Lloyd Mondory positif à l'EPO: la fin annoncée d'Ag2r-La Mondiale?

Catégories : Dopage

cyclisme,vincent lavenu,ag2r-la mondiale,lloyd mondory,dopage,epoC'est le troisième cas positif d'Ag2r-La Mondiale en 29 mois. Il y eut Steve Houanard, pris à l'EPO en septembre 2012 lors d'un test hors-compétition; puis Sylvain Georges, rattrapé pour un stimulant sur le Tour d'Italie 2013; et enfin Lloyd Mondory, annoncé positif lors d'un contrôle hors-course, le 17 février dernier. Face à cette accumulation de cas individuels désastreux pour l'image de son équipe, le manager d'Ag2r-La Mondiale Vincent Lavenu a crié son désarroi, allant jusqu'à évoquer son avenir incertain dans le peloton. L'équipe ne devrait toutefois pas disparaître sur cette "trahison", comme le nomme l'homme fort de la première formation française du WorldTour. 

Le couperet est tombé vers 16h15, alors qu'André Greipel (Lotto-Soudal) venait de lever les bras à Saint-Amand-Montrond, sur la ligne d'arrivée de la deuxième étape de Paris-Nice. Dans un sens du timing habituel au sein de l'Union Cycliste Internationale (UCI), et alors qu'elle avait annoncé l'arrêt des communiqués de presse pour les futurs cas positifs dans le peloton, un communiqué de presse arrivait bien dans les messageries pour annoncer le test positif de Lloyd Mondory, pris pour EPO le 17 février dernier lors d'un contrôle hors-compétition entre sa septième place sur la Clasica de Almeria en Espagne et une anonyme 58e place sur le Trophée Laigueglia en Italie. Une contre-analyse pourra être demandée par le coureur pour confirmer ou non ce contrôle positif. En attendant, Ag2r-La Mondiale a déjà annoncé la suspension immédiate du coureur français de 32 ans, le temps de l'analyse de l'échantillon B. L'homme risque en tout cas une suspension de quatre ans (selon le nouveau Code Mondial Antidopage) tandis qu'Ag2r-La Mondiale pourrait être suspendue quinze à quarante-cinq jours en cas de nouveau cas de dopage dans l'année qui suit celui de Mondory.

Ces sanctions, Vincent Lavenu, manager historique de l'équipe française depuis sa création sous le sponsor Chazal en 1992, les digère mal. Cela fait donc 23 ans que l'homme fort du cyclisme bleu-blanc-rouge poursuit ses ambitions dans le peloton. Mais ce cas de dopage, c'est visiblement celui de trop pour un manager de 59 ans qui en a déjà eu gros sur le coeur lors des annonces des contrôles positifs de Houanard puis de Georges (NDLR: dans un contexte bien différent celui-là, vu la substance incriminée, qui aurait pu ne pas déboucher sur une suspension de deux ans). Car Mondory n'était pas menacé: le Français, qui venait de fêter sa 12e saison sous le maillot d'Ag2r, qu'il n'a jamais quitté chez les professionnels, était encore sous contrat jusque fin 2016. Le Français avait donc le temps de voir venir et n'était pas en quête absolue de résultats pour sauver sa peau dans le peloton. Et ses résultats modestes depuis sa dernière victoire, sur une étape du Tour de Burgos en 2014, n'auguraient pas forcément une méforme par rapport au reste du peloton: Mondory restait toujours à son niveau, correct sans forcément batailler avec les meilleurs sprinters.

cyclisme,vincent lavenu,ag2r-la mondiale,lloyd mondory,dopage,epo

Et pourtant, il y a ce cas positif, qui anéantit Vincent Lavenu, la voix tremblotant devant les micros rassemblés près de son bus, à Saint-Amand-Montrond. "J'ai honte", crie-t-il trois fois, avant d'évoquer son incompréhension face à ce cas qu'il qualifie rapidement d'unique, comme le confirmera plus tard dans la soirée un communiqué de la société Ag2r-La Mondiale. "L'équipe va être salie. Je le comprends mais ce n'est pas juste", lance-t-il, la gorge nouée. Le manager a même été jusqu'à remettre son avenir en cause! "Je crois que je ne suis plus capable de faire ce métier. Je ne peux plus, je ne peux plus", commente-t-il notamment devant le micro de France Info (écouter ci-dessous). Cette information fait évidemment bondir dans le peloton: si Vincent Lavenu s'arrête, son équipe historique va-t-elle disparaître? Romain Bardet, Jean-Christophe Péraud et les autres devront-ils trouver une autre formation d'ici 2016, malgré les contrats en cours? 

Il fallait attendre la soirée pour être quelque peu rassuré. Une conférence de presse improvisée à l'hôtel de l'équipe, avec Vincent Lavenu, entouré de Jean-Christophe Péraud et Romain Bardet, permettait de faire le point sur la situation de l'équipe. Il n'y aura pas d'arrêt de l'équipe. Mais Vincent Lavenu dit devoir réfléchir à sa situation. "J'ai cinquante-neuf balais, j'ai travaillé comme un dingue toute ma vie et je n'ai pas envie de faire une crise cardiaque sur un coup comme ça. Je vais sûrement finir Paris-Nice et puis réfléchir avec mes partenaires, avec ma famille. Qu'est-ce qu'on peut faire de plus?", réplique-t-il au micro, selon des propos rapportés par le quotidien français L'Equipe. Car même en cas de poursuite de l'équipe, l'âme de Vincent Lavenu, fervent défenseur de la lutte antidopage (NDLR: il est d'ailleurs trésorier du Mouvement Pour un Cyclisme Crédible, le MPCC), transpire dans cette équipe Ag2r-La Mondiale qu'il a construit jusqu'au sommet, avec les deuxième et sixième places de Jean-Christophe Péraud et Romain Bardet sur le dernier Tour de France en apothéose.

Ag2r-La Mondiale devrait donc poursuivre dans les pelotons malgré "cette erreur individuelle", comme la nomme le CEO de la société d'assurances, André Renaudin, par voie de communiqué. "L'erreur d'un homme ne devrait pas obliger le reste de l'équipe à se sentir coupable ou affaiblie, ou ne devrait pas semer le doute parmi les liens historiques qui nous unissent. Nous sommes confiants que cette équipe nous apportera de grands moments de bonheur en 2015", réplique-t-il aux rumeurs de retrait des pelotons. Mais personne ne sait encore si cela se fera encore avec Vincent Lavenu, son manager historique, ou sans l'homme fort français... Et cela serait une plus grande perte encore pour le cyclisme français que celle de Lloyd Mondory, malheureusement tombé dans la tricherie et le mensonge, à une époque durant laquelle plus aucun écart n'est permis.

Grégory Ienco - Photos: Photo News/Cor Vos et Photo News/Peter De Voecht

1 Commentaire Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • Peut on relier le cas Appolonio même s'il a quitté cette équipe? ?

Les commentaires sont fermés.