Tour d'Italie: les favoris se bousculent derrière Contador et Porte

Catégories : Route

 cyclisme, Giro, Tour d'Italie, Alberto Contador, Richie Porte, Rigoberto Uran, Fabio Aru, Jurgen Van den Broeck, Domenico PozzovivoSi le combat entre les meilleurs spécialistes des Grands Tours s’annonce sur le Tour de France en juillet prochain, le Tour d’Italie proposera cette année encore un plateau de grimpeurs qui risquent bien de marquer les palmarès durant ces prochaines saisons, à l’image de Nairo Quintana en 2014. Cette année, les habitués des cols auront toutefois fort à faire face, notamment, à Alberto Contador, décidé à doubler le Giro et le Tour, avec l’objectif de remporter les deux premiers Grands Tours de la saison. Un objectif réaliste? L’Espagnol tient en tout cas la plus grosse cote dans la course au maillot rose.

Alberto Contador (Esp, Tinkoff-Saxo)

Le voici face au plus grand défi de la fin de sa carrière: l’Espagnol Alberto Contador sera l’inévitable favori de ce Giro, notamment au vu de sa préparation pour l’épreuve italienne. Et non pas simplement la course au maillot rose, mais aussi le Tour de France, sur lequel il souhaite également jouer le succès. Le défi avait été lancé en grande partie par le manager de sa formation, Oleg Tinkov, mais cela fait déjà plusieurs années qu’Alberto Contador traîne cette idée de doubler les deux premiers Grands Tours de la saison. Le Murcien s’était déjà essayé à l’exercice en 2011 - des résultats annulés depuis suite à sa suspension pour dopage à l’époque - avec une victoire sur le Giro avant une cinquième place sur le Tour. Cette fois, pourtant, Contador semble encore mieux préparé, mieux suivi, mieux entouré.

Cette saison, Contador n’a ainsi pris part qu’à trois courses par étapes, sur lesquels il a toujours enchaîné les top 5 sur les étapes déterminantes, en altitude. Entre ces épreuves, il a privilégié les stages de montagne dans les îles Canaries ou en Italie, pour repérer ces différentes étapes en Lombardie, qui seront certainement décisives pour le classement général durant ces trois prochaines semaines. Contador a préféré rester discret sur les premières compétitions de la saison pour se concentrer sur ce Giro. Et l’Espagnol semble fin prêt, du moins dans ses déclarations. « Je suis déjà à mon poids de forme », a-t-il lancé à une semaine de la course au maillot rose. Il lui faudra toutefois attaquer dans la montagne pour espérer s’imposer face aux jeunes grimpeurs attendus sur les routes italiennes…

cyclisme, Giro, Tour d'Italie, Alberto Contador, Richie Porte, Rigoberto Uran, Fabio Aru, Jurgen Van den Broeck, Domenico Pozzovivo

Richie Porte (Aus, Team Sky)

S’il a commencé sa saison bien plus tôt, avec directement un succès sur le championnat d’Australie du contre-la-montre, Richie Porte a su prendre du repos entre son périple australien et son retour en Europe pour reprendre sa préparation à temps en vue du Tour d’Italie, son grand objectif de la saison. Après une année perturbée par des problèmes de dos qui l’ont longuement perturbé, Porte semble avoir retrouvé la plénitude de ses moyens. S’il est également annoncé sur le Tour de France en soutien de Christopher Froome, le coureur australien a déjà confirmé en ce début de saison qu’il était prêt à endosser le rôle de leader sur un Grand Tour après ses succès autoritaires sur Paris-Nice, le Tour de Catalogne et le Tour du Trentin, sur les pentes qu’il retrouvera en troisième semaine sur le Giro.

Porte est donc un des grands favoris de cette course de trois semaines, mais pourra-t-il tenir autant de temps? L’Australien semble malheureusement limité sur les plus longues épreuves du calendrier, lâchant toujours du temps durant un jour « sans » avant de se reprendre par la suite. Or, pour remporter un Grand Tour, il faut pouvoir gérer son effort et rester dans une condition stable durant ces trois semaines, sans lâcher du lest face à des adversaires à l’affût du moindre signe de fatigue. Touut juste le leader de la Sky a-t-il les deux contre-la-montre pour prendre quelque peu l’avantage sur ses rivaux réputés meilleurs grimpeurs que lui, mais les deux épreuves chronométrées ne suffiront pas à tenir la tête du général…

cyclisme, Giro, Tour d'Italie, Alberto Contador, Richie Porte, Rigoberto Uran, Fabio Aru, Jurgen Van den Broeck, Domenico Pozzovivo

Rigoberto Uran (Col, Etixx-Quick Step)

Déjà en rose l’an dernier, Rigoberto Uran espère cette fois éviter la douche froide dans les hauteurs. Certes discret depuis le début de la saison, le coureur colombien a confirmé sa bonne condition dès que la pente s’élève, que ce soit sur Tirreno-Adriatico ou, plus récemment, sur le Tour de Romandie. L’homme sait surtout sortir du peloton au bon moment pour infliger une attaque tranchante à ses adversaires. Il avait déjà réussi le coup ces deux dernières années, sans pour autant confirmer ces offensives au classement général. L’an dernier, la menace s’appelait ainsi Nairo Quintana, cette saison le Colombien compte bien mater Contador et compagnie…

Rigoberto Uran peut ainsi profiter du contre-la-montre de Trévise, très long, pour asseoir sa domination au classement général, mais il devra surtout apprendre à gérer la troisième semaine d’un Grand Tour pour affirmer sa position parmi les meilleurs coureurs de Grands Tours du peloton. Et surtout, Uran semble bien seul dans sa formation. David De La Cruz est notamment arrivé pour lui apporter un peu de soutien en altitude, mais Uran est loin d’avoir la meilleure équipe du plateau pour ce type de course. 

Fabio Aru (Ita, Astana)

Alors, malade ou non? L’Italien Fabio Aru a longtemps conservé le suspense quant à sa condition en vue du Giro. Il a ainsi dû faire l’impasse sur le Tour du Trentin en raison de problèmes respiratoires mais il assure que cette maladie est passée, grâce à dix jours en montagne avec Rosa, Cataldo et Tiralongo, son train annoncé dès que la pente s’élèvera. Et c’est cela la grande force du jeune Aru, qui bénéficiera d’un soutien total de ses équipiers, qui pourraient très bien partir à l’attaque pour récolter une victoire d’étape ou même déstabiliser les autres formations. Mais comme il l’avoue lui-même, le contre-la-montre de Trévise « sera décisif », et c’est là que l’ambition d’Aru pêche quelque peu… Il lui faudra être tenace sur ce difficile chrono pour espérer jouer la victoire en troisième semaine, sur un terrain qui lui sera bien plus favorable.

cyclisme, Giro, Tour d'Italie, Alberto Contador, Richie Porte, Rigoberto Uran, Fabio Aru, Jurgen Van den Broeck, Domenico Pozzovivo

Domenico Pozzovivo (Ita, Ag2r-La Mondiale)

Depuis le début de l’année, l’Italien a quasiment suivi le même parcours que Richie Porte. Certes, les résultats ont été moins impressionnants, mais le petit grimpeur de Policoro reste un adversaire redoutable sur les cols, surtout les plus pentus. Et Domenico Pozzovivo compte bien en faire sa force sur les nombreuses étapes de montagne qui s’enchaînent durant les dix derniers jours de compétition. Il bénéficiera en outre de l’appui de sa garde italienne rapprochée (Nocentini, Montaguti…) et surtout de Carlos Betancur, annoncé comme simple soutien sur cette course au maillot rose. Mais comme Aru, Pozzovivo risque de perdre énormément de temps sur le contre-la-montre individuel, prévu aux deux-tiers de la course. Il faudra donc passer à l’offensive pour creuser l’écart face à ses rivaux, dans la montagne.

Jurgen Van den Broeck (Bel, Lotto-Soudal)

Sur ce Giro, l’équipe Lotto-Soudal arrive avec ce qui se fait de mieux en matière de grimpeurs belges. Maxime Monfort arrivera sur la course au maillot rose avec la tunique de capitaine de route tandis que Jurgen Van den Broeck a clairement défini ses ambitions de top 10 pour son retour sur les routes du Giro, sur lesquelles il avait terminé septième en 2008. Il affirme même que « tout est possible pour les 4e et 5e places » du classement général. Sans la pression du Tour de France en vue, VDB pourrait enfin se libérer et éviter toutes les erreurs qui l’ont malheureusement écarté de la Grande Boucle ces dernières années. Jurgen Van den Broeck veut retrouver la joie de la victoire et peut se refaire la cerise sur cette épreuve italienne. Il risque toutefois de bloquer quelque peu dans la très haute montagne, notamment du côté du Mortirolo.

> Cliquez ici pour découvrir la liste officielle des partants.

> Cliquez ici pour découvrir la présentation du parcours, étape par étape. 

Grégory Ienco - Photos: Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.