Mark Cavendish: "J'aimerais rester chez Etixx-Quick Step"

Catégories : Entretiens

cyclisme, Mark Cavendish, Etixx-Quick Step, Tour de TurquieVainqueur à huit reprises depuis le début de la saison, le Britannique Mark Cavendish semble avoir retrouvé cet appétit de sprinter féroce. Depuis la naissance de sa fille Delilah Grace, le coureur de l’île de Man se montre toutefois plus calme que par le passé. Ce n’est que dans les sprints qu’il explose et fonce, comme un furieux, en tête du peloton. Et sur le Tour de France, il compte bien se montrer aussi impitoyable!

Qu’il se positionne aux avant-postes du peloton ou devant un parterre de journalistes, le Britannique Mark Cavendish semblait toujours montrer les crocs. Considéré comme arrogant dans sa jeunesse, le sprinter d’Etixx-Quick Step a perpétué cette réputation au fil des saisons. Pourtant, « Cav » approche la trentaine et mûrit avec l’âge. Et surtout, il se montre plus calme. Certes, dans l’emballage massif, l’homme est toujours à bloc sur les pédales, la tête bien devant son guidon. Mais en-dehors du peloton, le coureur de l’île de Man se veut plus réservé. « Je pense que c’est une combinaison de plusieurs facteurs qui fait cela », avoue Mark Cavendish, d’une voix très basse qui détonne avec son habituelle explosivité sur le vélo. « J’ai continué à grandir et à m’améliorer au fil des années. Cela vient des succès déjà engrangés, de la famille… et l’âge ».

Pour sa neuvième saison professionnelle, le Britannique continue tout de même à enchaîner ces victoires. Même s’il pense déjà avoir accompli la plupart de ses objectifs à 29 ans: « Je n’ai pas de rêve en vue pour l’instant, ma carrière est déjà bien remplie et je suis heureux de rouler avec Etixx-Quick Step. L’équipe veut que je gagne, je fais le boulot et elle le fait très bien aussi ». Il reste toutefois sur un regret: l’étape d’ouverture du dernier Tour de France, arrivant dans la ville natale de sa maman dans le Yorkshire. Une chute et au revoir. « L’année dernière fut une vraie déception. Désormais, chaque semaine, on me pose la question si je vais encore essayer de rapporter le maillot vert à Paris. Je l’ai déjà gagné en remportant des étapes donc je vais essayer de gagner des étapes cette année. »

cyclisme, Mark Cavendish, Etixx-Quick Step, Tour de Turquie

Cela passera par les Tours de Californie et de Suisse. Entretemps, il reviendra en Angleterre auprès de sa femme Peta, qui attend un deuxième enfant. « Entre les courses, je passe simplement du temps avec ma famille, comme ça je ne pense plus au boulot, je peux me reposer ». Mark Cavendish semble avoir une vision très pragmatique du vélo. « Je suis un cycliste professionnel, payé par mon équipe pour faire ce que je fais », lance-t-il. « Pour l’instant, je fais ce que j’aime, c’est le plus important. Je peux désormais réaliser ce que je souhaite, c’est quand même formidable dans une vie ».

Mais Mark Cavendish devra choisir en fin d’année: rester avec l’équipe Etixx-Quick Step ou partir vers d’autres horizons. « Oui, j’aimerais y rester », a-t-il simplement avoué, sans donner plus de précision sur des négociations en vue de 2016. En attendant, le Britannique se focalise sur le Tour. « Ce Tour de Turquie me fait le plus grand bien, même si ma condition doit encore s’améliorer. Cela viendra, je vous donne rendez-vous en juillet ». On sera présent!

A Denizli, Grégory Ienco - Photos: Photo News/Cor Vos/Sabine Jacob

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.