Tour d'Italie: contre le temps et contre la meute

Catégories : Route

cyclisme,giro,tour d'italie,mark cavendish,tyler farrar,matthew goss,andrea guardini,taylor phinney,gustav erik larssonDeuxième partie de notre présentation des forces vives du Tour d'Italie 2012. Car outre les favoris au maillot rose, d'autres trophées sont en jeu dont celui du classement par points, généralement décerné au meilleur sprinter du Giro. Et les étapes de plaine sont bien nombreuses cette saison pour de véritables batailles dans les ultimes lignes droites entre le champion du monde et ses dauphins. Alors que les épreuves chronométrées feront également l'objet de convoitises... Revue des troupes.

Les sprinters retrouvent le sourire

cyclisme,giro,tour d'italie,mark cavendish,tyler farrar,matthew goss,andrea guardini,taylor phinney,gustav erik larssonNe nommez qu'un spécialiste de l'emballage massif et la plupart des fans de la Petite reine vous répondront tout simplement Mark Cavendish, champion du monde en titre et de nouveau sur le Tour d'Italie pour amasser les bouquets. Il en a déjà rapporté neuf d'Italie (dont deux grâce aux contre-la-montre par équipes) et compte bien faire fructifier ce nombre dans les prochaines semaines, vu sa forme croissante sous les couleurs arc-en-ciel. Pas question de malédication de la tunique irisée pour le Britannique qui accumule toujours les succès depuis son titre à Copenhague. Quatre victoires depuis le début de l'année pour le Cav' (Kuurne-Bruxelles-Kuurne, deux étapes du Tour du Qatar et une étape de Tirreno-Adriatico), c'est dans sa moyenne avant de débuter la course au maillot rose. Et puis, entre-temps, il a connu la joie d'être père d'une petite Delilah Grace avec sa fiancée Peta. Le coureur de l'île de Man a déjà eu droit à tous les bonheurs du monde, il espère tout de même encore connaître les joies du succès sur ce Giro.

Et il aura fort à faire dans les dernières lignes droites de ce Tour d'Italie qui fait enfin la part belle aux sprinters dans sa première semaine de course, notamment. Que ce soit au Danemark ou dans le centre de la Botte, les hommes forts des derniers kilomètres pourront enfin développer leurs cuisses saillantes pour cet exercice de style dont ils sont friands. Et celui qui se présente comme le plus fervent adversaire de Cavendish sur ces routes italiennes, c'est son ancien équipier australien, Matthew Goss, parti sous les couleurs d'Orica-GreenEDGE. Quatre fois deuxième d'étape sur le récent Tour de Turquie,  le coureur de Tasmanie pêche encore par son placement, et non forcément par sa puissance reconnue l'an dernier sur Milan-Sanremo notamment. Il bénéficiera en outre d'une équipe quasiment dédiée à sa cause pour aller remporter un deuxième succès d'étape sur la course rosée.

Mais derrière, il y a la jeune garde italienne. En tête, Andrea Guardini, âgé de 22 ans et déjà détenteur d'un palmarès détonnant de 17 succès depuis le début de sa jeune carrière professionnelle l'an dernier. Le leader de la Farnese Vini n'a pas autant brillé que l'an dernier sur le Tour de Turquie mais a réaffirmé qu'il allait sur les côtes asiatiques pour avant tout se préparer. "Le but, c'était de tourner les jambes en Turquie pour arriver en pleine condition dès le début du Tour d'Italie", s'est-il exclamé. Une confiance qui démontre la force de frappe du jeune sprinter pour son premier Giro. Son compatriote Sacha Modolo sera également à surveiller, au vu de ses récentes performances, notamment sur le Tour de Turquie, malgré une équipe bien moins aisée dans les sprints massifs. Qu'importe, le sprinter de 24 ans a déjà l'habitude de se frotter aux meilleurs, malgré l'absence de résultats significatifs (à part un Top-10 en 2010 et 2011) sur la course au maillot rose. Et en l'absence d'Alessandro Petacchi, qui a privilégié le Tour de France cette année, les deux coureurs italiens seront bien soutenus par les fans transalpins.

L'autre représentant de cette jeune génération est français et se nomme Arnaud Démare. Sensation de ce début de saison après ses succès au Tour du Qatar et sur le GP Samyn, le grand coureur de 20 ans a longtemps été hésitant en vue du Giro mais sera finalement bien de la partie pour le premier Grand Tour de sa carrière. Sa pointe de vitesse risque de faire des ravages mais attention à la récupération sur les trois semaines de course... Pour Tyler Farrar également, ce Giro sera particulier, surtout en hommage pour son meilleur ami disparu sur ces routes italiennes voici un an, Wouter Weylandt. "Je veux gagner pour lui", a répété le Gantois d'adoption, toujours à la recherche de sa première victoire de la saison. Tout comme le Norvégien Thor Hushovd, qui a déclaré viser un succès d'étape... et le maillot rose. Il serait temps pour l'équipe BMC à la recherche d'une victoire significative...

Le rendez-vous des purs rouleurs

cyclisme,giro,tour d'italie,mark cavendish,tyler farrar,matthew goss,andrea guardini,taylor phinney,gustav erik larssonBon, ce Giro 2012 n'obtiendra pas la palme des contre-la-montre face au Tour de France qui comptera plus de 100 bornes en solo. Mais les spécialistes de l'épreuve individuelle auront de quoi faire avec deux chronos en solitaire et un contre-la-montre par équipes. Et les efforts s'annoncent intenses entre des parcours sinueux et des lignes droites parfaites pour les rouleurs. De quoi permettre à Taylor Phinney, pur talent de 21 ans de l'équipe BMC, de se dévoiler enfin au grand public pour le premier Grand Tour de sa jeune carrière. Le coureur américain a déjà confirmé son endurance sur l'Eneco Tour ou le Tour du Trentin par le passé, mais devrait profiter de ce Giro pour frapper un grand coup. Surtout à l'occasion du prologue de 8,1 kilomètres dans les rues d'Herning.

Dixième sur le prologue du Tour de Romandie à Lausanne, le Danois Alex Rasmussen apparaît également en grande condition en vue de la course au maillot rose. Plutôt habitué des distances courtes, il sera donc à surveiller sur la première étape danoise. De même que le Britannique Geraint Thomas, vainqueur en Romandie et concentré tant sur les contre-la-montre courts que longs. Le Suédois Gustav Erik Larsson sera de son côté bien plus attendu sur le chrono final du côté de Milan, où les routes sinueuses et les longues avenues devraient lui convenir à merveille, lui qui aime les relances. Enfin, attention à Jack Bobridge, pas encore à la fête cette saison mais tout de même cinquième des derniers Mondiaux de la spécialité, à Copenhague. Bref, les rouleurs auront de quoi faire...

> Retrouvez toutes les informations sur le Tour d'Italie sur notre page spéciale

Grégory Ienco - Photos: Team Sky et BMC Racing Team

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.