Rabobank: le chaos le plus total

Catégories : Brèves

cyclisme,rabobank,armstrong,dopage,marianne vos,dames,espoirsDifficile de définir autrement l'histoire d'un des sponsors mythiques du peloton qui décide, subitement, de tout plaquer à cause d'une affaire Armstrong qui allait de toute façon sortir à un moment ou un autre. Mais Rabobank a fait son choix et quitte donc la Petite Reine par la petite porte, en laissant trois équipes sur le flanc. Ou aucune? Finalement, les dirigeants sportifs ont limité les dégâts pour 2013 mais devront rapidement trouver de nouveaux sponsors pour perpétuer le projet néerlandais.

Le flot de révélations de l'affaire Armstrong a déjà eu son lot de dommages collatéraux. Mais personne n'osait vraiment imaginer la disparition d'une équipe à cause des révélations de coureurs désireux d'effacer leur ardoise. Et pourtant, vendredi matin, avant que les Bourses ouvrent, la banque néerlandaise Rabobank annonçait, après 17 ans de sponsoring de l'équipe cycliste du même nom, l'arrêt de son partenariat. "Rabobank a pris cette décision après la publication du rapport de l’USADA, la semaine dernière", explique le groupe financier qui préfère arrêter les frais à cause de l'affaire Armstrong mais aussi du nouveau cas suspect de dopage qu'elle doit gérer avec Carlos Barredo, dont le passeport biologique douteux est actuellement étudié par la fédération espagnole. Selon la banque, c'est une accumulation de petites affaires (Rabobank a aussi été cité dans l'affaire Humanplasma, dans les tablettes du Dr Ferrari...) qui a mené à cette décision aussi brutale que soudaine. "Nous n’avons plus la conviction que la monde du cyclisme professionnel international peut rendre ce sport propre et équitable", annonce, implacable, Bert Bruggink, membre du conseil d'administration de Rabobank, par voie de communiqué. Une décision que les coureurs ont appris à peine quelques minutes ou quelques heures avant l'envoi du communiqué de presse.

28 coureurs sous un label blanc

Mais que va-t-il alors advenir des 61 coureurs et de la centaine de personnes employés par l'équipe cycliste dès le 1er janvier 2013? Lors d'une conférence de presse, prévue en fin de matinée, les dirigeants de la formation ont rapidement repris les choses en main pour confirmer la continuité du projet néerlandais, malgré le départ de ce sponsor qui semblait toujours impliqué à 100% dans le vélo depuis 1995. "Nous avons porté fièrement le nom de la Rabobank sur nos maillots pendant 17 ans, et nous sommes déçus de devoir continuer sans ce sponsor sur nos tuniques", affirme ainsi le communiqué de presse de la direction sportive. Et rapidement, l'idée d'une équipe "sans sponsor" fait son chemin, grâce notamment au financement assuré jusqu'en 2013 de la banque, le temps de retrouver un nouveau moyen de survivre dans les pelotons. A l'image du Team High Road qui avait suivi la T-Mobile en 2008. Un soulagement pour les 28 coureurs sous contrat au sein de l'équipe pro, dont le constructeur de cycles Giant s'est dit intéressé par la reprise.

Une équipe féminine assurée aussi

Et les autres formations? Rabobank assurait dans son communiqué qu'elle allait continuer à soutenir Marianne Vos, seule, jusqu'aux Jeux olympiques 2016. L'initiative est belle mais n'enchante pas pour autant la championne olympique et championne du monde qui s'explique sur la télévision régionale Omroep Brabant: "Si Rabobank veut me soutenir, la banque doit aussi soutenir mon équipe. Je ne peux pas y arriver toute seule." Car onze autres demoiselles (dont l'ancienne championne de Belgique Liesbet De Vocht) sont concernées par l'arrêt brutal du sponsor. Mais selon Koos Moerenhout, directeur sportif de la Rabobank, assure que l'équipe féminine va bien continuer sous la bannière néerlandaise: "Nous sommes optimistes", confie-t-il à Cyclingnews. "Nous avons la garantie que l'équipe féminine restera ce qu'elle est en 2013". Même si ce sera également sans le moindre sponsor sur le maillot. "Nous devrons faire face à quelques difficultés comme les fournisseurs de maillots ou de voitures."

Les espoirs avec la fédération

Car avec la décision de Rabobank de quitter le cyclisme, plusieurs partenaires ont également décidé de quitter le bateau néerlandais, à l'image des voitures Skoda. Cela ne rassure pas la nouvelle fondation mise en place pour sauver ce navire chavirant. Les dirigeants ont donc décidé de récupérer les équipes masculine et féminine alors que les espoirs, les cyclo-crossmen et autres mountain-bikers auront droit à une formation accoudée à la fédération néerlandaise (KNWU). Bref, les dégâts sont limités, les coureurs pourront toujours rouler en 2013 mais il reste désormais un an aux dirigeants pour trouver des sponsors et assurer les garanties bancaires auprès de l'Union Cycliste Internationale. Adieu Rabobank...

Gr.I. - Photo: Rabosport

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.