RadioShack-Nissan vacille: les Schleck vers Astana?

Catégories : Brèves

cyclisme,radioshack-nissan,schleck,johan bruyneel,flavio becca,leopard,astana,transfertAu Grand-Duché luxembourgeois, les frères Schleck sont les rois. Et cela, le manager Johan Bruyneel ne semble pas l’avoir compris quand il a mené la fusion de son équipe RadioShack avec le groupe de Leopard SA, financé par le mécène et magnat de l’immobilier Flavio Becca. La scission semble consommée entre les deux groupes vu les résultats en berne, les problèmes financiers, l’affaire Armstrong et... Fränk Schleck qui a apparemment franchi la ligne jaune. Et voici, en plus, les frères Schleck envoyés vers Astana pour 2012. Dur, dur...

La fusion entre RadioShack et le groupe luxembourgeois Leopard SA n’a jamais fonctionné, tout le monde s’accorde à le dire parmi les observateurs du peloton. Depuis le début de la saison, la formation qui s’annonçait N.1 sur tous les tableaux accumule les tares et les ennuis, tant sportifs que financiers. D’abord ce fut la mésentente entre Johan Bruyneel et les frères Schleck; puis des salaires impayés qui ont mené à la plainte de la même fratrie en compagnie de Fabian Cancellara; ensuite l’affaire Armstrong qui est venue bousculer Johan Bruyneel, certainement bientôt empêché de rester manager dans les pelotons; enfin le cas de dopage de Fränk Schleck, convaincu d’un résultat anormal à la xipamide le 14 juillet dernier sur le Tour de France. Mélangez le tout et obtenez le chaos  actuel au sein de la formation américano-luxembourgeoise...

"L'ambiance s'est détériorée"

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, d’une double vision de la compétition cycliste qui n’a pu se formaliser en une seule. Bruyneel avait déjà ses objectifs et sa tactique en tête lorsqu’il a envoyé Fränk Schleck sur le Giro, sans assurance de participer au Tour de France par après, estimant que son cadet Andy n’avait jamais été aussi fort sur la Grande Boucle qu’en 2010, après que Fränk ait dû abandonner dès la 3e étape sur les pavés. Une erreur? Certainement au vu de la désunion de certains coureurs du groupe Leopard avec Bruyneel et ses acolytes. «L’ambiance s’est vite détériorée. Mais jamais le groupe Schleck ne s’est désuni en amitié ou en responsabilités», confirme-t-on ainsi dans l’entourage de l’équipe, selon des propos recueillis par Sudpresse et Le Soir. Et il est certain que les ex-Leopard n’ont pas la même vision des choses qu’un Bruyneel qui souhaite avant tout miser sur le collectif avant la performance individuelle. A l’image du Tour de France où RadioShack-Nissan a rapidement assuré que son but N.1 restait la tête du classement par équipes. Mais avec Cancellara parti assister à la naissance de sa fille, Gallopin à l’abandon suite à une gastro-entérite, et Fränk Schleck pris dans les diurétiques, le collectif s’affaiblit et va devoir cravacher pour assurer la première place collective à Paris.

12 millions d'€ pour une nouvelle équipe? Improbable

Mais le Tour de France sert aussi aux coureurs de la RadioShack-Nissan pour entretenir des contacts avec d’autres équipes. Les rumeurs ne datent pas d’hier. L’une d’entre elles emmenait même la fratrie Schleck chez leur ancien employeur, Saxo Bank, pour combler le départ d’Alberto Contador vers... RadioShack-Nissan! Un bruit de couloir rapidement démenti par la prolongation de contrat du Madrilène. Alors, les frères les plus célèbres du Grand-Duché pourraient-ils à nouveau bénéficier de leur propre équipe? Flavio Becca a certainement l’argent mais déposer plus de 12 millions d’euros sur la table, sans sponsor, paraît tout de même illusoire. Surtout car les relations entre l’homme de confiance des frères Schleck, l’avocat luxembourgeois Albert Wildgen, et Becca sont au plus mal.

Plus de 4 millions d'€ d'investissement

Du coup, les deux coureurs sont envoyés vers Astana. Une information confirmée par le quotidien luxembourgeois L’Essentiel ce jeudi matin. L’accord aurait même été trouvé, si l’on suit les dires du journal. Astana, normalement dirigé l’an prochain par le Kazakh Alexandre Vinokourov sous une société de droit luxembourgeoise, devra toutefois délier les cordons de la bourse pour s’offrir les services des deux frères. Car Andy Schleck vaut 2 millions d’euros et Fränk 1,8 million d’euros. Et selon le magazine économique luxembourgeois Paperjam, le contrat des deux hommes serait double, l’un en leur nom et l’autre pour les droits à l’image, qui représenterait une manne de 600.000€. Sans compter le fait que les frères Schleck exigerait l’engagement de plusieurs équipiers. Rien que ça...

Il faudra toutefois attendre le 1er août, date officielle du mercato cycliste, pour qu’Astana ou les frères Schleck puissent confirmer le moindre accord. Mais ce départ de RadioShack-Nissan confirmerait la dissolution de l’équipe de Johan Bruyneel d’où Fabian Cancellara compte également partir (vers Saxo Bank?), mais aussi Jakob Fuglsang, Joost Posthuma et même Maxime Monfort, annoncé avec insistance du côté d’Omega Pharma-Quick Step. L’empire RadioShack est bien en train de s’écrouler au fil des jours. La formation N.1 est bien loin de ses ambitions désormais...

Grégory Ienco (avec Stéphane Thirion) - Photo: RadioShack-Nissan

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.