Mondiaux de Florence - Hommes: Costa, le filou qui a piégé l'Espagne

Catégories : Route, Vidéos

cyclisme, Mondiaux, championnats du monde, Florence, UCI, Rui Faria Da Costa, Joaquin Rodriguez, Alejandro Valverde, Philippe GilbertCe devait être un championnat du monde pour les puncheurs. La pluie a finalement bien durci l'épreuve de 272 kilomètres et n'a souri qu'aux véritables guerriers, des grimpeurs farouches, des coureurs qui ne lâchent rien malgré la pluie, le vent et la multiplication des efforts. Mais au final, c'est toujours le plus malin qui s'impose: le Portugais Rui Faria Da Costa a profité de la supériorité espagnole pour aller conquérir un succès inespéré. Le voici champion du monde!

Pourtant, il était difficile d'imaginer combien de coureurs allaient vraiment terminer ce Mondial vu les trombes d'eau qui se sont abattues entre Lecco et Florence durant toute cette journée. Le tenant du titre Philippe Gilbert craignait ces conditions dantesques, il avait bien raison. Non pas à cause de la difficulté exacerbée de ce parcours déjà bien âpre, mais plutôt face aux routes devenues humides et glissantes. Les chutes ne se comptaient plus sur les doigts de la main, les abandons remplissaient les boxes: Bradley Wiggins, Mark Cavendish, Cadel Evans, Richie Porte, Chris Froome... Tous jetaient l'éponge face à la météo défavorable.

Cela donnait finalement l'occasion à la sélection italienne de durcir la course, en quelques accélérations bien senties. En quatre tours à peine, le peloton passait de 200 coureurs à 80 courageux, décidés à tenir la distance malgré l'orage qui ne se calmait pas. Pendant que le Polonais Bartosz Huzarski et le Tchèque Jan Barta faisaient de la résistance en tête de la course, des suites d'une échappée avec trois compagnons de fortune partie au kilomètre 0, le peloton se réduisait au fil des ascensions. Surtout grâce aux Italiens, ensuite suite au travail des coureurs belges. Il fallait prendre ses responsabilités dans ces conditions, au risque de voir les attaquants prendre un avantage trop conséquent. 

Les grimpeurs à l'avant

Mais c'étaient chaque fois les mêmes équipes qui s'affichaient en tête du peloton. Lorsque Giovanni Visconti tentait d'anticiper les offensives italiennes, les Belges arrivaient aux avant-postes. Jamais les Espagnols ou les Suisses. L'Italie a pourtant dû retarder ses plans lorsqu'à un peu plus de deux tours de l'arrivée, Vincenzo Nibali chutait sur les lignes blanches. Mais grâce à une voiture bienveillante, le Sicilien revenait aisément sur le peloton, sans trop de casse. Tous les favoris étaient réunis pour les deux derniers tours, Huzarski et Barta étaient repris: place à la course au maillot arc-en-ciel, entre une cinquantaine d'hommes.

Il fallait cependant patienter jusqu'à la dernière ascension du Fiesole, mieux taillée pour les grimpeurs, pour voir les favoris se dévoiler. L'Italien Michele Scarponi ouvrait les hostilités, l'Espagnol Joaquin Rodriguez relançait et Vincenzo Nibali terminait le travail. Rodriguez et Nibali étaient finalement revus par l'Espagnol Alejandro Valverde et le Portugais Rui Faria Da Costa alors que le Colombien Rigoberto Uran, pourtant en poursuite, laissait passer sa chance à cause d'un virage trop large et une chute spectaculaire. Les Espagnols étaient donc en supériorité numérique: auparavant, ils n'avaient donné qu'un coup de pédale dans les 30 derniers kilomètres, soit bien peu d'efforts face aux autres nations.

Costa profite de la tactique espagnole

Mais Rodriguez comptait bien gagner en solitaire. Il relançait à deux reprises face à Nibali, qui tenait toujours à revenir sur le Catalan. Mais à 2 kilomètres du but, "Purito" semblait bien parti vers le maillot arc-en-ciel, Nibali ne pouvait plus accélérer. Rodriguez avait toutefois un autre coureur à se méfier: Rui Costa venait en effet d'attaquer au même moment pour revenir en solitaire sur Rodriguez. A 500 mètres du but, le Portugais revenait sur l'Espagnol puis lançait le sprint... Tout juste! Mais la victoire était bien pour Costa! Le futur sociétaire de la Lampre faisait même pleurer le pauvre "Purito", encore passé tout près d'une victoire de prestige... Costa venait donc de piéger la tactique espagnole en restant simplement dans la roue jusqu'au bon moment. C'était finalement la même tactique que les Ibères...

Gilbert: "Pas une bonne entente"

Philippe Gilbert, de son côté, terminait 9e après avoir essayé tant bien que mal de résister aux grimpeurs dans Fiesole. Sans succès. "Si les grimpeurs pouvaient attaquer une fois, deux fois, moi j'étais mort à la troisième", expliquait-il à l'arrivée. "L'entente n'était vraiment pas bonne dans le groupe de poursuite mais on ne pouvait de toute manière plus revenir. Je savais à peine rester droit à cause de la douleur... L'équipe a en tout cas fait un beau boulot même si on a peut-être travaillé trop tôt. Tout le monde était très fatigué. Et c'était une course très difficile".

Résultats de l'épreuve (Lecco > Florence, 272.2 km):

1 150 FARIA DA COSTA Rui Alberto POR 7:25:44 +0
2 13 RODRIGUEZ OLIVER Joaquin ESP m.t. 
3 16 VALVERDE BELMONTE Alejandro ESP 7:25:59 +15
4 17 NIBALI Vincenzo ITA m.t. 
5 119 GRIVKO Andriy UKR 7:26:15 +31
6 79 SAGAN Peter SVK 7:26:18 +34
7 61 CLARKE Simon AUS m.t. 
8 152 IGLINSKIY Maxim KAZ m.t. 
9 1 GILBERT Philippe BEL m.t. 
10 90 CANCELLARA Fabian SUI m.t. 
11 48 MOLLEMA Bauke NED m.t. 
12 172 NORDHAUG Lars Petter NOR m.t. 
13 12 MORENO FERNANDEZ Daniel ESP m.t. 
14 109 GESCHKE Simon GER m.t. 
15 30 HENAO MONTOYA Sergio Luis COL m.t. 
16 22 SCARPONI Michele ITA m.t. 
17 20 POZZATO Filippo ITA 7:26:49 +1:05
18 59 VICHOT Arthur FRA m.t. 
19 105 PATERSKI Maciej POL m.t. 
20 170 BOASSON HAGEN Edvald NOR m.t. 
21 144 FUGLSANG Jakob DEN m.t. 
22 203 KONOVALOVAS Ignatas LTU 7:27:10 +1:26
23 6 VAN AVERMAET Greg BEL m.t. 
24 137 TROFIMOV Yury RUS m.t. 
25 51 WEENING Pieter NED 7:27:28 +1:44
26 88 STYBAR Zdenek CZE 7:27:43 +1:59
27 177 SARAMOTINS Aleksejs LAT 7:27:45 +2:01
28 52 BARDET Romain FRA m.t. 
29 5 PAUWELS Serge BEL m.t. 
30 174 KVASINA Matija CRO m.t. 
31 72 HOWES Alex USA m.t. 
32 145 SORENSEN Chris Anker DEN m.t. 
33 99 GOLAS Michal POL m.t. 
34 28 ATAPUMA HURTADO Darwin COL m.t. 
35 29 BETANCUR GOMEZ Carlos Alberto COL m.t.
36 151 MACHADO Tiago Jose Pinto POR m.t. 
37 74 STETINA Peter USA m.t. 
38 130 DENIFL Stefan AUT 7:27:49 +2:05
39 107 BURGHARDT Marcus GER 7:29:24 +3:40
40 128 POLANC Jan SLO m.t. 
41 34 URAN URAN Rigoberto COL 7:30:11 +4:27
42 108 DEGENKOLB John GER 7:30:37 +4:53
43 135 CHERNETSKI Sergei RUS 7:30:39 +4:55
44 58 ROUX Anthony FRA m.t. 
45 93 RAST Gregory SUI 7:32:08 +6:24
46 164 LOVKVIST Thomas SWE 7:33:11 +7:27
47 205 NECHITA Andrei ROU 7:33:50 +8:06
48 8 CASTROVIEJO NICOLAS Jonathan ESP m.t. 
49 110 MARTENS Paul GER m.t. 
50 56 PINOT Thibaut FRA 7:34:53 +9:09
51 25 VISCONTI Giovanni ITA 7:34:59 +9:15
52 100 HUZARSKI Bartosz POL 7:35:20 +9:36
53 96 WYSS Danilo SUI 7:37:04 +11:20
54 83 BARTA Jan CZE m.t. 
55 112 WEGMANN Fabian GER m.t. 
56 55 MOINARD Amael FRA m.t. 
57 2 BAKELANTS Jan BEL m.t. 
58 102 MAJKA Rafal POL 7:38:39 +12:55
59 54 GAUTIER Cyril FRA 7:40:55 +15:11
60 46 KELDERMAN Wilco NED m.t. 
61 60 VOECKLER Thomas FRA m.t.

Grégory Ienco - Photo: Jimmy Bolcina/Photo News

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.