Grand Prix de Québec: Simon Gerrans, l'habitué

Catégories : Route, Vidéos

cyclisme,grand prix de québec,canada,québec,uci,worldtour,simon gerrans,orica-greenedge,tom dumoulin,ramunas navardauskasDevenues classiques de référence en cette fin de saison, idéales pour les puncheurs qui souhaitent un dernier test avant les championnats du monde, les épreuves canadiennes du mois de septembre font désormais partie intégrante du calendrier WorldTour. Tous les meilleurs puncheurs du peloton n'ont certes pas fait le voyage transatlantique, mais les Grands Prix de Québec et de Montréal valent clairement leurs grandes sœurs printanières.

Le Grand Prix de Québec l'a encore prouvé ce vendredi: il suffit d'un circuit vallonné et cinq derniers kilomètres sans un mètre de plat pour faire sauter un peloton bien installé. Et c'est cela qui donne toute leur saveur à ces courses de fin de saison: les outsiders n'ont souvent plus rien à perdre et ceux qui préparent encore les Mondiaux doivent déjà montrer les crocs pour assurer leur condition finale. Du coup, cela a attaqué dans toutes les côtes sur les 50 derniers kilomètres de cette première manche du week-end canadien. Un groupe de quatorze hommes, parmi lesquels les Belges Tim Wellens (Lotto-Belisol) et Jan Bakelants (Omega Pharma-Quick Step) faisaient même office d'épouvantails, parvenait même à s'échapper à l'aube du tour final. Le peloton allait-il être pour la première fois piégé avant les cinq derniers kilomètres et ses ascensions attendues de la côte de la Montagne et de la Potasse?

Dumoulin avait pourtant bien anticipé

Il n'en était rien: toutes les formations n'étaient pas représentées à l'avant et une légère attention au terme de la descente vers l'eau permettait aux spécialistes du jump en pente de se replacer pour l'assaut final. Et les offensives se succédaient comme prévu: après l'amorce de Jens Keukeleire (Orica-GreenEDGE) pour ses leaders, Jelle Vanendert (Lotto-Belisol), Tejay van Garderen (BMC) et Matteo Trentin (Omega Pharma-Quick Step) forçaient en tête. Sans succès. Car aux 400 derniers mètres, le Néerlandais Tom Dumoulin (Giant-Shimano), encore frêle pour son jeune âge mais déjà courageux, surprenait tout le monde en lançant son sprint! Le champion d'Australie Simon Gerrans (Orica-GreenEDGE) devait rapidement se replacer derrière l'homme en blanc et noir pour espérer le reprendre.

Les Belges ont l’œil sur l'arc-en-ciel

Gerrans avait la chance d'avoir le vent de face, profitant ainsi de l'aspiration de son rival batave, qui coinçait dans les 100 derniers mètres, laissant le vétéran australien lever les bras pour la deuxième fois à Québec, toujours avec le maillot de champion national sur les épaules, comme en 2012. Gerrans offre ainsi à l'équipe Orica-GreenEDGE la centième victoire de son existence, et se rassure en vue des championnats du monde à Ponferrada, dans deux semaines, où il aura encore ce rôle d'outsider capable de surprendre tous les sprinters sur de telles pentes.

Toujours en vue de ces Mondiaux, les Belges ont affiché une mentalité très offensive dans ce final. Outre Bakelants, Wellens et Vanendert à l'attaque, Greg Van Avermaet (BMC), Gianni Meersman (Omega Pharma-Quick Step) et Sep Vanmarcke (Belkin) se sont placés entre la 5e et la 7e place, confirmant leurs prétentions pour la course au maillot irisé. Il leur reste désormais à démontrer la même gnac à Montréal, dans deux jours, pour conforter leur poste aux côtés de Tom Boonen et Philippe Gilbert en Espagne.

Résultats de l'épreuve (Québec > Québec, 199.1 km):

Grégory Ienco - Photo: Photo News/Vincent Kalut

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.