Davide Rebellin, confiant avant le final du Tour de Turquie: "J'ai encore beaucoup de concurrents"

Catégories : Entretiens

cyclisme,tour de turquie,davide rebellin,ccc sprandi polkowiceDepuis sa victoire sur la montagne d'Elmali, sur la troisième étape du Tour de Turquie, l'Italien Davide Rebellin (CCC Sprandi Polkowice) semble parfaitement entouré par ses hommes en orange. A chaque fois, le quadragénaire a limité les offensives de ses rivaux et assuré sa place en tête du classement général. Il sait toutefois que l'épreuve turque est loin d'être terminée. L'arrivée au sommet de Selçuk, ce vendredi, s'annonce ardue et l'étape de samedi vers Izmir sera décisive, avec un dernier col de première catégorie à vingt kilomètres de l'arrivée. Mais Rebellin a confiance en ses qualités et son équipe.

Encore ce jeudi, sur la cinquième étape du Tour de Turquie, les hommes en orange de CCC Sprandi Polkowice ont bien protégé leur leader Davide Rebellin dans les soixante derniers kilomètres, très rapides, vers Pamukkale. Ils ont même semblé faire de l'excès de zèle en poursuivant n'importe quel coureur s'essayant à l'offensive dans ce final. "Cela a été une journée difficile, vu le tracé qui était quand même très vallonné. Il y a eu énormément d'attaques, et nous pensions que les équipes de sprinters travailleraient plus tôt pour assurer un emballage massif à Pamukkale", tente d'expliquer l'Italien de 43 ans à l'arrivée.

Dans le final, Rebellin restait légèrement en retrait mais conservait tout de même une bonne place parmi les dix premiers pour éviter toute cassure face à ces rivaux. Surtout vu le sprint de Jay McCarthy (Tinkoff-Saxo), l'un de ses adversaires actuellement quatrième au général. "Je voulais avant tout être à l'avant pour ne pas perdre de temps bête dans le final en montée, en se retrouvant par exemple coincé dans un deuxième groupe", confirme-t-il. L'expérience a finalement payé dans ce final piégeux, où il fallait être rapide et puissant pour passer ce faux-plat montant dans les premières positions. Rebellin assure donc sa place au général et reprend même quinze secondes sur son principal rival au classement général, le Croate Kristijan Durasek (Lampre-Merida), désormais relégué à vingt-deux secondes.

cyclisme,tour de turquie,davide rebellin,ccc sprandi polkowice

Malgré tout, Davide Rebellin sait que le Tour de Turquie peut très bien se décider en un jour. Comme ce vendredi, à l'occasion de la sixième étape arrivant au sommet de la colline de Selçuk, après une montée à près de 9% de moyenne. "J'aurai énormément de concurrents ce vendredi. Kristijan Durasek (Lampre-Merida), comme on l'a vu, est un bon grimpeur. Mais c'est une côte de quatre kilomètres qui sera plutôt courte et explosive. Je le mentionne surtout car il est le plus proche au classement général. Jay McCarthy (Tinkoff-Saxo) a également été bon sur cette cinquième étape vers Pamukkale. Il peut représenter une menace pour moi. Mais nul doute que beaucoup vont attaquer dès le pied de l'ascension de Selçuk..."

cyclisme,tour de turquie,davide rebellin,ccc sprandi polkowice

Après cette étape en altitude, la course prendra encore de la hauteur pour la dernière fois de la semaine avec un col de première catégorie vers Izmir, à vingt kilomètres du but. Les attaques vont donc encore fuser, au vu du caractère offensif des rivaux de Rebellin durant ces dernières étapes. "Il faudra tout de même être attentif sur l'avant-dernière étape, ce samedi", confie le vétéran italien. "Il y a encore une côte de première catégorie près de l'arrivée, avec une descente dangereuse vers Izmir. Pour qui se sent fort dans ce final, ce sera la dernière occasion d'attaquer. Je devrai donc travailler avec mon équipe, car cela risque d'être une étape dangereuse."

Le doyen du peloton a déjà été prévenu par Jay McCarthy et le Belge Serge Pauwels (MTN-Qhubeka) sur l'étape vers Marmaris, ils seront certainement encore aux avant-postes durant ces deux prochains jours. Pauwels, notamment, avait déjà terminé sixième à Selçuk en 2013 alors que Rebellin avait grimpé à la... troisième place l'an dernier. Le combat est donc annoncé comme des plus fascinants!

A Pamukkale, Grégory Ienco - Photos: Tour of Turkey

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.