GP de Québec: Gerrans n'a pas eu de pitié pour Van Avermaet

Catégories : Route

cyclisme, GP de Québec, Canada, Simon Gerrans, Greg Van Avermaet, Peter SaganCela faisait plus de 300 jours que Greg Van Avermaet (BMC) n'avait plus trouvé le chemin de la victoire. Depuis ce succès sur Paris-Tours qui pouvait le lancer sur les classiques qu'il apprécie tant. Et pourtant, rien, pas un trophée... Et ce ne sera pas encore pour cette fois. Sur le GP de Québec, le coureur de Lokeren a lancé son sprint final trop tôt et n'a pu éviter le retour du champion d'Australie Simon Gerrans (Orica), auteur de la plus belle saison de sa carrière.

On ne change pas un parcours qui plaît. Ainsi, le tracé du GP de Québec ne souffrait d'aucune modification et semblait une nouvelle fois parfaitement convenir aux puncheurs. Surtout au vu de cette dernière longue ligne droite, la Grande Allée, vers l'arrivée. Plus de 800 mètres durant lesquelles les jambes pèsent lourd, surtout dans un dernier tour couvert à plus de 47 km/h de moyenne. Car avant cette dernière difficulté, il fallait encore s'affranchir de deux autres côtes aux pourcentages abruptes. L'ascension parfaite pour Greg Van Avermaet (BMC) qui lançait les hostilités à 3500 mètres de l'arrivée, après un long baroud de Chris Anker Sörensen (Saxo Bank), d'abord accompagné de Bruno Langlois (Canada) puis de Dries Devenyns (OPQS). Le solo du coureur belge rappelait l'offensive, l'an dernier, de Philippe Gilbert mais un autre puncheur venait dans sa roue, en l'occurence Simon Gerrans (Orica).

Sagan, le seul qui pouvait revenir

Les deux hommes semblaient bien partis pour la victoire. Jusqu'à la sortie d'un homme, le seul qu'on pouvait imaginer revenir pour les tuer en une offensive bien sentie: le prodige slovaque Peter Sagan (Liquigas). Apparemment bien mieux en jambes que sur la classique d'Hambourg ou le GP de Plouay, le champion de Slovaquie revenait à une vingtaine de mètres du duo de tête. Mais il lui manquait ce petit punch pour recoller sur l'avant de la course. Et la dernière ligne droite à 4% de moyenne n'arrangeait rien. Comme dit auparavant, les jambes brûlent, le coeur s'emballe... Et Greg Van Avermaet panique. Il lance son sprint à 250 mètres du but, se retourne, ne semble pas certain de son coup et voit finalement Gerrans le déborder à 100 mètres de la ligne. La messe était dite, le champion australien remporte sa deuxième classique de la saison après Milan-Sanremo, en début d'année.

Van Avermaet, joker des Mondiaux

Greg Van Avermaet devra donc attendre un peu plus avant de pouvoir retrouver le goût du succès, plus d'un an après Paris-Tours 2011. Sera-ce le GP de Montréal, ce dimanche? Cela semble peu probable au vu du profil bien plu typé pour les puncheurs-grimpeurs. Le coureur de Lokeren a en tout cas démontré qu'il avait sa place pour la course en ligne des Mondiaux de Valkenburg (23 septembre), en joker de Tom Boonen et Philippe Gilbert. Par contre, légère déception pour Jürgen Roelandts, également à l'attaque durant ce GP de Québec, mais souvent à contre-temps et contraint de chaque fois faire son retard sur de précédents échappés. On ne peut pas gagner à tous les coups...

Résultats de l'épreuve (Québec > Québec, 201.6 km):

1. Simon Gerrans (Aus, Orica-GreenEDGE) en 4h53'04"
2. Greg Van Avermaet (Bel, BMC Racing Team) à 0'01"
3. Rui Costa (Por, Movistar) à 0'04"
4. Luca Paolini (Ita, Team Katusha)
5. Tom Jelte Slagter (P-B, Rabobank)
6. Diego Ulissi (Ita, Lampre-ISD)
7. Thomas Voeckler (Fra, Europcar)
8. Fabian Wegmann (All, Garmin-Sharp) à 0'05"
9. Gerald Ciolek (All, Omega Pharma-Quick Step)
10. François Parisien (Can, Spidertech-C10)

Gr.I.- Photo: CC Flickr Laurie Beylier

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.