Grand Prix de Wallonie : à la conquête de la Citadelle avant de songer à Bergen

Catégories : Route

S’il ne bénéficie pas d’un statut WorldTour ou d’une couverture médiatique digne de celui-ci, le Grand Prix de Wallonie démontre tout de même au fil des années des airs de classique. À l’approche des championnats du monde, les puncheurs ont l’occasion de se tester une dernière fois les gambettes sur la Citadelle de Namur, permettant aux organisateurs d’accueillir quelques pointures sur une course qui se veut souvent intense dans son final.

Avant les Mondiaux de Bergen, qui se voudront favorables aux puncheurs cette année, le Grand Prix de Wallonie fait office de préparation idéale en vue de cette course en ligne sur les terres norvégiennes, dix jours plus tard. Le parcours se veut plus abrupt dans son final avec un enchaînement de côtes et buttes dans les 50 derniers kilomètres, dans la vallée de la Meuse. L’enchaînement de la côte de Lustin, de la Tienne aux Pierres et de la Citadelle de Namur, est connu de tous et offre souvent de belles surprises. La plupart des favoris patiente toutefois la côte finale, sur la Route Merveilleuse, pour faire la différence, sur des pavés qui usent les moins courageux.


Le tenant du titre Tony Gallopin (Lotto-Soudal) est ainsi attendu avec son équipier belge Tiesj Benoot pour reprendre le pouvoir sur cette Citadelle, mais ils devront faire face à une sérieuse concurrence, qu’ils retrouveront justement en Norvège. Du côté de la FDJ, le professeur Thibaut Pinot et son élève David Gaudu devraient jouer la carte de l’offensive sur de telles routes, tout comme les Belges Ben Hermans et Dylan Teuns, réunis sous la bannière de la BMC. Affichant une force collective moins impressionnante, l’équipe Quick Step ne manque pas non plus d’outsider, à l’image de Petr Vakoc, qui aime ce type d’ascension et avait conclu le GP de Wallonie à la deuxième place la saison dernière. Le spectacle ne manquera donc pas aux abords de la capitale wallonne, qui vivra une nouvelle fois au rythme des puncheurs.

Le mode d'emploi de la 58e édition du Grand Prix de Wallonie :

Présentation des équipes : dès 10h45 sur l'Esplanade de Chaudfontaine, en face du Source O'Rama.

Départ fictif : 12h00 devant l'Esplanade de Chaudfontaine, en face du Source O'Rama.

Départ réel : 12h04 sur la N62 à Prayon, après 2,3 km en cortège.

Arrivée : vers 17h20 au sommet de la Citadelle de Namur.

Distance : 212,1 kilomètres

Les difficultés de l'épreuve :
Km 33 - Côte de Saint-Hubert
Km 47 - Côte de Saint-Remacle
Km 62 - Côte de Werbomont
Km 169 - Côte d'Ermeton
Km 187 - Côte de Lustin
Km 195 - Tienne aux Pierres
Km 212 - Côte de la Citadelle de Namur

Liste des partants : cliquez ici pour découvrir la liste des partants.

Télévision :
- 15h15 sur La Une (RTBF) avec Mathieu Istace et Gérard Bulens aux commentaires.
- 15h15 sur Eurosport.

Palmarès :
2016 Tony Gallopin (Fra)
2015 Jens Debusschere (BEL)
2014 Greg Van Avermaet (BEL)
2013 Jan Bakelants (BEL)
2012 Julien Simon (Fra)
2011 Philippe Gilbert (BEL)
2010 Paul Martens (All)
2009 Nick Nuyens (BEL)
2008 Stefano Garzelli (Ita)
2007 Bert De Waele (BEL)

Le parcours détaillé et le profil de l'épreuve :

> Cliquez ici pour découvrir l'itinéraire-horaire du GP de Wallonie.

cyclisme, Grand Prix de Wallonie, Citadelle de Namur, Chaudfontaine

Grégory Ienco - Graphiques : TRW'Organisation - Carte : Google Maps, réalisé avec RouteYou

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel