Tour d'Espagne - #2 : Gianni Meersman peut enfin lever les bras sur un Grand Tour

Catégories : Route, Vidéos

Sprinter reconnu sur les arrivées en faux-plat montant, Gianni Meersman (Etixx-Quick Step) a enfin confirmé qu'il peut encore répondre aux grands rendez-vous. Toujours sans le succès depuis le début de la saison, le coureur de Tielt a bénéficié du parfait travail de ses équipiers et notamment du Tchèque Zdenek Stybar pour lancer sa pointe de vitesse dans les 150 derniers mètres sur l'arrivée pentue de Baiona, en Galice, et célébrer sa première victoire de l'année, mais surtout la première de sa carrière sur un Grand Tour.

Cela fait bien longtemps qu'il court après ce succès. Habitué aux courses par étapes d'une semaine et aux classiques pour puncheurs habitués au sprint, le Belge Gianni Meersman (Etixx-Quick Step) n'a jamais pu trouver le sourire sur une épreuve de trois semaines, que ce soit le Tour d'Italie (qu'il a toujours quitté en première semaine) ou le Tour d'Espagne (il en est à sa 5e participation), les deux Grands Tours auxquels il a déjà pris part dans sa carrière. À 30 ans, il était temps pour le Flandrien d'enfin prouver sa valeur sur une course du WorldTour. Surtout après une nouvelle saison galère, dont le début a été marqué par de nouveaux problèmes au dos et au genou droit...

Miné par les blessures depuis le début de sa carrière, Gianni Meersman a toutefois profité des quelques éclaircies laissées par son corps pour se replacer parmi les meilleurs du peloton. La preuve sur cette deuxième étape de la Vuelta. Le coureur belge était annoncé comme le leader d'Etixx-Quick Step dans le final en faux plat de Baiona, et il a pu ainsi profiter d'un travail parfait de ses hommes dans le dernier kilomètre. Personne n'a pu détrôner les hommes en bleu et blanc dans ces derniers hectomètres, avec notamment un Zdenek Stybar en verve en tête du peloton.

cyclisme,uci,vuelta,tour d'espagne,gianni meersman,etixx-quick step,michal kwiatkowski,team sky

"L'équipe a réalisé un travail parfait", confirme Meersman au micro de la VRT, à l'arrivée. "Le puzzle s'est parfaitement mis en place. Je me sentais si bien aujourd'hui mais j'avais quand même un peu de stress". Malgré ce stress et deux lourdes chutes dans le peloton derrière lui dans les deux derniers kilomètres, Meersman a sorti son puissant sprint à 150 mètres du but pour triompher devant l'Allemand Michael Schwarzmann (Bora-Argon 18) et le jeune Danois Magnus Cort (Orica-BikeExchange). Pas une opposition digne d'un sprint massif du Tour de France, mais un sprint pour costauds que Meersman a bien géré.

"J'avais appelé ma femme avant l'étape pour lui dire qu'elle devait bien regarder la télévision cet après-midi. Je me suis tant entraîné pour être au top sur la Vuelta", confie le coureur belge, vainqueur de sa première étape sur un Grand Tour et sa première course de la saison. Ce succès belge est complété par la cinquième place du Thudinien Jonas Van Genechten (IAM Cycling), bloqué dans le final pour lancer son sprint, alors que le champion de Belgique Philippe Gilbert (BMC) s'est montré aux avant-postes dans les quarante derniers kilomètres en revenant en solo sur l'échappée matinale avant de tenter une nouvelle offensive, sans toutefois trouver de coureurs à ses côtés, à moins de dix bornes du but.

Résultats de la 2e étape du Tour d'Espagne (Ourense > Baiona, 160.8 km) :

Gr.I. - Photos : Photo News/Graham Watson

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.