Mondiaux Ponferrada - Hommes: la course à l'arc-en-ciel plus physique que prévue

Catégories : Route

cyclisme, Mondiaux, championnats du monde, cyclisme sur route, Ponferrada, arc-en-ciel, Simon Gerrans, Tom Boonen, Greg Van Avermaet, Nacer Bouhanni, Vincenzo Nibali, Peter Sagan, Alexander KristoffIl est à leur portée, à seulement 254,8 kilomètres de là. Ce maillot arc-en-ciel est celui qui fait rêver  tout guerrier du macadam, ces fous de la Petite reine, pédalant des dizaines de milliers de kilomètres par an pour obtenir gloire et honneur. Ce maillot irisé représente tout cela: le sacrifice pour un arc-en-ciel porteur de bonheur pour une année entière. Qui aura le luxe de succéder à Rui Costa dans ce tricot unique? Le tracé de Ponferrada semblait offrir une chance aux audacieux, il faudra finalement être encore plus tenace qu’à Florence pour espérer conquérir ce titre mondial dans les vallons espagnols.

Ponferrada s’annonçait tortueux et abrupt, parfait pour les puncheurs explosifs qui alimentent d’habitude le film des classiques printanières. Les deux ascensions prévues sur les hauteurs de la cité du León étaient censées faire la différence et briser l’éventuel peloton en vue d’un dernier kilomètre en plaine, moins favorable à la reprise d’une échappée. Et pourtant, même ces minces 1500 mètres en vue de la ligne d’arrivée ont déjà fait craquer bon nombre d’attaquants lors des premières courses en ligne disputées durant cette semaine en arc-en-ciel. Depuis vendredi, seul le Norvégien Sven Erik Bystrøm a tenu tête à ses rivaux, compactés en un peloton d’une cinquantaine d’hommes après la dernière ascension du jour. C’est dire la puissance qu’il faut développer dans l’ultime dénivelé de la journée, fonçant à plus de 70 kilomètres par heure vers la banlieue de Ponferrada, où les hauts immeubles sociaux et les nouvelles constructions font presque de l’ombre aux forçats de la route.

cyclisme,mondiaux,championnats du monde,cyclisme sur route,ponferrada,arc-en-ciel,simon gerrans,tom boonen,greg van avermaet,nacer bouhanni,vincenzo nibali,peter sagan,alexander kristoff

Certes, l’an dernier, le circuit italien de Florence déjà surévalué avait débouché sur une autre issue qu’une course pour sprinters, grâce à une météo dantesque. Tout s’était cependant joué dans le dernier tour, menant à une poursuite d’hommes forts, avec un peloton tout de même conséquent à l’arrière. Et on peut s’attendre finalement au même scénario dans le nord-ouest de l’Espagne, ce dimanche. Non pas forcément un sprint massif, plutôt une course se distillant dans le dernier tour, avec l’espoir pour les puncheurs d’asphyxier les sprinters sur les deux côtes de la journée. Ou plutôt sur la dernière, plus abrupte et aux pentes plus irrégulières. Parfaite pour les coureurs explosifs, à l’image des Espagnols Joaquim Rodriguez et Alejandro Valverde, attendus au tournant après leur duel profitant à Rui Costa dans les derniers kilomètres, à Florence. Les deux hommes ont affiché un beau sourire lors de la présentation du neuf local, espérant lisser toutes les aspérités précédemment affichées par le collectif ibère. Leur combat lors du Tour d’Espagne pour une place sur le podium a toutefois réveillé quelques velléités entre le Catalan et le Murcien. Il faudra pourtant jouer de tactique et compter sur des équipiers capables d’éliminer les concurrents moins en verve pour compter un futur champion du monde en ses rangs.

cyclisme,mondiaux,championnats du monde,cyclisme sur route,ponferrada,arc-en-ciel,simon gerrans,tom boonen,greg van avermaet,nacer bouhanni,vincenzo nibali,peter sagan,alexander kristoff

La tactique australienne misant avant tout sur un larron serait donc la plus propice à une victoire à Ponferrada. Surtout, les hommes de Down Under comptent le favori de l’épreuve: capable de suivre les meilleurs puncheurs dès que les pourcentages s’élèvent et le meilleur sprinter d’entre eux s’ils parviennent à échapper au peloton. Voire même dans un groupe plus nombreux. Simon Gerrans a confirmé sur les Grand Prix de Québec et de Montréal qu’il était l’homme en forme du moment et ses équipiers, qui ont pu le mener à la victoire, seront encore bien présents à Ponferrada pour espérer conquérir ce titre mondial qui ne date finalement que de 2009 (et Cadel Evans à Mendrisio) pour l’Australie. Gerrans est surtout l’homme qui ne se loupe jamais: depuis janvier 2012, outre ses titres de champion national, le leader d’Orica-GreenEDGE ne s’est imposé QUE sur des épreuves du circuit WorldTour. C’est dire le rendement du puncheur-sprinter de Melbourne, qui arrive enfin à maturité à 34 ans, alors que d’autres se découragent en vue de la retraite.

cyclisme,mondiaux,championnats du monde,cyclisme sur route,ponferrada,arc-en-ciel,simon gerrans,tom boonen,greg van avermaet,nacer bouhanni,vincenzo nibali,peter sagan,alexander kristoff

D’autres sélections joueront sur plusieurs tableaux, espérant miser sur le beau numéro en vue de l’arrivée. Comme la Belgique, où Tom Boonen, Philippe Gilbert et Greg Van Avermaet auront le statut de favori dans des statuts différents. Si Gilbert a déjà affirmé qu’il n’était pas en condition pour accrocher un deuxième maillot irisé, Boonen et Van Avermaet comptent bien bénéficier de ce statut protégé pour s’affirmer dans la finale. L’un en vue d’un sprint massif, l’autre à l’idée d’exploser les puncheurs. Cela permet certes de jouer sur plusieurs fronts, mais il faudra encore assurer le tempo dans de telles conditions. Comme du côté français où Nacer Bouhanni aura le statut de sprinter de service, alors que Tony Gallopin et Sylvain Chavanel seront chargés de tenir le rythme des puncheurs en cas d’attaques multiples en tête du peloton.

cyclisme,mondiaux,championnats du monde,cyclisme sur route,ponferrada,arc-en-ciel,simon gerrans,tom boonen,greg van avermaet,nacer bouhanni,vincenzo nibali,peter sagan,alexander kristoff

Ce parcours particulier a tout de même eu raison de certains pays, dont l’Italie qui n’a pas vraiment su quel leader mener à Ponferrada, ce dimanche. Le sélectionneur transalpin a préféré des puncheurs-grimpeurs, comptant sur un circuit difficile. Et au vu des différents scénarios affichés chez les jeunes et dames, on est loin du parcours parfaitement adapté aux spécialistes de la grimpette. Vincenzo Nibali sera protégé, certes, mais la Squadra Azzura devrait également penser à Sonny Colbrelli ou Daniele Bennati comme solutions de rechange en cas d’arrivées groupées. Ou il faudra compter sur un Nibali surpuissant, comme l’an dernier… Alors que d’autres sélections n’auront pas d’autres choix, faute de choix parmi neuf coureurs. Peter Sagan sera bien isolé tandis qu’Alexander Kristoff aura un bon parterre avec Lars Petter Nordhaug et Edvald Boasson Hagen pour tenir le rythme du peloton. Sans oublier Alexandr Kolobnev, l’habitué des Mondiaux, et Daryl Impey, en grande forme pour épauler Gerrans ces dernières semaines. Face à l’arc-en-ciel, la course s’annonce des plus intenses.

Le programme du course en ligne messieurs:

La carte et le profil:

> Cliquez sur l'image pour l'agrandir <

Championnats du monde sur route - Ponferrada 2014 -  Course Hommes.png

Distance: 254,8 kilomètres (soit 14 tours de 18,2 kilomètres)

Météo: nuageux et risque d'averses et d'orages sur la région entre 12h00 et 17h00, températures entre 15°C et 22°C, vent quasiment nul

Direct TV:
- dès 10h00 sur La Deux puis dès 13h40 sur La Une avec Laurent Bruwier et Rodrigo Beenkens.
- dès 09h30 sur Canvas/Sporza avec Michel Wuyts et José De Cauwer.
- dès 09h55 sur beIN Sports 3 avec Emmanuel Barth et Cédric Vasseur.
- dès 09h15 sur Rai Sport 2 puis dès 15h05 sur Rai Tre.
- dès 09h45 sur RTVE Teledeporte.

Liste des partants: cliquez ici pour télécharger la feuille des partants.

Grégory Ienco - Photos: Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.