Denis Menchov suspendu... en secret: la mauvaise communication de l'UCI

Catégories : Dopage

PHOTONEWS_10420414-106.jpgCe fut une surprise pour la plupart des observateurs du peloton: le Russe Denis Menchov, ancien vainqueur du Tour d'Italie à la retraite depuis mai 2013, est en fait suspendu pour un passeport biologique douteux depuis... avril 2013.  L'Union Cycliste Internationale (UCI) a en fait décidé de ne plus communiquer sur les cas de dopage et de n'indiquer ceux-ci que sur une liste mise à jour sur son site internet. Une communication douteuse, qui semble être un pas en arrière par rapport à la transparence prônée par son nouveau président, Brian Cookson.

Les affaires de dopage ont toujours cette manie à être dévoilées à l'approche ou durant le Tour de France. N'y voyez aucun complot, il s'agit la plupart du temps d'un haut-parleur médiatique qui permet à une information d'habitude plus anonyme de prendre une importance particulière avec le Tour de France comme caisse de résonance. Ce samedi, en pleine effervescence pour la première étape de montagne de la Grande Boucle, vers Gérardmer, une information surgissait sur les réseaux sociaux: le Russe Denis Menchov n'a pas pris sa retraite par hasard, il est en fait suspendu pour un passeport biologique douteux! L'Union Cycliste Internationale (UCI), qui communique d'habitude sur ces cas, même du passé, n'a pas daigné envoyer un communiqué de presse ou indiquer sur son site ce dossier qui concerne tout de même un vainqueur du Tour d'Italie (2009) et du Tour d'Espagne (2007).

Déjà des doutes l'an dernier

Rappelez-vous, en mai 2013, des médias russes rapportaient une retraite de Denis Menchov, leader de l'équipe Katusha, en raison de problèmes récurrents au genou depuis le début de la saison. Le coureur de 35 ans confirmait cette retraite, via un communiqué de son équipe, le 22 mai. Mais cette retraite sonnait étrangement chez les coureurs. Sur le site Cyclingtips, le fameux "Secret Pro", un coureur professionnel anonyme contant les brèves du peloton, expliquait ainsi en mai 2013 qu'un ancien vainqueur de Grand Tour allait certainement faire face à une suspension pour dopage, et que l'UCI passait au peigne fin des passeports biologiques au profil douteux.

Menchov suspendu... sans le dire

La fédération a finalement confirmé ces informations sans le vouloir, grâce à un communiqué publié ce samedi. L'UCI confirmait ainsi que Denis Menchov est suspendu à cause de valeurs anormales sur son passeport biologique jusqu'au 9 avril 2015. Le coureur russe perd également ses résultats... seulement sur trois courses: le Tour de France 2009, 2010 et 2012. "Aucune autre communication ne sera faite sur cette affaire", précise le communiqué de l'UCI. Menchov savait donc depuis le 9 avril 2013 qu'il était suspendu deux ans pour dopage mais tant le coureur que son équipe Katusha ou la fédération n'ont communiqué sur cette affaire. Et voilà le problème qui se pose depuis plusieurs semaines au sein de l'organisme gouvernant la Petite reine.

Une liste à actualiser... tous les jours

L'un des porte-paroles de l'UCI, Louis Chenaille, affirme ainsi à l'agence AP que "dès qu'une affaire est classée, nous allons le mettre sur le site de la fédération, sans envoyer de communiqué". Tous les dossiers et toutes les suspensions sont désormais indiqués dans un fichier disponible sur le site de l'Union Cycliste Internationale ou en cliquant ici. On retrouve ainsi tous les coureurs en cours de suspension. Et désormais, il faudra regarder ce fichier quasiment tous les jours pour découvrir quel coureur a été rattrapé par la patrouille... Une drôle de manière de voir la transparence. Certes, l'UCI peut très bien faire son travail sans cette communication mais ce travail bien fait mérite d'être vu, surtout après tous les scandales qui ont frappé le peloton ces dernières années. La transparence passe aussi par cette communication.

Car l'UCI n'est pas sans faille et elle l'a encore prouvé ces dernières semaines, malgré les dires du nouveau président Brian Cookson, avec l'imbroglio autour de l'autorisation à usage thérapeutique (AUT) de Christopher Froome ou encore les problèmes concernant Roman Kreuziger et son passeport biologique. Il est donc temps que le boss de la maison d'Aigle reprenne les rênes et explique clairement sa position quant à cette communication autour des cas de dopage dans le cyclisme moderne.

Grégory Ienco - Photo: Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.