CB La Roche - Elites: Stijn Devolder à la rage

Catégories : Route, Vidéos

cyclisme,uci,championnat,belgique,route,hommes,élites,gilbert,boonen,monfortNouvelle édition d'un championnat de Belgique Elites, et nouvelle explication entre les gros bras de la discipline, sur le circuit de La Roche. Au départ, certains affichaient de réelles capacités de revêtir le maillot national, mais à divers titres. Pour Philippe Gilbert, actuel champion du monde, il fallait sauver une "nouvelle" saison. Pour Tom Boonen, il fallait récidiver et ne pas changer la garde robe cette année. pour les autres, il fallait se montrer avec un seul objectif: faire chuter ces deux stars du cyclisme professionnel belge.

On flingue dès le départ, sur ce circuit difficile de La Roche en Ardennes. Il pleut, il fait frais, les spectateurs sont bien là au rendez-vous, une ambiance de fête pour un événement de taille. En quatuor en isolée, les attaques se multiplient sur ces 220 km de championnat, de par les 126 coureurs alignés. certes, les uns moins bien préparés que les autres, mais néanmoins on s'active pour ne pas donner l'occasion aux favoris de se laisser emmener dans un fauteuil sur la ligne d'arrivée. La toute première attaque fut à mettre à l'actif de Pieter Serry, Gert Steegmans (OpQS), Sander Cordeel (Lotto), Preben Van Hecke (Topsport Vlaanderen), Tim De Troyer (Accent Jobs) et Quentin Bertholet (Wallonie Bruxelles). Deux de ces garçons ne pouvaient recevoir de bon de sortie, à savoir Steegmans et Van Hecke, dès lors on rentre dans le rang. Le plus entreprenant dans ces premières heures du championnat fut Quentin Bertholet, qui multiplie les attaques (4), mais ce sera finalement un quatuor qui se détache.

Tom Boonen en tête

En effet, après ces premières escarmouches, Tom Boonen, Dries Devenyns, Pieter Serry et Bart De Clercq se portent aux commandes. On peut se demander ce que fait, si tôt, le tenant du titre dans une échappée? Toujours est-il que ces quatre hommes possèdent 40" d'avance au terme du troisième tour, des 16 à couvrir. Cet écartt va alors grimper, pour atteindre 1'30" à 173 km de l'arrivée. Trois équipîers de la OPQS, pour un Lotto, et l'avance grimpe encore, pour se stabiliser vers les 2'30" à mi-course. Au peloton, les coureurs de Crelan-Euphony de Gérard Bulens mènent la poursuite, si on peut parler de cela, en fait on gère, avec tantôt un gars de la Topsports Vlaanderen-Baloise, ou encore un certain Klaas Vantornout (cyclo-crossman), on croit rêver, pour maintenir l'écart. celui-ci va alors diminuer, une fois la retransmission télévisée commencée... Alors qu'il reste six tours à couvrir, l'avance du quatuor est passée sous les deux minutes.

A moins de 80 bornes, cela bouge au peloton. Guillaume Van Keirsbulck (OPQS) et Kenny Dehaes (Lotto) viennent contrer une attaque de Sébastien Delfosse (Crelan), Stijn Steels (Topsports) et Sep Vanmarcke (Blanco). Suite à cette accélération, la meute s'étire très fortement, dans un premier temps pour annihiler la contre-attaque, mais aussi pour éliminer les moins en forme en queue de peloton. Changement de physionomie, on voit très nettement les Lotto venir faire la loi, de plus Thomas De Gendt prend quelques libertés, et tente la belle. De par ces différentes accélérations, l'échappée à du plomb dans l'aile, qui ne possède plus que 45" à 75 km de l'arrivée.

Echappée terminée, tout est à refaire

On continue à flinguer, un nouveau quatuor se forme derrière le groupe Boonen, qui n'a plus que 30", avec Vanmarcke, Lampaert, Steels et Van Keirsbulck. Ce dernier uniquement pour le contrôle de la situation, et si cela se rejoint, en tête il y aura quatre OPQS. Viendra prêter main forte, Gaëtan Bille revient sur le quatuor de chasse, mais le peloton n'est vraiment pas loin. A 67 km, première jonction entre les deux groupes de tête. Neuf coureurs en tête, et quelques centaines de mètres plus loin, on assiste à un regroupement général. L'échappée matinale est bel et bien terminée, tout est donc à refaire. Première fois aussi que l'on voit le maillot du champion du monde dans les premières positions de ce national. Philippe Gilbert semble à l'aise dans la côte d'Ortho, la difficulté majeure de ce championnat.

On étire encore plus le peloton, et devinez sous l'influence de qui... et bien tout simplement du maillot irisé. Gilbert, suivi de Van Keirsbulck, s'isolent en tête à 60 km du but. Directement, on réagit, avec la chasse des OPQS, dont Tom Boonen. Gilbert seul contre tous, cela ressemblme à une évidence. Boonen ne veut pas lâcher, c'est une réalité. Mais à ce petit jeu, on peut franchement entrevoir une victoire d'un outsider. Il va se former un groupe d'une dizaine d'hommes, qui vont revenir sur le duo de tête. On va continuer à faire bouger les choses, avec des tentatives de De Gendt ou encore Meermans, qui prend ses responsabilités pour revenir sur les hommes de tête. Il sera suivi par Philippe Gilbert, Devolder et consort pour former un beau groupe. Parmi les piègés, Boonen, Monfort et Roelandts notamment. C'en est terminé pour le vainqueur sortant, à 50 bornes du drapeau à damiers. Un vingtaine d'hommes en tête, avec pratiquement tous les favoris, à l'exception des trois cités plus avant, pointés à une trentaine de seconde du groupe Gilbert.

Un trio à l'avant

Nouvelle tentative, avec un trio en tête composé de Jan Bakelants (RadioShack), Thomas De Gendt (Vacansoleil) et Kevin Seeldraeyers (Astana), avec 15" sur les anciens compagnons et 1'30" sur le reste du peloton, à 42 km du but, à trois tours de la fin. Sous l'impulsion des OPQS (qui favorise Gianni Meerman), l'écart fond à vue d'oeil, et le trio n'a aucune chance, alors qu'on annonce l'abandon de Maxime Monfort, sélectionné pour le 100è Tour de France. Les fuyards feront néanmoins de la résitance face au groupe: Van Keirsbulck, Van Avermaet, Bille, S. Pauwels, Leukemans, Degand, De Vreese, Devolder, Van den Broeck, Vanmarcke, K. Pauwels, Vantomme, Dockx, Gilbert et Meersman. Ils feront même mieux que de la résistance, puisque l'écart regrimpe pour atteindre 20" à 35 km.

L'abandon de Monfort, le lâché prises des Boonen et Roelandts obligent les directeurs sportifs à changer leurs tactiques. On voit ainsi les Lotto venir "aider" les OPQS pour la chasse. Cette dernière étant calculée au plus juste, le pourquoi de l'augmentation de l'écart, suite à la venue de W. Peeters à hauteur de ses coureurs. Le trio de tête ne pourra toutefois pas contrôler, les deux équipes à l'arrière font leur oeuvre. Peu avant le franchissement de la ligne pour l'antépénultiemme fois (reste 27 km), on assiste à un regroupement des 17 coureurs (Dockx ayant été lâché).

Au passage de cette ligne, et à l'amorce de la prmière bosse, Gaëtan Bille (Lotto) se fait la belle, sans sourciller, pour rapidment placer 17" sur le groupe. Le premier à réagir n'est autre que Stijn Devolder, qui le rejoint et le laisse sur place. On sait que le garçon est très déçu de n'être pas sélectionné pour la prochaine Grande Boucle, et son attaque fut fulgurante. En moins de 2 km, Devolder creuse un écart de 45"... Pas de réaction dans le groupe derrière, on discute, on se regarde. Seul Van Avermaet lance l'offensive. Mais vite avortée.

Un Devolder à la rage

A 20 bornes, le double vainqueur du national (2007 à Renaix et 2010 à Louvain) ainsi que du Tour des Flandres en 2008 et 2009, possède la minute d'avance. Derrière, on va jouer pour les accessits. Depuis 2010 et son passage de la Quick-Step vers Vacansoleil, le Courtraisien n'a plus rien remporté. L'écart ne faiblit pas, Stijn Devolder s'envole vers son troisième titre de champion de Belgique en ligne, auquel on ajoutera, en 2008 et 2010, ceux du contre la montre.

A 1'30" de Devolder, les poursuivants se tirent la boure par des tentatives d'intimidation, mais sans réelles conviction. On sait que l'on se bat pour la seconde place, et comme dans un championnat seul le maillot compte. Alors que Devolder continue à fond, Gilbert et ses compagnons se promènent. L'écart passe les deux minutes, et c'est l'équipier du futur champion de Belgique, Jan Bakelants qui en remet une couche, sans doute pour mettre deux tuniques sur le podium. RadioShack ayant aligné trois hommes, si on compte l'abandon de Maxime Monfort, on peut dire que la jounrée est totalement réussie pour cette équipe. Au final, Gianni Meerman prend la seconde place, devant Jan Bakelants.

Robert Genicot

Les résultats (La Roche > La Roche, 220 km):

1. Stijn Devolder (RadioShack-Leopard) en 5h46'19"
2. Gianni Meersman (Omega Pharma-Quick Step) à 0'57"
3. Jan Bakelants (RadioShack-Leopard) à 0'59"
4. Björn Leukemans (Vacansoleil-DCM)
5. Sep Vanmarcke (Blanco Pro Cycling)
6. Philippe Gilbert (BMC Racing Team) à 1'03"
7. Greg Van Avermaet (BMC Racing Team) à 1'05"
8. Jurgen Van den Broeck (Lotto-Belisol) à 1'11"
9. Thomas De Gendt (Vacansoleil-DCM) à 2'13"
10. Laurens De Vreese (Topsport Vlaanderen-Baloise)
11. Maxime Vantomme (Crelan-Euphony) à 2'15"
12. Serge Pauwels (Omega Pharma-Quick Step)
13. Kevin Pauwels (Sunweb-Napoleon Games) à 2'24"
14. Gaëtan Bille (Lotto-Belisol) à 5'12"
15. Kevin Seeldraeyers (Astana) à 5'14"
16. Thomas Degand (Accent Jobs-Wanty) à 5'16"
17. Guillaume Van Keirsbulck (Omega Pharma-Quick Step) à 5'30"

126 partants - 17 coureurs à l'arrivée.

Les autres participants abandonnèrent ou furent arrêtés par les commissaires à deux tours de la fin.

1 Commentaire Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • Greipel et cavensish tuent le cyclisme belge

Les commentaires sont fermés.