Garzelli et Acqua e Sapone, recalés sur le Giro, menacent de s'arrêter

Catégories : Brèves

cyclisme, 2012, Giro, Tour d'Italie, Acqua e Sapone, Stefano GarzelliLa révélation des équipes qui prendront part au prochain Tour d'Italie n'a pas fait que des heureux. Pire: du côté d'Acqua e Sapone, recalé pour la course au maillot rose, on parle même de mettre la clé sous la porte alors que Stefano Garzelli, leader de la formation continentale pro italienne, a menacé de prendre sa retraite en raison de cette décision. Ambiance dans la Botte...

Dans un communiqué de presse rendu public dans la soirée, Stefano Garzelli, vainqueur du Tour d'Italie en 2000, a annoncé qu'il pourrait finalement prendre sa retraite en raison de ce refus de voir Acqua e Sapone sur les routes du Giro 2012. "J'ai décidé d'envisager sérieusement l'idée de mettre fin à ma carrière. Depuis 15 ans, j'ai offert des joies, de la sueur et de la douleur pour mes fans, ma famille et les organisateurs, mais cela n'est désormais plus pris en compte", affirme le leader d'Acqua e Sapone, visiblement déçu, qui évoque un autre argument de taille dans sa possible décision de raccrocher le vélo. "Dans un mois, ma femme va accoucher pour la quatrième fois et sans objectif sportif majeur, où vais-je trouver la motivation pour m'entraîner et passer du temps loin d'eux?"

"Je voulais finir ma carrière à la fin de ce Giro"

Il continue: "Mon rêve était de mettre fin à cette merveilleuse aventure à la fin du Giro, cette année. Je voulais quitter de la meilleure des manières une course à laquelle j'ai tout donné et à partir de laquelle j'ai également tout reçu." Bref, Garzelli est clairement énervé sur l'organisation du Tour d'Italie, RCS Sport, qui a préféré créer la surprise en sélectionnant notamment le Team NetApp, qui participera ainsi à son premier Grand Tour en mai prochain.

Acqua e Sapone: "Peut-être est-il temps d'arrêter"

L'équipe Acqua e Sapone a également lancé quelques commentaires bien sentis et a évoqué une possible sortie du cyclisme professionnel. "Après douze ans, peut-être le temps est-il arrivé de quitter le vélo", affirme l'un des propriétaires de l'entreprise italienne, Enio Barbarossa. "C'est une décision qui nous force à vraiment réfléchir à notre situation." Serait-ce là une dernière tentative d'obtenir une wild-card en dernière minute? Michele Acquarone, directeur de course du Giro, a toutes les cartes en main...

Gr.I. - Photo: Acqua e Sapone



0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.