Wout Van Aert champion du monde de cyclo-cross : "Je croyais que j'allais courir pour la deuxième place"

Catégories : Cyclo-cross

Quel spectacle sur le tracé boueux de Belvaux ! Il ne fallait pas cligner des yeux au risque de manquer un événement important de cette course des élites messieurs. La lutte pour le titre de champion du monde s'est malheureusement jouée  après une belle lutte, sur des problèmes mécaniques. Des crevaisons qui ont eu raison du Néerlandais Mathieu van der Poel, en pleurs sur le podium, voyant son adversaire belge Wout Van Aert grimper sur la plus haute marche du podium après une démonstration de force dans le final. Mais le résultat est là et limpide : pour la deuxième année consécutive, Van Aert s'offre le maillot irisé.

Dès le premier tour de ce championnat du monde technique, Mathieu van der Poel semblait filer vers une victoire autoritaire à l'image de son compatriote Joris Nieuwenhuis, trois heures plus tôt lors de la course dédiée aux espoirs. Finalement, au fil des tours, le concurrent néerlandais a perdu des plumes et surtout a compté les crevaisons, permettant à son rival belge Wout Van Aert de revenir petit à petit. Le N.1 mondial et tenant du titre était lui même surpris de revenir dans la roue de son rival batave : "Au départ, je pensais que j'allais courir pour la deuxième place quand j'ai vu Mathieu (van der Poel) partir comme ça, en solo", confirme le champion du monde. "Puis, dans le deuxième tour, j'ai retrouvé mon rythme. Je pense que j'avais besoin de ce premier tour pour bien me lancer. J'ai alors cru qu'il était possible de gagner. J'ai eu évidemment de la chance avec la crevaison de Mathieu. Ce fut plus facile pour moi de revenir puis de prendre l'avantage."

cyclo-cross,championnats du monde,mondiaux,belvaux,bieles,wout van aert,vérandas willems-crelan,mathieu van der poel,kevin pauwels

La quatrième crevaison de Van der Poel, au bout de quatre tours, était celle de trop pour le Néerlandais. Ce dernier perçait en effet son pneu arrière au début du cinquième tour, juste entre deux pitlanes. Impossible pour le leader de la course, jusque là, de suivre le rythme de Van Aert qui accélérait d'un coup. "Je pense en effet que le pneu crevé de Mathieu a changé le cours de la course. Mais c'est cela le cyclo-cross", confie Van Aert. "J'ai aussi eu une crevaison mais j'ai eu la chance que cela se passe juste devant la pitlane. Et puis, les pneus Michelin, c'est Niels que je dois remercier pour les avoir choisis. Il m'avait expliqué qu'il y avait une meilleure adhérence sur ce type de parcours avec ces pneus, et quand on crève, on peut rouler plus longtemps qu'avec un pneu crevé normal. C'était un choix important et je remercie mon directeur sportif pour cela".

cyclo-cross,championnats du monde,mondiaux,belvaux,bieles,wout van aert,vérandas willems-crelan,mathieu van der poel,kevin pauwels

Wout Van Aert a finalement tenu le rythme jusqu'au dernier tour, pour s'imposer avec plus d'une demi-minute d'avance sur Van der Poel au terme d'une belle lutte d'une heure sur le tracé technique et boueux de Belvaux.  "Je ne m'attendais pas à gagner vu cette dernière semaine qui a été particulièrement difficile", lance le désormais double champion du monde. "J'avais toujours ce problème au genou et je n'ai pas pu rouler pendant une semaine, même si beaucoup n'y ont pas cru... Ce n'était pas la meilleure préparation pour ces Mondiaux. Mais j'ai tenté de me concentrer pendant une heure et d'y aller à fond, en me disant que j'allais obtenir un bon résultat malgré tout en continuant à ce rythme. C'est dommage que tant de coureurs aient connu la malchance, avec des pneus crevés, comme Mathieu (van der Poel). Mais je ne pouvais évidemment pas l'attendre, c'est malheureusement la course qui est comme ça. Elle peut être cruelle."

Van der Poel : "La plus grande déception de ma carrière"

Mathieu van der Poel, sur le plateau de la VRT et en conférence de presse, n'a pu cacher sa tristesse et ses larmes. En pleurs, il a tenté de s'exprimer sur cette médaille d'argent qu'il espérait voir d'or vu son départ fulgurant. "Il s'agit simplement de la plus grande déception de ma carrière", clame le jeune coureur de 22 ans. "Je me sentais physiquement prêt pour gagner. Ce n'est pas cool de perdre sur un coup de malchance... Sur ma première crevaison, j'ai pu reprendre rapidement le rythme et quand j'étais dans la roue de Wout, je gardais confiance. Mais au bout de la troisième crevaison, je me suis retrouvé trop loin de la pitlane. Cela m'a coûté beaucoup trop de temps... Je ne voyais pas pourquoi j'aurais dû changer de matériel au niveau des pneus. Sur un autre parcours, j'aurais pu rouler sur 100 pierres et n'avoir aucune crevaison".

cyclo-cross,championnats du monde,mondiaux,belvaux,bieles,wout van aert,vérandas willems-crelan,mathieu van der poel,kevin pauwels

Mathieu van der Poel tentait toutefois de résumer le sentiment de chacun sur le tracé des championnats du monde, sur les labourés du Grand-Duché du Luxembourg : "Malgré tout, je me suis bien amusé pendant une heure sur un vrai parcours de cyclo-cross. C'était amusant, au moins." Les supporters de la discipline ne pouvaient en effet qu'être heureux après un tel week-end.

Grégory Ienco, à Belvaux - Photos : Photo News/Nico Vereecken, Kristof Ramon et Vincent Kalut

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Écrire un commentaire

Optionnel