Tirreno-Adriatico : Nairo Quintana met déjà la pression avant son doublé Giro-Tour de France

Catégories : Route, Webzine

Pendant que certains poursuivent leur entraînement au fil des stages en Espagne ou en Afrique du Sud, comme Chris Froome, pendant que d'autres préfèrent s'affûter sur les pentes françaises de Paris-Nice, comme Alberto Contador ou Sergio Luis Henao, le Colombien Nairo Quintana (Movistar) a profité de Tirreno-Adriatico et plus particulièrement de l'arrivée au sommet du Monte Terminillo pour confirmer son statut de patron des courses par étapes. Le grimpeur sud-américain s'est montré impérial face à Geraint Thomas (Sky), Adam Yates (Orica-Scott), Thibaut Pinot (FDJ) ou encore Rigoberto Uran (Cannondale-Drapac), et semble en bonne posture en vue du Tour d'Italie... et du Tour de France, deux épreuves qu'il compte enchaîner cette saison.

Certes, contrairement à Paris-Nice, le suspense ne fut pas très long sur les routes de Tirreno-Adriatico. Offrant seulement deux étapes pour puncheurs et une journée en haute montagne, coincés entre deux contre-la-montre (un par équipes pour débuter, un individuel pour conclure), la Course entre deux mers ne pouvait vraiment filer entre les doigts d'un pur grimpeur. Il suffisait en effet de creuser l'écart sur les pentes du Monte Terminillo, à l'occasion de la quatrième étape, samedi dernier, pour ensuite gérer son avantage jusqu'à San Benedetto del Tronto, ce mardi. C'est exactement ce qu'a réussi Nairo Quintana (Movistar), déjà vainqueur la saison dernière sur le Monte Terminillo, à l'époque enneigé. Cette fois, le soleil était au rendez-vous et le Colombien ne s'est pas fait prier pour obtenir un avantage encore plus intéressant. Sur le juge de paix de l'épreuve italienne, le leader de la Movistar a ainsi pris près de 20 secondes sur Geraint Thomas (Sky), largué au classement général suite au mauvais chrono par équipes de sa formation, Adam Yates (Orica-Scott), Rigoberto Uran (Cannondale-Drapac) et ses autres rivaux.

Nairo Quintana n'avait ensuite qu'à tenir la roue de ses adversaires sur les murs à 22% menant vers Fermo puis ne pas chuter dans le court chrono final de 10 kilomètres pour conquérir son deuxième Tirreno-Adriatico. Et pourtant, malgré ce succès aisé, le Colombien ne tenait pas à pavoiser : "Cette victoire ne signifie rien par rapport à la suite de la saison : le Giro sera bien différent", confiait-il ainsi en conférence de presse après son succès au Monte Terminillo. "Je pense que mes rivaux sont bien et arrivent en condition à temps aussi. Je dois me préparer pour les affronter, car ce sont de sacrés rivaux. Pas question de les sous-évaluer". Avant d'ajouter qu'il n'était en fait pas à son meilleur, souffrant d'un rhume en début de course.

Geraint Thomas se veut lui-même rassurant, malgré cette défaite sur les pentes italiennes. "Cela reste encourageant vu que c'est la première arrivée en altitude de la saison pour moi", explique-t-il à Cyclingnews. "Cette accélération que Quintana a tenté était phénoménale, et je savais que je ne pouvais pas tenir le coup. J'ai dû aussi me donner un coup d'accélérateur, sans aller dans le rouge. Je devais tenter de maintenir le juste rythme. J'ai commencé à revenir, mais il a accéléré à nouveau. Mais ouais, ce n'est pas si mal". Le Britannique ne manquera donc pas de donner son ressenti à ses équipiers Sergio Luis Henao, vainqueur de Paris-Nice pour deux secondes, et Chris Froome, à l'entraînement dans le sud de la France avant son retour à la compétition prévu sur le Tour de Catalogne, dès lundi prochain.

cyclisme,uci,worldtour,tirreno-adriatico,nairo quintana,movistar,thibaut pinot

Nairo Quintana, pour sa part, profite de cette victoire comme un gain de confiance supplémentaire pour la suite de la saison, avant de reprendre sa préparation en vue de cet été qui s'annonce pour le moins intense. Dès ce mardi soir, le Colombien rentre en effet au pays, à Boyaca, pour continuer son entraînement avant un retour en Europe prévu sur le Tour des Asturies, le 29 avril prochain. "Tirreno-Adriatico est son premier pic de forme et il va se préparer pour en avoir un autre au Giro, car c'est impossible de rester aussi fort du Tour de Valence jusqu'au mois de mai", explique le directeur sportif de Movistar Vicente Garcia, à VeloNews. "Cette année, Nairo essaye de prendre les choses calmement vu qu'il a deux Grands Tours consécutifs en vue".

Quintana l'a d'ailleurs confirmé avant d'arriver sur Tirreno-Adriatico : le Colombien de 27 ans espère bien ramener outre-Atlantique un nouveau maillot rose et un premier maillot jaune ! S'il n'a jamais remporté le Tour de France, le petit grimpeur a ainsi avoué à Cycling Weekly que le Giro avait une place particulière dans son cœur : "Il est clair qu'il me manque toujours quelque chose sur le Tour de France mais j'ai plus d'affection pour le Giro". Alors, un premier pic de forme pour l'homme fort de la Movistar est prévu au mois de mai. Mais pourra-t-il tenir un tel rythme jusqu'en juillet, seulement un mois après le final du Giro ? Alberto Contador s'est déjà essayé à l'exploit, sans succès. Quintana semble lui avoir les armes pour faire mentir le peloton actuel.

Résultats de la 7e étape de Tirreno-Adriatico (San Benedetto del Tronto > San Benedetto del Tronto, 10 km) :

1. Rohan Dennis (Aus, BMC Racing Team) en 11'18"
2. Jos van Emden (P-B, Team LottoNL-Jumbo) à 0'03"
3. Michael Hepburn (Aus, Orica-Scott)
4. Stephen Cummings (G-B, Dimension Data) à 0'08"
5. Primoz Roglic (Slo, Team LottoNL-Jumbo) à 0'11"
6. Maciej Bodnar (Pol, Bora-Hansgrohe) à 0'15"
7. Edvald Boasson Hagen (Nor, Dimension Data)
8. Geraint Thomas (G-B, Team Sky) à 0'16"
9. Ryan Mullen (Irl, Cannondale-Drapac) à 0'17"
10. Alex Dowsett (G-B, Movistar Team)

> Cliquez ici pour découvrir les résultats complets de la 7e étape.

Classement général final :

1. Nairo Quintana (Col, Movistar Team) en 25h56'27"
2. Rohan Dennis (Aus, BMC Racing Team) à 0'25"
3. Thibaut Pinot (Fra, FDJ) à 0'36"
4. Primoz Roglic (Slo, Team LottoNL-Jumbo) à 0'45"
5. Geraint Thomas (G-B, Team Sky) à 0'58"
6. Tom Dumoulin (P-B, Team Sunweb) à 1'01"
7. Jonathan Castroviejo (Esp, Movistar Team) à 1'18"
8. Rigoberto Uran (Col, Cannondale-Drapac) à 1'36"
9. Bauke Mollema (P-B, Trek-Segafredo) à 1'38"
10. Domenico Pozzovivo (Ita, Ag2r-La Mondiale) à 1'59"

> Cliquez ici pour découvrir les résultats complets du classement général.

Grégory Ienco - Photos : RCS Sport/LaPresse - D'Alberto / Ferrari

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.