Tour d'Espagne - #19: Chris Horner, le maillot rouge qui dérange

Catégories : Route, Vidéos

cyclisme, Vuelta, Tour d'Espagne, Christopher Horner, RadioShack-Leopard, Vincenzo Nibali, Joaquin Rodriguez, KatushaL'Espagnol Joaquin Rodriguez (Katusha) a rassuré en s'offrant sa première victoire d'étape sur cette Vuelta 2013, la huitième en dix participations au Tour d'Espagne, sur l'Alto del Naranco, véritable montée pour ce type de puncheurs. Mais la grande information de la journée, c'est l'arrivée sur la plus haute marche du podium, au classement général, de l'Américain Chris Horner (RadioShack), nouveau leader de l'épreuve espagnole pour trois secondes d'avance sur Vincenzo Nibali (Astana). Il ne reste plus qu'une étape de montagne, sur le fameux Angliru, pour confirmer...

Dix-neuf saisons dans le milieu professionnel, une vie de voyageur avec son camping et sa famille, un crâne rasé et une position élargie reconnaissables entre mille dans le peloton: l'Américain Chris Horner (RadioShack) a tout du coureur atypique. Le petit grimpeur américain a toujours eu du mal à s'adapter au modèle européen dans ses jeunes années avant de prendre confiance au fil des ans et s'assurer une belle réputation sur les courses par étapes, par ses offensives audacieuses et sa bonne condition dans les épreuves contre-la-montre. Pourtant, Horner n'avait pas vraiment prévu une carrière aussi longue. En 2005, à son retour en Europe chez Saunier Duval après trois années principalement axées sur le circuit américain, le vétéran expliquait: "Je me vois encore trois ou quatre années, c'est maintenant ou jamais pour forger mon palmarès".

Des come-back à répétition

Depuis, Horner n'a cessé d'étonner. "Je sais désormais ce que je dois faire pour gagner, je ne veux plus faire d'erreur et c'est grâce à mon expérience que je ne vais plus autant d'erreurs", confie-t-il encore en 2010, année où il remporte le Tour du Pays Basque et où il se classe 7e de Liège-Bastogne-Liège et 9e du Tour de France. Et il avait déjà 38 ans à l'époque... Finalement, depuis son retour en Europe, Horner a également réussi à accrocher à son palmarès le Tour de Californie, une étape du Tour de Suisse, une autre du Tour de Romandie ou encore une étape du Tour de l'Utah. Et tout cela, malgré le risque d'un caillot dans le sang après le Tour de France 2011 et une terrible chute qui lui a fait perdre connaissance. Mais Horner revient toujours, quand on ne l'attend pas, malgré des blessures, des cassures, des pertes de contrat. Il est toujours là depuis son passage chez les professionnels en 1995. 

"Habitué tant au succès qu'à la déception"

Pourtant, l'Américain ne fait pas l'unanimité. Son âge avancé ne rassure pas, pas plus que ses come-back à répétition. Après le Tour de France 2011, il a repris la route avec RadioShack durant la saison 2012. Un an plus tard, il chute à l'entraînement et doit renoncer au Tour de France à cause d'une opération au genou. Et deux mois plus tard, le revoici en vainqueur d'étape sur le Tour de l'Utah avant de devenir leader du Tour d'Espagne après deux nouveaux succès d'étape, en solitaire et en montagne. Surprenant... "J'ai tellement connu de surprises que gagner cette Vuelta avec trois secondes d'avance ou la perdre avec trois secondes de retard, cela m'importe peu. C'est certain qu'il s'agirait de ma plus belle victoire, mais je suis tant habitué au succès qu'à la déception. Je profite simplement de ma course", réagit-il avec un air détaché lors de la conférence de presse de cette 19e étape où il a encore récupéré six secondes sur Vincenzo Nibali (Astana), sur les pentes de l'Alto del Naranco, pourtant réputées plus adaptées aux caractéristiques de l'Italien. 

Pas rassurant selon les observateurs des watts

Mais personne ne s'attendait à ce qu'Horner tienne encore la distance en troisième semaine, à 41 ans. Et il ne fait pas qu'assurer, il explose! Sur la montée de Peña Cabarga, il a battu le record de l'ascension de plus de 15 secondes. Certes, il s'agit de son premier Grand Tour de la saison, vu sa blessure du mois de juin, mais il semblait intrinsèquement moins fort que Vincenzo Nibali (Astana) ou même Alejandro Valverde (Movistar), toujours aux avant-postes... sauf quand Horner lève sa carcasse sur les pédales, avec son écart si particulier entre les bras. Rassurant? Selon les habituels observateurs des puissances (W/kg), loin de là. Il serait même proche des performances de Christopher Froome, selon Antoine Vayer. Une comparaison à relativiser vu la différence de pente et de parcours entre le Tour de France et la Vuelta.

Ce samedi, Chris Horner arrivera donc sur l'Alto de l'Angliru avec le maillot rouge sur les épaules et seulement trois secondes d'avance sur Vincenzo Nibali et même une minute à peine sur Alejandro Valverde. Cette montée bien plus longue que Peña Cabarga ou l'Alto del Naranco se jouera avant tout sur la fraîcheur. Horner a l'avantage cependant: il doit suivre, contrôler... Ce qu'il a parfaitement réussi jusqu'ici: il n'a cessé d'attaquer ses adversaires, sans s'époumoner. Pas mal pour un quarantenaire. Mais Madrid est encore à plus de 200 kilomètres...

Résultats de la 19e étape (San Vicente de la Barquera > Alto del Naranco, 181 km):

1 Joaquin RODRIGUEZ OLIVER ESP KAT 4:16:13
2 Diego ULISSI ITA LAM 11
3 Daniel MORENO FERNANDEZ ESP KAT 11
4 Samuel SANCHEZ GONZALEZ ESP EUS 11
5 Christopher HORNER USA RLT 14
6 Alejandro VALVERDE BELMONTE ESP MOV 14
7 Michele SCARPONI ITA LAM 16
8 Leopold KONIG CZE TNE 20
9 Vincenzo NIBALI ITA AST 20
10 Nicolas ROCHE IRL TST 23
11 Tanel KANGERT EST AST 25
12 Domenico POZZOVIVO ITA ALM 33
13 Dominik NERZ GER BMC 41
14 Mikel NIEVE ITURALDE ESP EUS 41
15 José HERRADA LOPEZ ESP MOV 41
16 Rigoberto URAN URAN COL SKY 45
17 Egoi MARTINEZ DE ESTEBAN ESP EUS 51
18 Robert KISERLOVSKI CRO RLT 51
19 Andre Fernando S. Martins CARDOSO POR CJR 51
20 José Joao PIMENTA COSTA MENDES POR TNE +1:02
21 Warren BARGUIL FRA ARG +1:05
22 Thibaut PINOT FRA FDJ +1:05
23 Bartosz HUZARSKI POL TNE +1:05
24 Kenny ELISSONDE FRA FDJ +1:29
25 Gianni MEERSMAN BEL OPQ +1:29
...
30 Serge PAUWELS BEL OPQ +1:57
39 Ben HERMANS BEL RLT +2:37
47 Yannick EIJSSEN BEL BMC +4:00
57 Pieter SERRY BEL OPQ +5:42
68 Dennis VANENDERT BEL LTB +9:31
78 Johan VANSUMMEREN BEL GRS +9:31
87 Romain ZINGLE BEL COF +12:29
89 Nico SIJMENS BEL COF +14:13
112 Guillaume VAN KEIRSBULCK BEL OPQ +18:00
115 Klaas LODEWYCK BEL BMC +18:00
120 Tosh VAN DER SANDE BEL LTB +18:00
121 Francis DE GREEF BEL LTB +18:00

Classement général provisoire:

1 Christopher HORNER United States RLT 77:56:05
2 Vincenzo NIBALI Italy AST 3
3 Alejandro VALVERDE BELMONTE Spain MOV +1:06
4 Joaquin RODRIGUEZ OLIVER Spain KAT +1:57
5 Nicolas ROCHE Ireland TST +3:49
6 Domenico POZZOVIVO Italy ALM +6:00
7 Leopold KONIG Czech Republic TNE +6:38
8 Thibaut PINOT France FDJ +7:02
9 Samuel SANCHEZ GONZALEZ Spain EUS +7:45
10 Daniel MORENO FERNANDEZ Spain KAT +11:05
11 Tanel KANGERT Estonia AST +11:18
12 Michele SCARPONI Italy LAM +12:13
13 José HERRADA LOPEZ Spain MOV +12:53
14 David ARROYO DURAN Spain CJR +15:55
15 Dominik NERZ Germany BMC +18:52
16 Robert KISERLOVSKI Croatia RLT +20:11
17 Chris Anker SÖRENSEN Denmark TST +21:33
18 Andre Fernando S. Martins CARDOSO Portugal CJR +24:29
19 Eros CAPECCHI Italy MOV +25:06
20 Igor ANTON HERNANDEZ Spain EUS +26:00
21 Yohan BAGOT France COF +28:46
22 Rafal MAJKA Poland TST +29:30
23 Rigoberto URAN URAN Colombia SKY +33:29
24 José Joao PIMENTA COSTA MENDES Portugal TNE +38:13
25 Amets TXURRUKA Spain CJR +42:13
...
34 Serge PAUWELS Belgium OPQ +1:16:10
39 Francis DE GREEF Belgium LTB +1:24:35
50 Pieter SERRY Belgium OPQ +1:41:55
53 Gianni MEERSMAN Belgium OPQ +1:51:00
63 Ben HERMANS Belgium RLT +2:03:29
75 Nico SIJMENS Belgium COF +2:25:53
81 Yannick EIJSSEN Belgium BMC +2:32:04
88 Romain ZINGLE Belgium COF +2:41:00
93 Johan VANSUMMEREN Belgium GRS +2:46:35
109 Dennis VANENDERT Belgium LTB +3:13:47
119 Klaas LODEWYCK Belgium BMC +3:41:58
128 Guillaume VAN KEIRSBULCK Belgium OPQ +3:50:04
129 Tosh VAN DER SANDE Belgium LTB +3:51:14

Grégory Ienco - Photo: Photo News/Graham Watson

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.