Scarponi suspendu provisoirement après ses révélations sur le Dr Ferrari

Catégories : Dopage

Michele Scarponi - Lampre - Giro.jpgDepuis le 25 octobre dernier, l'Italien Michele Scarponi est suspendu provisoirement par son équipe Lampre suite à ses déclarations confirmant une double rencontre avec le sulfureux Dr Michele Ferrari en 2010, avant de rejoindre la formation WorldTour. Le grimpeur transalpin venait tout juste d'être entendu, comme il l'avait accepté, par la commission antidopage du Comité olympique italien (CONI) sur l'affaire de Padoue et les relations de plusieurs coureurs avec le Dr Ferrari.

Tout est parti de l'enquête du procureur de Padoue sur les agissements du Dr Michele Ferrari et des soupçons de dopage auprès d'une vingtaine de coureurs dont plusieurs stars italiennes. Parmi elles, Michele Scarponi, leader de Lampre-ISD et 4e du Giro 2012, qui a accepté de se rendre devant le CONI pour être interrogé. Déjà suspendu treize mois suite à son implication dans l'opération Puerto, en 2007 et 2008, le grimpeur des Marches espère simplement faire face à une réduction de peine voire un classement sans suite. Mais Scarponi risque bien une nouvelle suspension de six mois, comme Filippo Pozzato cette saison après avoir admis des rencontres avec le Dr Ferrari. Car le leader de la Lampre a également confié devant la commission antidopage du comité olympique qu'il avait également vu le Dr Ferrari à deux reprises, juste avant son passage au sein de la formation bleue et fuschia.

"Je n'ai fait qu'un test, en deux parties, avec Ferrari"

Huit mois après, Scarponi terminait deuxième du Giro 2011 avant d'être classé vainqueur suite au déclassement d'Alberto Contador pour son contrôle positif au clenbutérol. "J'ai admis avoir participé à un test, coupé en deux parties, avec le Dr Ferrari en septembre 2010, quand mon contrat arrivait à échéance avec Androni Giocattoli", explique l'Italien dans un communiqué de presse. "Plus tard, j'ai signé un contrat avec Lampre et j'ai été suivi par le Centre sportif Mapei jusqu'à la fin d'octobre, comme les documents le prouvent. J'étais convaincu que le Dr Ferrari n'était pas suspendu, donc j'ai agi de bonne foi. J'ai volontairement parler avant que l'enquête pénale soit terminée, pour clarifier ma position avec le CONI. (...) Il est très probable que le procureur recommande une action disciplinaire à mon encontre mais j'ai décidé d'accepter les charges."

Une probable suspension de six mois

Ces révélations n'ont cependant pas ravi l'équipe Lampre elle-même, qui avait déjà décidé de suspendre provisoirement Michele Scarponi le... 25 octobre dernier, près de deux semaines avant le passage du coureur devant le CONI. "Nous avons suivi notre politique antidopage", a seulement commenté le relations presse de la formation, Andrea Appiani, au site Cyclingnews. "Nous ne prendrons une décision finale qu'à l'issue de l'enquête pénale". Mais cette suspension de six mois, auquel Scarponi fait face (ou plus, si les preuves sont contre lui), risque de mettre à nouveau à mal l'équipe Lampre, en mal de leader, qui comptait sur Scarponi pour le prochain Tour d'Italie. Il pourra certes toujours s'entraîner, mais à l'ombre des courses... Et le grimpeur transalpin ne sera pas forcément le seul concerné par ces suspensions. Le procureur de Padoue a plus d'un millier de pages de documents dans sa lourde enquête qu'elle va transférer auprès du CONI. Le Dr Ferrari va encore subir.

Gr.I. - Photo: Lampre-ISD

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.