McEwen: "Mes chances de victoires sont comptées"

Catégories : Entretiens

cyclisme, Tour de Wallonie Picarde, Robbie McEwen, Circuit Franco-Belge, Team RadioShackVainqueur de la première étape du Tour de Wallonie Picarde, jeudi à Péruwelz, ce vieux roublard de Robbie McEwen n’a, à l’évidence, rien perdu de son légendaire savoir-faire de sprinter. Il sera d’ailleurs le formateur des jeunes fusées australiennes dès l’an prochain au sein de sa nouvelle équipe GreenEdge.

"Je n’ai rien perdu de mon sprint. Je me place comme je l’ai toujours fait. Je n’ai aucune peur. C’est une question de placement et de concentration." Robbie McEwen a remis jeudi le couvert en Hainaut, près de deux mois après avoir remporté l’étape de Mouscron du Tour de Wallonie. Cette fois, c’est en Wallonie Picarde qu’il a sévi, un punch d’enfer comme il en a le secret à l’appui. "A 39 ans, je sais que mes chances de m’imposer commencent à être comptées. Je dois en profiter à chaque occasion. Je suis prêt pour Paris-Tours. Et 5 ou 6 jours après la course française, ma nouvelle vie commencera en Australie, mon pays d’origine où je vais m’installer définitivement."

Robbie va donc quitter la région de Brakel, cet accent anglo-flamand dont il le secret. Notez… le gaillard manie avec verve la langue de Voltaire! "J’intègre le noyau de la nouvelle équipe australienne GreenEdge, pour une demi-saison. L’idée sera de tenter de gagner le maximum de course avant de raccrocher. Mais je serai aussi, sur le vélo, le coach des jeunes sprinters australiens de l’équipe. Je veux étudier leur placement, leur façon de faire dans un sprint, leur transmettre mes conseils et mon expérience." Robbie, père pas encore tranquille, s’entraîne et court comme il l’a toujours fait, avec le plus grand sérieux. "C’est le métier et on le fait à fond ou on ne le fait pas. Après ma retraite, je continuerai à jouer un rôle dans l’équipe au niveau des jeunes sprinters. Je serai entre autres au prochain Tour de France pour visionner les sprints massifs, les analyser et transmettre aux jeunes ce que j’en tire comme conclusions, dans l’optique de leur formation."

En attendant, l’Aussie de poche (1m71 de puissance et de gentillesse), entend encore tenter de sévir sur le Franco-Belge. "Les deux étapes de vendredi et de samedi sont à ma mesure. J’ai le maillot jaune, donc, pourquoi pas tenter le coup? Dimanche sera plus aléatoire avec cette grimpette de la Croix Jubaru à Tournai à répétition. Mais je reste confiant." Il est vrai qu’un McEwen s’imposant au Tour de Wallonie Picarde sera "trop cool", pour l’épreuve hainuyère et pour ce cador du sprint mondial. 

Eric Cornu, à Péruwelz - Photo: Cazeau Pédale-Tour de Wallonie Picarde

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.