Boulogne fête le vélo

Catégories : Webzine

cyclisme, boulogne-sur-mer, championnat de france, sylvain chavanel, jérôme pineau, thomas voeckler, anthony rouxOn se souviendra très longtemps de ces championnats de France de cyclisme sur route disputés à Boulogne-sur-mer le week-end dernier. Tout les éléments étaient réunis pour faire une collection d’anecdotes et de souvenirs de toutes sortes.

Dès le samedi soir déjà, dans les ruelles de la sous-préfecture du Pas-de Calais, l’atmosphère était particulière. Étant donné la situation géographique du Boulonnais, nombreux étaient ceux qui n’étaient pas du tout issu de la région. Et pour les autochtones, chacun paraissait venir de très loin.

Dans les conversations qui naissaient autour d’un verre ou d’un bon repas, la question restait souvent la même : "Vous venez d’où ?" . En revanche les réponses étaient des plus variées. "On vient de Champagne-Ardenne…..On vient de Vendée….On vient de Loire-Atlantique….Nous, on est du Finistère…Nous c’est le Sud, le Lot-et-Garonne… ". Même les Belges étaient présents ! Tout compte fait c’était encore eux qui avaient le moins de route à faire.

La nuit brumeuse et humide inquiète pourtant beaucoup de visiteurs : "Le championnat c’est bien en Juin sous le soleil d’habitude ? Oui, Oui….. On verra demain s’il est au rendez-vous !"

C’est avec cette inconnue de taille que tout le monde était prêt à soutenir les coureurs dimanche matin. Beaucoup se levaient très tôt. Pour installer leur quartier général sur le circuit. Les championnats nationaux c’est toujours LE rendez-vous de l’année entre les supporters et les coureurs tous les fans clubs sont là. On voit fleurir des banderoles un peu partout sur le circuit, quelques inscriptions sur les routes également. On attend plus que les coursiers et les spectateurs….tous à Neufchâtel-Hardelot à 14 kms de là pour le départ.

La commune voisine du premier port de pêche français accueille les champions du jour et leurs aficionados dans le brouillard. Tout le monde est absolument persuadé que le soleil n’apparaîtra pas ce dimanche. Certains conseillent même à leurs protégés de mettre des phares sur leur monture…par soucis de visibilité.

cyclisme, boulogne-sur-mer, championnat de france, sylvain chavanel, jérôme pineau, thomas voeckler, anthony rouxLe départ donné, tout le monde « gicle » pour rejoindre le circuit. Comme par enchantement, après 20 minutes de route, le ciel s’éclaircît nettement. Le bleu dans le ciel se fait plus présent. A tel point qu’on ne parle pas de la course mais de ce temps très bizarre. "Et bien j’aurais parié qu’on ne verrait pas le soleil aujourd’hui !". Ce soleil va monter en puissance au fur et à mesure que la course va se décanter.

Dès les 1ers kilomètres de l’épreuve, on sent bien que la course va être disputée. Les 1ers instants sur le circuit sont particuliers. On guette le passage des coureurs et on cherche à récupérer ses amis. Les retrouvailles s’avèrent assez faciles puisque chaque fan club, qui se respecte, a sorti ses beaux habits de fête pour mieux se faire repérer par son coureur.

Les tours commencent à s’enchaîner. Il y a du marquage dans l’air. Au fur et à mesure que la chaleur s’installe la course fait sa sélection par l’arrière. Les athlètes vont souffrir c’est une certitude. Déjà munis de bouteilles, de casquettes, chaque observateur a bien compris que les championnats étaient bien une course qui avait lieu en juin sous le soleil quel que soit l’endroit, à présent on en est certain. La chaleur de l’an dernier en Vendée est encore dans toutes les mémoires.

A la mi-journée, le rendez-vous cycliste hexagonal prend une tournure attendue. Les cadors sortent du bois. Les choses sérieuses vont commencer, il reste 100 kms à couvrir sous une canicule qui va faire son œuvre pour user encore plus les organismes…comme si la difficulté du tracé ne suffisait pas.

Côté spectateurs, 2 questions existentielles se posent : comment certaines équipes vont tirer leur épingle du jeu avec seulement 1 ou 2 coureurs face aux armadas de 20 à 25 coureurs ? comment faire pour trouver à boire sans rater une miette du spectacle ?

La situation se décante peu à peu. Sylvain Chavanel commence son récital, met la machine en route. Le coureur de Quick Step fait parler la puissance et opère la sélection au fur et à mesure des kilomètres et des tours. Derrière, chacun tente de ressortir pour recoller les morceaux, mais Jérôme Pineau protège son pote parti à la conquête du titre.

Les minutes s’égrènent, il reste seulement quelques dizaines de kilomètres. Celui qui a terminé 2è du Tour des cyclisme, boulogne-sur-mer, championnat de france, sylvain chavanel, jérôme pineau, thomas voeckler, anthony rouxFlandres 2011 démontre au fur et à mesure des coups de pédale qu’il sera très dur d’aller le chercher. Pourtant le tenant du titre Thomas Voeckler part à son tour du groupe de poursuivants. Le leader d’Europcar n’a pas dit son dernier mot et entend défendre son titre jusqu’au bout. Seul Anthony Roux parvient à le suivre. Malgré une bonne entente qui leur permet de revenir un peu sur le coursier de Châtellerault et de nourrir le suspens, l’entente entre le protégé de Jean-René Bernaudeau et le jeune sociétaire de l’équipe FDJ n’est pas suffisante pour mettre à mal le projet secret de « Mimosa » : devenir champion de France.

Chavanel entame son dernier tour. Avec une trentaine de secondes d’avance, il ne lâche rien. Le public lui offre une ovation pendant les 13,7 kms que développe le circuit. On sent une vraie marque de respect pour ce que le coureur de la formation belge est en train de réaliser. Boulogne-sur-mer était un championnat qui ne pouvait consacrer qu’un grand champion. Il n’y a pas eu de hasard, c’est un grand champion qui l’a emporté.

La course terminée, tout le monde tente de récupérer ses esprits. Les athlètes sont à bout de force. La plupart sont simplement heureux d’être allés au bout de la course du jour, si exigeante. Les visages sont marqués, ceux des coureurs par la fatigue et la chaleur, ceux des spectateurs par une température étouffante. On voit la foule se disperser et rejoindre des véhicules des équipes pour refaire le monde avec ses champions. Pour certains staffs c’est la soupe à la grimace et on sent la tension du à la sélection pour le Tour de France qui va être donné dans les heures à venir après l’analyse du championnat, un peu plus loin, le champagne est de sortie. C’est très convivial, à défaut de coupe on boit dans des bidons.

 

L.G.

1 Commentaire Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • Très bel article pour une très belle course sur un très bon circuit qui a consacré un très bon champion de France.

Les commentaires sont fermés.