Amstel Gold Race : même sans le Cauberg, Gilbert réalise la passe de quatre !

Catégories : Dames, Route

L'inquiétude était réelle chez les puncheurs du peloton : un sprint était-il évitable sur la nouvelle arrivée proposée sur cette 52e édition de l'Amstel Gold Race, vu l'absence de côte à moins de six kilomètres de l'arrivée ? La course féminine avait prouvé que les audacieux pouvaient clairement faire la différence avec le seul Bemelerberg dans ce final réadapté. Les puncheurs, chez les messieurs, ont donc adopté la même tactique, jouant la carte de l'offensive bien avant ce circuit final pour assurer la victoire sur la chaussée en faux-plat montant de Berg en Terblijt. Avec, au final, un sprint à deux entre deux anciens vainqueurs de la classique néerlandaise : Philippe Gilbert (Quick Step) d'un côté, Michal Kwiatkowski (Sky) de l'autre.

Les coureurs de classiques sont enfin décidés à montrer qu'il suffit d'un poil d'audace et d'une tactique plus offensive pour se rapprocher de la victoire. Les courses d'attente semblent d'un autre temps, l'heure est aujourd'hui aux attaques au long cours. La preuve, encore, sur cet Amstel Gold Race, qui proposait un parcours retravaillé, un Cauberg évincé des cinq derniers kilomètres et un tracé favorable aux attaquants. Sur les 35 côtes proposées dans le sud du Limbourg néerlandais, il ne fallait pas quitter la tête du peloton au risque de se voir bloquer sur ces chemins exigus... C'est ainsi qu'aux abords du Kruisberg, à près de 40 kilomètres du but, le Colombien Sergio Luis Henao (Sky) a surpris le peloton, jusque là mené par les BMC, en attaquant en force, prenant dans sa roue le champion de Belgique Philippe Gilbert (Quick Step), le Suisse Michael Albasini (Orica-Scott) ou encore le Belge Tiesj Benoot (Lotto-Soudal).

"Encore une longue attaque"

Une dizaine de kilomètres plus loin, alors que Benoot lâchait prise, le Polonais Michal Kwiatkowski (Sky), vainqueur de Milan-Sanremo, accélérait de ce même peloton pour tenter de revenir sur la tête de course. Il emmenait notamment Greg Van Avermaet (BMC) et Alejandro Valverde (Movistar) dans sa roue, avant de filer en solitaire pour revenir à l'avant. "Encore une fois, on a dû tenter une longue attaque, après une course déjà très dure", souligne ainsi Philippe Gilbert, de nouveau dans le bon coup, deux semaines après son succès sur le Tour des Flandres. Mais cette fois, le champion de Belgique restait bien dans les roues et faisait sa part du boulot avec six autres hommes de tête. Tout le monde restait bien calme, même dans la dernière ascension du Cauberg. Et la solidarité affichée dans les relais permettait au groupe de tête d'envisager la victoire sans le moindre danger, vu le retard affiché par Van Avermaet, Valverde et le reste du peloton.

Un sprint s'annonçait-il entre les hommes de tête ? "C'était un final très dur et tout le monde méritait la victoire vu le travail consenti dans ces derniers kilomètres. C'était du bon boulot qu'on a réussi ensemble. Tout le monde semblait toutefois à la limite. Et il faut essayer de donner 1 à 2% de plus dans les moments décisifs", confie encore Gilbert, qui a su fatiguer ses adversaires avec Kwiakowski dans le Bemelerberg, dernière ascension de la journée située à six kilomètres de l'arrivée, avant de sortir... en facteur, à deux. Les deux anciens champions du monde se relayaient parfaitement alors que la mésentente s'installait dans le reste du groupe d'attaquants. "Je sais qu'avec Kwiatkowski, il est toujours bon de collaborer, il sait qu'il faut bosser", ajoute Gilbert, visiblement heureux de filer en duo vers la ligne d'arrivée.

Le sprint n'était toutefois pas gagné d'avance pour le champion de Belgique. Gilbert mettait ainsi la pression sur son rival polonais en arrêtant de rouler dans la dernière ligne droite, à 900 mètres du but. Kwiatkowski patientait de loin puis lançait son sprint de très loin, à 300 mètres de la ligne. "Il m'a un peu surpris dans son sprint, en partant de si loin avec le vent de face. Je n'ai pas paniqué. Je sentais que je me rapprochais et que j'allais jouer la victoire", raconte Gilbert, qui profitait des derniers mètres pour se retourner et afficher un large sourire, avant de faire le chiffre 4 avec les doigts. Signe de sa quatrième victoire sur l'Amstel Gold Race, sur trois arrivées différentes en prime ! Deux semaines après le Tour des Flandres, le champion de Belgique confirme finalement qu'il a bien eu raison d'éviter Paris-Roubaix pour mettre la priorité sur les classiques ardennaises.

"Mon objectif est de gagner une classique chaque année. Là ça fait deux en un an, peut-être pour cacher le fait que je n'ai pas pu le faire ces dernières années", rigole-t-il. Et avec la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège qui approchent, le Remoucastrien montre qu'une course offensive peut clairement faire bouger les lignes. Alors, les courses d'attente vont-elles enfin être évitées sur les deux prochaines classiques wallonnes ? Il faudra compter sur les héros de l'Amstel Gold Race pour surprendre leurs rivaux bien avant le Mur de Huy ou la côte de Saint-Nicolas !

Résultats de la 52e édition de l'Amstel Gold Race (Maastricht > Berg en Terblijt, 261 km) :

1. Philippe Gilbert (BEL, Quick Step Floors) en 6h33'55"
2. Michal Kwiatkowski (Pol, Team Sky)
3. Michael Albasini (Sui, Orica-Scott) à 0'10"
4. Nathan Haas (Aus, Dimension Data)
5. José Joaquin Rojas (Esp, Movistar Team)
6. Sergio Luis Henao (Col, Team Sky)
7. Ion Izagirre (Esp, Bahrain-Merida) à 0'14"
8. Michael Gogl (Aut, Trek-Segafredo) à 1'10"
9. Sonny Colbrelli (Ita, Bahrain-Merida) à 1'11"
10. Michael Matthews (Aus, Team Sunweb)

> Cliquez ici pour découvrir les résultats complets de l'Amstel Gold Race.

Van der Breggen triomphe en solo

Quelques heures avant les hommes, la première édition de l'Amstel Gold Race destinée aux dames offrait un spectacle intense, avec des offensives de toutes parts dans les 50 derniers kilomètres, tracés autour du Cauberg, sur l'ancienne arrivée traditionnelle de la classique néerlandaise. Ce n'est pourtant pas sur ce Cauberg que la course s'est finalement jouée. Alors qu'Elizabeth Deignan (Boels Dolmans), Katarzyna Niewiadoma (WM3) et Elisa Longo Borghini (Wiggle High5) partaient aux avant-postes dans l'avant-dernière ascension du Cauberg, la décision se faisait aux abords du Bemelerberg, suite à une offensive d'Annemiek van Vleuten (Orica-Scott), qui prenait dans sa roue Anna van der Breggen (Boels Dolmans) et Coryn Riviera (Sunweb) pour rentrer sur le groupe de tête. L'entente était toutefois fragile, et Van der Breggen en profitait au sommet de cette ascension pour tenter sa chance en solitaire.

cyclisme,amstel gold race,dames,uci,worldtour

Avec plus d'une demi-minute d'avance sur ses poursuivantes au pied du Cauberg, à moins de 2.500 mètres de la ligne, la championne d'Europe et championne olympique semblait bien partie pour dominer cette première édition de l'Amstel Gold Race. Elle ne se retournait qu'à 300 mètres du but, pour se voir confirmer une nouvelle victoire de prestige durant cette première manche du triptyque ardennais. "Le cyclisme féminin est bien plus amusant et plus intense que certaines courses masculines, et maintenant les gens peuvent enfin le voir", se félicitait Van der Breggen à la télévision néerlandaise. La Néerlandaise de 26 ans confirme finalement que les dames méritaient bien un vrai triptyque ardennais, avec une première édition de l'Amstel pour le moins intéressante, avant la Flèche Wallonne, mercredi, et une première édition très attendue de Liège-Bastogne-Liège, dimanche prochain.

Résultats de la 1re édition de l'Amstel Gold Race dames (Maastricht > Berg en Terblijt, 121 km) :

1. Anna van der Breggen (P-B, Boels Dolmans) en 3h15'57"
2. Elizabeth Deignan (G-B, Boels Dolmans) à 0'55"
3. Katarzyna Niewiadoma (Pol, WM3 Cycling Team)
3. Annemiek van Vleuten (P-B, Orica-Scott)
5. Elisa Longo Borghini (Ita, Wiggle High5 Cycling Team)
6. Coryn Rivera (USA, Team Sunweb) à 1'02"
7. Amy Pieters (P-B, Boels Dolmans) à 1'51"
8. Pauline Ferrand-Prévot (Fra, Canyon SRAM Racing)
9. Ashleigh Moolman-Pasio (Afs, Cervélo-Bigla Team)
10. Ellen van Dijk (P-B, Team Sunweb)

> Cliquez ici pour découvrir les résultats complets de l'Amstel Gold Race dames.

Grégory Ienco - Photos : Capture Eurosport

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.