Championnats du monde : Sagan maître du peloton, les Belges devaient espérer mieux

Catégories : Route, Vidéos

Les coureurs belges avaient annoncé une course d'usure et n'ont pas manqué de prouver à l'ensemble du peloton qu'ils étaient prêts à mettre le bazar eux-mêmes dans le vent qatari. Et vers Doha, les hommes de Kevin De Weert ont fait la course parfaite, avant d'emmener les sprinters dans un fauteuil vers le "sommet" de l'île artificielle The Pearl. Il a manqué d'une dernière offensive sur ce circuit final pour surprendre les sprinters et éviter un deuxième titre mondial de Peter Sagan, véritable patron du peloton actuel.

Tom Boonen avait prévenu : "Il ne devrait y avoir que près de soixante coureurs sur la ligne d'arrivée". Le co-leader de la sélection belge, avec Greg Van Avermaet, annonçait ainsi une course éreintante et difficile, loin des sprints massifs qui ont émaillé les arrivées des précédentes courses de ces championnats du monde à Doha. Car contrairement aux épreuves destinées aux juniors, espoirs et dames, les élites messieurs devaient se farcir une centaine de kilomètre face au vent du désert qatari. Et bonne nouvelle pour les habitués des bordures : le souffle d'Eole était parfaitement aligné pour lancer ces bordures sur la route du retour vers la capitale de l'Émirat. Alors, Boonen et ses équipiers ont simplement décidé de réaliser le vœu du leader belge. Dès le virage à droite vers Al-Khor et Doha, à plus de 180 kilomètres de l'arrivée, les coureurs en noir-jaune-rouge ont mis en route en tête du peloton pour provoquer ces bordures !

cyclisme,championnats du monde,mondiaux,doha,qatar,peter sagan,tom boonen,mark cavendish,the pearl

En seulement deux heures de course, les Belges montraient qu'ils étaient la meilleure équipe de ces championnats du monde. Avec six hommes sur les neuf au départ dans le groupe de tête réduit à une vingtaine d'unités, les hommes du sélectionneur Kevin De Weert ont clairement mené les débats jusqu'à l'arrivée sur l'île artificielle de The Pearl, au nord de la capitale du Qatar. Les Italiens (avec quatre coureurs dont Elia Viviani et Giacomo Nizzolo) et Norvégiens (trois coureurs dont Edvald Boasson Hagen et Alexander Kristoff) tenaient également le haut du panier tandis que les autres favoris Peter Sagan, Michael Matthews et Mark Cavendish obtenaient l'aide d'un équipier pour espérer tenir le choc face à l'armada noire-jaune-rouge. Et prouver que le surnombre ne suffit pas pour triompher sur un championnat du monde. Surtout après plus de cinq heures intenses à près de 45 km/h de moyenne et sous une température moyenne de 36 degrés. Les visages de Marcel Kittel et John Degenkolb, après leur abandon à plus de 30 kilomètres de l'arrivée, confirmaient cette course éreintante, que ce soit en tête de l'épreuve ou en poursuite.

cyclisme,championnats du monde,mondiaux,doha,qatar,peter sagan,tom boonen,mark cavendish,the pearl

Les Belges étaient donc à leur avantage dans le premier groupe mais dans les sept tours tracés sur The Pearl, il fallait encore réussir à éliminer les derniers favoris. Et là-dessus, les coureurs du plat pays ont manqué leur tentative. Jens Keukeleire, Jasper Stuyven et Oliver Naesen ont en effet tiré tant et plus le groupe de tête, espérant ne pas voir le groupe de poursuite rentrer d'ici la ligne d'arrivée. Les Belges en ont du coup oublié les autres sprinters présents dans le premier peloton et leur ont offert un boulevard jusqu'à la dernière ligne droite en légère montée. Ils avaient pourtant la possibilité de faire encore craquer le reste du groupe de tête avec Jürgen Roelandts, Oliver Naesen voire même Greg Van Avermaet. Personne n'a finalement rien tenté, préférant l'avant du groupe à la position d'attaquant.

cyclisme,championnats du monde,mondiaux,doha,qatar,peter sagan,tom boonen,mark cavendish,the pearl

Certes, Van Avermaet se montrait directement derrière Niki Terpstra à moins de sept kilomètres du but. Mais c'est tout... Quand le Néerlandais Tom Leezer sortait à 2.500 mètres du but, personne ne trouvait la roue du coureur batave. Les Belges, toujours aux avant-postes, devaient ainsi faire l'effort pour rattraper l'homme en orange. Et en faisaient ainsi profiter les sprinters dans leurs roues... Tom Boonen tentait bien de lancer son sprint final de loin, aux 200 mètres, il était trop tendre face au Britannique Mark Cavendish, pourtant retardé dans la roue de l'Australien Michael Matthews, et au Slovaque Peter Sagan, sorti d'un trou de souris pour remporter son deuxième titre mondial consécutif.

cyclisme,championnats du monde,mondiaux,doha,qatar,peter sagan,tom boonen,mark cavendish,the pearl

Peter Sagan confirme ainsi sa maîtrise du peloton sur tous les terrains. Même sur un sprint massif annoncé, face aux ténors de l'emballage final, après plus de 250 kilomètres à toute vitesse, le coureur slovaque sait faire la différence grâce à sa puissance naturelle. Et sur ce léger faux-plat, c'était suffisant. Après son attaque parfaite au sommet de la dernière côte pavée de Richmond, Sagan a cette fois triomphé des sprinters en une accélération bien placée. C'est ce qui a manqué aux Belges : un brin de justesse. Car la domination était claire du côté belge, mais il fallait encore transformer l'essai. Attendre le sprint, malgré la confiance de Boonen, n'était certainement pas la meilleure option face à de tels coureurs à ses côtés. Boonen devra donc se contenter d'un dernier podium mondial, avant sa retraite annoncée à la mi-avril après Paris-Roubaix. Sa déception affichée par son geste de dégoût sur la ligne confirme que le coureur belge pouvait espérer mieux à Doha...

cyclisme,championnats du monde,mondiaux,doha,qatar,peter sagan,tom boonen,mark cavendish,the pearl

cyclisme,championnats du monde,mondiaux,doha,qatar,peter sagan,tom boonen,mark cavendish,the pearl

Résultats de l'épreuve (Doha > Doha, 257.4 km) :

Grégory Ienco - Photos : Photo News

1 Commentaire Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • Les belges devaient attaquer c'est facile à dire après coup . Kevin De Weert a expliqué qu'ils étaient cuits et qu'ils n'avaient plus les jambes pour lancer une attaque . Ils ont fait un boulot fantastique sous une chaleur torride en plus et il y a encore des critiques . Reprocher à Boonen d'avoir voulu jouer sa carte voir même d'être la cause de la perte des belges n'est pas correct . Il a fait une super course et n'a pas non plus ménagé ses efforts pour créer la bordure . Sagan lui n'a pas dû faire le moindre effort jusqu'au 150 m . Pensez-vous vraiment qu'un autre belge aurait pu faire un meilleur résultat ? Tom a lancé son sprint le premier , un peu trop tôt et les autres ont surgit de l'arrière c'est sans doute sa seule petite erreur . l'attaque de Leezer a aussi un peu contrarié le final des belges .

Écrire un commentaire

Optionnel