Flèche Wallonne : Valverde n'a jamais été inquiété pour son 4e sacre

Catégories : Route, Vidéos

Il connaît le Mur de Huy comme sa poche et n'a pas manqué de le confirmer pour une quatrième fois, ce mercredi : le champion d'Espagne Alejandro Valverde (Movistar) a parfaitement contrôlé la 80e édition de la Flèche Wallonne avec son équipe, avant d'assurer le tempo sur le Mur de Huy pour lancer la bonne offensive à 150 mètres de la ligne, malgré la prise de pouvoir d'Etixx-Quick Step quelques mètres auparavant. Il en fallait bien plus pour détrôner le Murcien, auteur de sa quatrième victoire devant l'église de la Sarte.

Le travail maîtrisé des Movistar

Cette Flèche Wallonne a ressemblé à un replay de la précédente édition : quelques attaques dans les trente derniers kilomètres sans véritable incidence, un peloton groupé au pied du Mur de Huy et des favoris se regardant jusqu'au fameux virage Claudy Criquielion, où la pente se fait la plus rude. Et puis, la bonne attaque. Celle qui permet de prendre les quelques mètres suffisants pour la victoire finale au sommet du chemin des Chapelles. Et encore une fois, l'Espagnol Alejandro Valverde a surgi au meilleur moment malgré la bonne approche des Etixx-Quick Step au fil de la pente. Sur cette innovation des hommes de Patrick Lefevere, "Bala" a dû attendre les 150 derniers mètres pour placer son accélération décisive et filer vers son quatrième succès, historique, sur cette Flèche Wallonne qu'il connaît désormais parfaitement. "Oui, je connais bien cette côte, c'est celle qui me convient certainement le mieux, mais le travail de mon équipe a aussi été formidable durant toute la journée, je n'ai pas eu de quoi m'inquiéter", lançait-il avec le sourire au micro de la RTBF et d'Eurosport à l'arrivée.

cyclisme,flèche wallonne,mur de huy,alejandro valverde,movistar,julian alaphilippe,daniel martin,etixx-quick step,huy,uci,worldtour

Les Movistar ont en effet été présents durant toute la journée devant les caméras. Pour mener le peloton, pour contrer les éventuelles offensives comme celle de Björn Thurau (Wanty-Groupe Gobert) dans la deuxième montée du Mur de Huy via Ruben Fernandez, ou celle du champion du Luxembourg Bob Jungels (Etixx-Quick Step) à quinze kilomètres de l'arrivée via Ion Izagirre, puis pour replacer le champion d'Espagne en première ligne à l'approche du fameux Mur, dans les 900 derniers mètres les plus intenses. La formation espagnole se considérait comme patronne de la course et n'a pas manqué de le rappeler aux éventuels attaquants du jour. Dans la côte d'Ereffe, le rythme était si intense que personne ne pouvait accélérer encore le rythme imprimé par les hommes en bleu. Bref, l'équipe de Valverde a parfaitement géré l'ensemble de la course pour mener son leader au sommet.

L'absence de réaction des rivaux

D'un autre côté, bon nombre d'équipes ont visiblement joué le jeu de Movistar sans vraiment faire bloc. Les Katusha et Tinkoff ont longtemps collaboré en tête du peloton et n'ont jamais essayé de surprendre les équipiers de Valverde via une offensive dans la dernière boucle ou même en anticipant les côtes d'Ereffe et de Cherave, précédant la dernière montée du Mur de Huy. Björn Thurau (Wanty-Groupe Gobert), Bob Jungels (Etixx-Quick Step), Georg Preidler (Giant-Alpecin) et Tim Wellens (Lotto-Soudal) : voici les seuls coureurs qui ont pris plus de cinq secondes au peloton, sans s'inquiéter du sort de leur offensive. Cela semble peu pour une classique connue pour son scénario répétitif.

cyclisme,flèche wallonne,mur de huy,alejandro valverde,movistar,julian alaphilippe,daniel martin,etixx-quick step,huy,uci,worldtour

Si les adversaires de Valverde veulent éviter de batailler face à l'Espagnol sur le Mur de Huy, pourquoi n'ont-ils pas essayé de contrer le jeu des Movistar en perturbant leurs relais ou en lançant des offensives par dizaines dès la deuxième montée du Mur de Huy ? Seuls les Etixx-Quick Step et les Lotto-Soudal se sont essayés à une tactique différente. D'abord en partant à l'avant, puis en essayant de perturber les plans de Valverde dans le Mur. Dan Martin a d'abord lancé les hostilités à 300 mètres du but, après une tentative discrète de Joaquin Rodriguez (Katusha). L'Irlandais espérait ainsi propulser le Français Julian Alaphilippe vers le succès, mais Valverde accélérait à 150 mètres de l'arrivée et devançait d'un vélo son rival d'Etixx-Quick Step. Alaphilippe tapait sur son vélo à l'arrivée mais sur le podium, les deux hommes semblaient fiers de leur tentative. La preuve que le train Movistar peut être perturbé. Encore faut-il s'y prendre plus tôt.

Il est temps de changer le tracé

Cela devient une habitude, comme pour l'Amstel Gold Race : et si les organisateurs pensaient enfin à bouleverser leur monument pour diversifier les vainqueurs et les scenarii de course ? Passer trois fois le Mur de Huy, c'est bien sympathique pour les spectateurs dans le chemin des Chapelles, mais pour les coureurs, cela ne semble pas plus les perturber. Le parcours de cette 80e Flèche Wallonne se voulait plus intense avec des côtes rapprochées, mais cela n'a finalement rien changé au sprint final annoncé de longue date et favorable à Alejandro Valverde.

cyclisme,flèche wallonne,mur de huy,alejandro valverde,movistar,julian alaphilippe,daniel martin,etixx-quick step,huy,uci,worldtour

Que faut-il donc faire ? Modifier la dernière boucle et y passer encore plus de côtes abruptes, comme celle de Cherave qui a apporté un peu de peps au final ? Songer à une nouvelle arrivée, après la montée du Mur de Huy ? L'idée pourrait sembler saugrenue pour les Hutois mais elle peut permettre un scenario plus surprenant. Les coureurs pourraient très bien terminer leur course après une courte descente sur les bords de la Meuse, comme Niki Terpstra avait pu le faire lors d'une étape du Tour de Belgique 2005 au terme d'une course emballante, sans que le Mur de Huy soit considéré comme arrivée. Les organisateurs doivent en tout cas réfléchir au tracé de la prochaine Flèche Wallonne au risque de voir certains supporters ne plus s'emballer comme auparavant pour ce grand spectacle cycliste. Surtout face à des classiques flandriennes qui offrent bien plus de suspense.

Résultats de la 80e édition de la Flèche Wallonne (Marche-en-Famenne > Huy, 196 km) :

Grégory Ienco - Photos : Photo News/Cor Vos - Peter De Voecht

1 Commentaire Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • La Flèche Wallonne n'est plus que la course d'une côte dans la dernière montée du Mur de Huy.... Faites-en donc un contre-la-montre individuel de quelques kilomètres !
    Où sont donc passées les épopées d'antan où les favoris (et les autres aussi) d'une course en ligne (et pas d'une kermesse pour grimpeurs-puncheurs) ne calculaient pas et osaient attaquer de loin !!!
    Rendez-nous une Flèche qui "transperce" la Wallonie de part en part : de Tournai à Liège ou inversement. Merci messieurs les organisateurs (français, ... chercher l'erreur !)

Les commentaires sont fermés.