemain. Le médecin m'a donc donné 0,2 millilitre dans l'épaule", explique Rasmussen dans son bouquin.

Nicki Sørensen aurait caché des produits en Toscane

Il continue avec Nicki Sørensen, quadruple champion du Danemark et vainqueur d'étape sur le Tour de France 2009: Rasmussen affirme que le coureur de 38 ans était désespérément à la recherche d'EPO et d'hormones de croissance lors d'un stage d'avant-saison sur l'île de Majorque, en 2003. "Chicken" explique qu'ils sont allés tous les deux dans une pharmacie pour acheter ce dont ils avaient besoin. Il dit également avoir vu Sørensen cacher ces produits illicites... dans le jardin de sa maison en Toscane.

Ce livre jette un nouveau pavé dans la mare du cyclisme danois, mais surtout, Rasmussen a certainement dévoilé les mêmes faits à l'agence danoise antidopage qui enquête actuellement sur les précédents agissements des cyclistes de la Couronne. "Je n'ai pas de commentaire à faire sur ce livre. J'ai parlé avec les autorités antidopage, tout comme de nombreux autres concernés par cette enquête", a ainsi commenté Nicki Sørensen dans BT. 

Rolf Sørensen également taillé

Pour terminer, le coureur danois, ancien sociétaire de Rabobank après ses années au Danemark, se paye Rolf Sørensen, le coureur danois le plus prolifique de ces dernières années et actuel consultant pour la télévision publique TV2. Sørensen avait admis avoir usé d'EPO et de cortisone durant quelques périodes de sa carrière. Et Rasmussen en rajoute: il explique avoir partagé une chambre avec le vétéran danois lors d'une manche de Coupe du Monde au Portugal et avoir vu Sørensen se piquer avec une seringue pleine de cortisone, deux jours avant la course. Ces nouvelles allégations risquent encore de malmener le cyclisme danois, qui subit depuis plusieurs mois les nouvelles révélations d'un peloton spécialiste de la tricherie dans les années 90 et au début des années 2000. Reste à connaître les résultats de l'enquête de l'agence danoise antidopage, pour que le peloton puisse enfin se repentir.

Gr.I. - Photo: Archives Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.