GP de l'Escaut: Marcel Kittel, placé au bon endroit au bon moment

Catégories : Route, Vidéos

cyclisme, GP de l'Escaut, Scheldeprijs, Marcel Kittel, Giant-Shimano, Tyler Farrar, Danny van Poppel, sprintCelui qui découvre le nouveau palmarès de Grand Prix de l'Escaut ne s'étonnera pas de découvrir, pour la troisième année consécutive, le nom de Marcel Kittel (Giant-Shimano) en tête. L'Allemand a pourtant décroché à Schoten son succès le plus aisé de cette trilogie exceptionnelle. Cette fois, il n'avait aucune concurrence face à lui et confirme qu'il sera le sprinter le plus épié sur les Grands Tours cette saison.

S'il n'a pas vraiment les qualités de classicman de son équipier John Degenkolb, moins puissant mais plus adapté à franchir les monts flandriens et italiens, l'Allemand Marcel Kittel a confirmé ces derniers mois qu'il était bien intrinsèquement l'un des trois hommes les plus rapides du peloton avec Mark Cavendish (Omega Pharma-Quick Step) et André Greipel (Lotto-Belisol). Ces quatre victoires d'étape sur le Tour de France l'an dernier n'avaient pas trahi cette vérité, il l'a encore confirmée ce mercredi sur le sprint final du Grand Prix de l'Escaut. En l'absence des deux grands noms de l'emballage massif, Kittel avait la voie libre pour assurer son troisième succès consécutif à Schoten. Mais contrairement aux précédentes années, il n'avait pas le vent en sa défaveur ou de conditions dantesques pour le refroidir. Le large soleil et le vent de dos aidaient logiquement le colosse allemand à se démener largement en tête du peloton dans les 250 derniers mètres. C'est simple, il s'impose avec près de deux vélos d'avance sur Tyler Farrar (Garmin-Sharp), son adversaire le plus coriace en 2012, et Danny van Poppel (Trek).

Il fallait être devant

Il faut dire que Kittel a profité d'un train parfait dans la dernière ligne droite. Car la règle est simple dans la banlieue anversoise: il faut être en tête dans les deux derniers kilomètres sinon, impossible de jouer la victoire. Omega Pharma-Quick Step et Giant-Shimano jouaient donc des coudes pour se replacer à l'avant de la meute mais tous ceux derrière eux pouvaient déjà oublier la première marche du podium. Arnaud Démare (FDJ.fr) se retrouvait en manque d'équipiers qui ont fait le travail pour revenir sur les échappés durant toute la journée tandis qu'Alexander Kristoff (Katusha) était bloqué au deuxième plan, tout comme le Belge Kenny Dehaes (Lotto-Belisol). Il fallait donc être en tête dans cette ultime ligne droite, comme sur une étape de Grand Tour. 

"Giant-Shimano au top dans les sprints"

"Je suis heureux que tout se soit bien déroulé", confiait évidemment à l'arrivée le coureur allemand. "Cela faisait quelques temps que je n'avais pas gagné comme cela. Déjà sur les Trois Jours de La Panne, nous n'avons pas connu la victoire mais l'équipe avait bien travaillé. Je savais qu'avec le vent de dos, je devais partir tôt". Effectivement, Kittel a anticipé le sprint d'Alessandro Petacchi (Omega Pharma-Quick Step) qui venait d'être propulsé. "J'ai tout donné pour finir les 250 derniers mètres en tête. Nous avons prouvé ici pour la troisième année consécutive que Giant-Shimano est au top dans la préparation des sprints. C'était un boulot parfait de la part de l'équipe". Reste désormais à l'assurer sur le Tour d'Italie et le Tour de France, dans seulement un mois (tout pile) et deux mois. 

Résultats de l'épreuve (Anvers > Schoten, 200.9 km):

Grégory Ienco - Photo: Peter De Voecht/Photo News 

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.