Tour de Lombardie: trop d'hommes forts profitent à Dan Martin

Catégories : Route, Vidéos

cyclisme, Tour de Lombardie, Daniel Martin, Garmin-Sharp, Alejandro Valverde, Alberto Contador, Philippe Gilbert, Tim WellensOn a bien cru assister à un sprint à Bergame: sacrilège pour le Tour de Lombardie, habituel rendez-vous de puncheurs en ce début d'automne. Ils ont pourtant tardé à se montrer, ces favoris bien trop apeurés par le nouveau parcours. Il a fallu la fougue de la jeunesse pour bouger les positions... jusqu'au dernier kilomètre. Et face à l'apathie et le regard anxieux de tous ces candidats à la victoire, l'Irlandais Daniel Martin (Garmin-Sharp) en a profité pour placer l'offensive victorieuse à 500 mètres à peine de la ligne. Suffisant pour accrocher un deuxième monument à son palmarès déjà bien étoffé!

Les Belges ont (encore) fait le boulot

Comme lors des championnats du monde, les coureurs belges ont été à l'affût de la moindre offensive. Alors que les premières ascensions piquaient déjà aux jambes dans les cent derniers kilomètres autour de Bergame, Ben Hermans (BMC) était le premier à se dévoiler, attaquant en force avec Pieter Weening (Orica-GreenEDGE), rejoints par Leopold König (NetApp-Endura) dans un deuxième temps. Le groupe avait bien l'ambition de filer entre les doigts d'un peloton encore bien compact, il n'en était toutefois rien. Si Weening et Hermans se retrouvaient à deux pour la dernière partie vers le site d'arrivée, ils n'avaient aucune chance face aux Katusha, Garmin-Sharp et Lampre-Merida qui menaient le peloton, réduit à une trentaine d'unités, à l'arrière. Hermans avait au moins permis à ses équipiers de BMC de ne pas bosser en tête de la meute, où Tim Wellens (Lotto-Belisol) avait également mis le feu aux poudres dans la côte de Berbenno, tout comme le champion du monde Michal Kwiatkowski (Omega Pharma-Quick Step). Sans plus de succès.

cyclisme,tour de lombardie,daniel martin,garmin-sharp,alejandro valverde,alberto contador,philippe gilbert,tim wellens

Wellens devait plutôt attendre la dernière ascension de la journée, menant vers les hauteurs de Bergame. Sur les pavés grimpant vers la vieille cité italienne, le gamin de Lotto-Belisol virait en solitaire, quitte à frôler les spectateurs locaux survoltés. Le coureur de 23 ans ne devait sa reprise au sommet qu'à l'offensive de Philippe Gilbert (BMC), aidé dans un premier temps par Fabio Aru (Astana). Gilbert, après le retour sur Wellens, relançait encore le rythme pour échapper aux autres puncheurs du jour. Mais il y avait bien trop de favoris pour une seule classique, ce dimanche... Encore plus que lors du Mondial. Cette fois, ils étaient neuf au sommet et ni Gilbert, ni Wellens ne pouvaient se montrer plus forts qu'eux dans la descente, à plus de 70 km/h vers la nouvelle ligne d'arrivée de ce Tour de Lombardie.

cyclisme,tour de lombardie,daniel martin,garmin-sharp,alejandro valverde,alberto contador,philippe gilbert,tim wellens

Dan Martin, (encore) le plus malin

Qui pouvait donc triompher au sprint d'un tel parterre de leaders? La réponse était simple: il suffisait de ne pas attendre le sprint pour se défaire de ces amateurs de côtes. L'Irlandais Daniel Martin (Garmin-Sharp), à la queue du groupe au terme du toboggan bergamais, profitait du regard fuyant de tous ces favoris pour les surprendre par l'arrière. Une offensive bien sentie et le voici avec quelques mètres d'avance. Personne ne prenait ses responsabilités à l'arrière, au grand plaisir de l'Irlandais qui s'en allait conquérir son deuxième monument, un an et demi après Liège-Bastogne-Liège. "Je devais essayer quelque chose, et une opportunité s'est offerte à moi", expliquait-il à l'antenne d'Eurosport. "Quand j'ai creusé l'écart, j'étais si près de la ligne d'arrivée que je n'avais plus qu'à tout donné, et ne pas chuter dans le dernier virage".

Martin fait certainement écho à ce triste coup du sort dans le dernier virage de Liège-Bastogne-Liège, cette saison, dans lequel il a chuté alors qu'il était en deuxième position, juste derrière Joaquim Rodriguez (Katusha). Cette fois, l'Irlandais n'a même pas esquissé le moindre signe de crispation dans l'ultime coup de guidon vers la droite pour admirer les 250 derniers mètres jusque la ligne d'arrivée. Martin a tout simplement été le plus malin du groupe, et surtout l'outsider parfait. Personne n'aurait certainement laissé partir Rodriguez, Alejandro Valverde (Movistar) ou Rui Costa (Lampre-Merida), qui avait tenté de sortir dans la descente. Martin a bénéficié de l'effet de surprise et de son statut pour accrocher un nouveau succès de prestige dans son palmarès déjà bien rempli, avec une étape du Tour de France et du Tour d'Espagne, la Doyenne et désormais la Lombardie.

cyclisme,tour de lombardie,daniel martin,garmin-sharp,alejandro valverde,alberto contador,philippe gilbert,tim wellens

Le duel Contador-Valverde (encore) retardé

Valverde était donc bien dans le groupe de tête et a même sprinté jusqu'à la deuxième place (encore...) pour accrocher des points précieux dans sa lutte pour le classement WorldTour avec son compatriote Alberto Contador (Tinkoff-Saxo). Ce dernier n'a par contre pas montré le bout de son nez, restant plutôt dans l'anonymat du peloton jusqu'à l'approche de l'ascension finale. Il n'a cependant pu suivre le rythme des meilleurs et s'est retrouvé dans un groupe de chasse. Mauvaise pioche: le Pistolero a été piégé dans une chute dans l'ultime virage et a été percuté par plusieurs coureurs arrivant derrière lui. "J'ai une blessure à mon genou gauche, le même que celui du Tour de France et j'ai des brûlures au coude", explique Contador. Il passera des tests ce lundi, espérant ainsi pouvoir prendre part au Tour de Pékin (10-14 octobre) et miser sur une victoire pour déborder Valverde au classement mondial. 66 points séparent désormais les deux Espagnols, un bel avantage pour le leader de la Movistar donc.

Résultats de l'épreuve (Côme > Bergame, 262 km):

Grégory Ienco - Photos: Photo News/Cor Vos

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.