Tour d'Italie - #3 : Gaviria fait la fête face au vent, les candidats au maillot rose perdent des plumes

Catégories : Route

En Sardaigne, sur les superbes côtes de l'île septentrionale de la Botte, les sprinters en ont eu pour leur argent. S'ils ont été battus par un audacieux Lukas Pöstlberger (Bora-Hansgrohe) au terme de la première journée de course, à Olbia, les principaux spécialistes de la vitesse n'ont pas manqué leur rendez-vous avec la ligne droite finale par la suite. Il fallait toutefois être attentif et éviter la moindre faute : Caleb Ewan (Orica-Scott), notamment, l'a appris à ses dépens dans l'emballage massif de la 2e étape, favorable à André Greipel (Lotto-Soudal), avant que les deux hommes sombrent face à la toute-puissance des Quick Step Floors, déposant Fernando Gaviria aux avant-postes après quelques bordures favorables aux abords de Cagliari. Trois étapes, trois vainqueurs différents et trois maillots roses avant les premières pentes, dès mardi, sur l'Etna.

Le vent était certes annoncé plus vif en ce dimanche ensoleillé, avec des rafales jusqu'à 50 km/h à Cagliari, au sud de la Sardaigne. Et la nervosité entre les différentes équipes de sprinters en tête du peloton, dans les trente derniers kilomètres de cette courte étape de plaine, confirmait un final périlleux. Ainsi, dès que les coureurs arrivaient sur la côte, les différentes formations tentaient de s'organiser chacune à leur tour pour faire la différence face au reste du peloton. Les candidats au maillot rose, eux, se retrouvaient rapidement échaudés par ce conflit entre grosses cuisses. Aucun favori au classement général ne semblait vraiment prendre la bonne roue dans ce festival d'accélérations, vent de côté. Si cela ne roulait pas à plus de 46 km/h, l'intensité du souffle d'Éole faisait clairement chauffer l'acide lactique dans les jambes...

Greipel bloqué sur un problème mécanique

Jusqu'au bon coup réussi par les Quick Step. Trois hommes en tête, puis cinq, pour emmener Fernando Gaviria, le sprinter de l'équipe, et Bob Jungels, le leader annoncé pour le général. Avec Rüdiger Selig (Bora-Hansgrohe), Giacomo Nizzolo (Trek-Segafredo), Kanstantsin Siutsou (Bahrain-Merida), Nathan Haas (Dimension Data) et... le maillot rose André Greipel (Lotto-Soudal) dans la roue. À moins de dix kilomètres de l'arrivée, la tentative collective des Quick Step confirmait leur force dès que le vent se lève. Greipel, qui avait déjà dû réaliser un sprint, pour remonter en tête, semblait également bien parti pour tenir sa tunique rose sur ses larges épaules. Jusqu'à ce qu'un incident mécanique lui fasse perdre une centaine de mètres. Et face au vent, même le plus vaillant des rouleurs ne peut tenir tête à un relais constant de cinq gaillards en bleu et blanc.

Dennis et Van den Broeck déjà lâchés

Et ne parlons même pas du peloton, seulement emmené par les Orica-Scott durant un long moment, pendant que les favoris au maillot rose suffoquaient dans ces bordures. Pierre Rolland (Cannondale-Drapac) et Jurgen Van den Broeck (LottoNL-Jumbo) perdaient plus de 2:20 dans l'aventure, Rohan Dennis (BMC) lâchait plus de 5:20 pour sa part... Les Nibali, Pinot, Quintana et autres Van Garderen s'en sortent mieux, dans le peloton, après une longue course-poursuite toutefois. Devant, les Quick Step poursuivaient leurs efforts pour permettre à Jungels de glaner dix secondes sur ses futurs adversaires en montagne et à Gaviria d'aller conquérir sa première victoire d'étape sur le Tour d'Italie, ainsi que le maillot rose en prime !

"Ces bordures, c'est typique de la part de notre équipe", confirme le directeur sportif de Quick Step Rik Van Slycke. "On avait repéré ce virage et ce final très exposé sur la côte de Cagliari. (...) Maintenant, c'est dommage que Fernando (Gaviria) ne pourra pas profiter plus d'un jour de ce maillot rose qu'il a mérité. Il a vraiment fait un superbe travail, tout comme le reste de l'équipe. On espérait un bon début de course, comme celui-ci. Surtout après ces deux premiers sprints manqués". Gaviria aura en effet du mal à tenir face aux assauts des grimpeurs, mardi, lors de la 4e étape tracée aux abords de l'Etna, en Sicile. Les candidats au classement général risquent de faire encore plus mal que dans ces bordures...

Résultats de la 3e étape du 100e Tour d'Italie (Tortolì > Cagliari, 148 km) :

1. Fernando Gaviria (Col, Quick Step Floors) en 3h26'33"
2. Rüdiger Selig (All, Bora-Hansgrohe)
3. Giacomo Nizzolo (Ita, Trek-Segafredo)
4. Nathan Haas (Aus, Dimension Data)
5. Maximiliano Richeze (Arg, Quick Step Floors)
6. Kanstantsin Siutsou (Blr, Bahrain-Merida) à 0'03"
7. Bob Jungels (Lux, Quick Step Floors)
8. Caleb Ewan (Aus, Orica-Scott) à 0'13"
9. Sacha Modolo (Ita, UAE Team Emirates)
10. André Greipel (All, Lotto-Soudal)
...

> Cliquez ici pour découvrir les résultats complets de la 3e étape.

Classement général provisoire :

1. Fernando Gaviria (Col, Quick Step Floors) en 14h45'16"
2. André Greipel (All, Lotto-Soudal) à 0'09"
3. Lukas Pöstlberger (Aut, Bora-Hansgrohe) à 0'13"
4. Bob Jungels (Lux, Quick Step Floors)
5. Kanstantsin Siutsou (Blr, Bahrain-Merida)
6. Caleb Ewan (Aus, Orica-Scott) à 0'17"
7. Roberto Ferrari (Ita, UAE Team Emirates)
8. Ryan Gibbons (Afs, Dimension Data) à 0'23"
9. Enrico Battaglin (Ita, Team LottoNL-Jumbo)
10. Sacha Modolo (Ita, UAE Team Emirates)
...

> Cliquez ici pour découvrir le classement complet.

Maillot mauve (points) : André Greipel (All, Lotto-Soudal)
Maillot blanc (meilleur jeune) : Fernando Gaviria (Col, Quick Step Floors)
Maillot bleu (montagne) : Daniel Teklehaimanot (Ery, Dimension Data)
Classement par équipes : Quick Step Floors

Grégory Ienco - Photo : RCS Sport/Giro d'Italia

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.