Rétro 2013: les plus belles révélations

Catégories : Rétro 2013, Vidéos

cyclisme,nairo quintana,movistar,michal kwiatkowski,omega pharma-quick step,warren barguil,argos-shimano,bryan coquard,europcar,diego ulissi,lampre-meridaLa jeunesse au pouvoir! Cette saison 2013 n'a pas encore contribué à un véritable changement de génération mais au fil des mois, les coureurs de moins de 25 ans ont prouvé qu'ils étaient bien l'avenir de la Petite reine. Sur le Tour de France, le Colombien Nairo Quintana a montré la voie aux jeunes grimpeur alors que le Polonais Michal Kwiatkowski inspire par sa polyvalence. Retour sur les grandes révélations de la saison écoulée.

1. Nairo Quintana (Col, Movistar)

Déjà en vue l'an dernier par sa victoire d'étape dans les montagnes alpestres et ses performances en tant qu'équipier sur le Tour d'Espagne 2012, pour Alejandro Valverde, le jeune Colombien Nairo Quintana a montré que la Colombie avait encore de sacrés talents à puiser. Avec Rigoberto Uran, Sergio Henao et Carlos Betancur, voici les leaders que le pays sud-américain cherchait depuis plus de quinze ans. Et Quintana, à peine 23 ans, est certainement le plus prometteur. Sur toutes les courses par étapes auxquels il a pris part cette saison, le coureur de la Movistar n'a jamais terminé hors du top 20! Il s'est même permis de remporter le Tour du Pays Basque, son premier classement général sur le WorldTour, en mars dernier, ainsi que le Tour de Burgos, en août. Et entre, Quintana a tenté de déboulonner Christopher Froome sur les cols pyrénéens et alpestres du Tour de France!

Sans succès pour l'espoir colombien mais il n'a pas eu besoin de ce maillot jaune pour obtenir la consécration. Bien accroché au maillot blanc de meilleur jeune, Quintana a en outre rapporté le maillot à pois en Colombie, six ans après Mauricio Soler, à qui il a également dédicacé sa tunique. Il a même arraché la deuxième place du classement général face à Joaquim Rodriguez et Alberto Contador, pourtant plus expérimentés sur la route du Tour. De quoi augurer un futur maillot jaune en 2014? Le Colombien n'y est pas encore. "Nous n'avons pas encore décidé quelle course majeure sera mon grand objectif cette année, entre le Giro et le Tour de France", assure-t-il. La course au maillot rose apparaît en effet plus montagneuse et mieux adaptée à ses qualités sur les hauts pourcentages. Après tout, il ne fêtera que ses 24 ans en février...

2. Michal Kwiatkowski (Pol, Omega Pharma-Quick Step)

L'équipe Omega Pharma-Quick Step a certainement réalisé l'une de ses meilleures affaires en engageant le Polonais Michal Kwiatkowski à l'aube de la saison 2012. Car le jeune coureur de 23 ans n'a cessé de progresser depuis ses débuts pros avec Caja Rural, à seulement... 19 ans. Le coureur de Dzialyn a déjà une belle expérience des pelotons malgré son jeune âge et l'a prouvé au fil des saisons. Véritable talent sur les contre-la-montre, il a surtout profité de ses entraînements pour perfectionner ses aptitudes en montagne. Sa deuxième place sur le Tour de Pologne 2012 confirmait cette progression, sa quatrième place sur Tirreno-Adriatico lui laissait espérer de bien meilleurs résultats sur les courses par étapes d'une semaine.

Et pourtant, le champion de Pologne se dévoilait cette saison sur un Grand Tour, et pas n'importe lequel. Arrivé sur le Tour de France pour "progresser" et épauler Omega Pharma-Quick Step sur le contre-la-montre par équipes, Kwiatkowski se plaçait rapidement parmi le top 10 du Tour et accrochait même le maillot blanc de meilleur jeune jusqu'aux Pyrénées. A Bagnères-de-Bigorre, malgré six cols à affronter, il terminait même troisième! Dans les Alpes, le Polonais craquait quelque peu mais parvenait tout de même à résister pour une onzième place finale surprenante. "Il sera l'un de nos leaders pour le Tour avec Mark Cavendish et Rigoberto Uran", a déjà annoncé le manager d'OPQS, Patrick Lefevere, en évoquant la saison 2014. Et s'il se montre aussi polyvalent que cette saison, Kwiatkowski, avec son tempérament de jeune fougueux, risque bien de frapper fort!

3. Warren Barguil (Fra, Argos-Shimano)

Depuis ses plus jeunes années, le Breton Warren Barguil est considéré comme le grimpeur français qui va percer, qui va faire rêver les foules. Et le coureur de 22 ans a confirmé cette tendance dès sa première saison professionnelle! Décidé à poursuivre des études supérieures, il est resté tranquillement chez les espoirs, a poursuivi deux stages chez Bretagne-Schuller puis chez Argos-Shimano, avant de se lancer dans le grand bain. Et sous la houlette de son entraîneur Julien Pinot, Barguil a progressé pas à pas, remportant le Tour de l'Avenir 2012 avant son passage dans le WorldTour. Car, malgré les propositions françaises, le coureur du Morbihan a préféré démarrer sa carrière pro chez Argos-Shimano.

Avec succès! Malgré des problèmes de santé en début de saison qui l'ont empêché de jouer la gagne, Barguil avait déjà misé sa saison sur son premier Grand Tour, le Tour d'Espagne, où il allait être un coureur protégé au sein d'une équipe Argos-Shimano qui se savait incapable de jouer le classement général face aux gros bras. Mais avec un grimpeur aussi explosif que Barguil, un succès d'étape est possible. Le Français fera encore mieux: il en remportera deux. D'abord sur une étape typique pour les baroudeurs, où il sortait peu avant la flamme rouge pour résister au groupe d'échappés. Ensuite dans la haute montagne, quatre jours plus tard, où il se jouait de Rigoberto Uran (rien que ça) au sprint pour accrocher un deuxième succès pro! Pas mal pour le gamin de 22 ans...

4. Bryan Coquard (Fra, Europcar)

Il n'a que 21 ans, entamait sa première saison pro sous le maillot d'Europcar, et pourtant, il était déjà connu et reconnu en France. Bryan Coquard, c'est le petit gars de Vendée U qui vient de s'offrir la médaille d'argent sur l'omnium aux Jeux Olympiques de Londres avant d'accrocher la même breloque sur les Mondiaux sur route, avec les espoirs, à Valkenburg. Le jeune sprinter était donc attendu au tournant dès ses premiers tours de roue dans le peloton pro. Et il n'a pas manqué son départ! Quatre succès en un mois sur l'Etoile de Bessèges et le Tour de Langkawi, en Malaisie: pas mal pour débuter sa carrière. Et s'il n'a plus autant scoré par la suite, Coquard termine tout de même la saison avec 6 bouquets et 26 top 10. Le sprinter d'Europcar a bien profité de cette saison 2013 pour prendre ses marques et risque d'afficher des ambitions encore plus claires dans le WorldTour la saison prochaine.

"Je n'ai pas à être honteux de ces défaites. J'ai quand même été battu par des gars comme Bouhanni, Démarre ou Cavendish", estime Coquard, optimiste pour la prochaine année avec Europcar. Il débutera en effet 2014 sur le Tour du Qatar et le Tour d'Oman avant d'évoquer Paris-Nice ou les classiques comme Gand-Wevelgem. Et il compte bien poursuivre cette apprentissage en juillet sur le Tour de France. Juste le temps d'être mûr!

5. Diego Ulissi (Ita, Lampre-Merida)

En cette fin d'année, l'Italie n'en avait que pour Diego Ulissi. Le coureur de la Lampre-Merida, double champion du monde chez les juniors, s'est toujours montré parmi les meilleurs mais a tardé à enchaîner les succès. Moins habile sur les classiques du WorldTour, le puncheur toscan a tout de même réussi à montrer les crocs en cette fin d'année en remportant, en moins d'un mois, Milan-Turin, la Coppa Sabattini et le Tour d'Emilie. Un mois plus tôt, il s'était montré comme le meilleur des grimpeurs sur la première étape du Tour de Pologne, arrivant au sommet de Madonna di Campiglio, toujours en Italie. Bref, Ulissi fait figure de favori dès que la course se déroule dans la Botte.

Il est donc temps, en 2014, que le coureur de 24 ans s'exporte sur d'autres terres et confirme les espoirs italiens placés en lui, au sein d'une Squadra Azzura toujours en mal de grands leaders tels Vincenzo Nibali. D'ailleurs, le coureur se montre ambitieux pour cette prochaine année. Dès le printemps, il visera les classiques ardennaises, après sa neuvième place sur la Flèche Wallonne 2012: "Je vise les trois épreuves, qui peuvent toutes mes convenir". Il souhaite également accrocher une "ou plusieurs" étape(s) du Tour d'Italie ainsi que les championnats du monde. Rien que ça!

Grégory Ienco - Photo: Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.