Amstel Gold Race: Gasparotto, celui qu'on n'attendait pas

Catégories : Route

uci,amstel,cyclisme,gilbert,evansLa première manche des Ardennaises se solde par une arrivée en force, où les vedettes ne prirent pas la peine de se montrer (en pensant à Evans, Schleck), mais où certains se montrèrent plus qu'à leur avantage. Si on vit une très longue échappée d'un groupe de neuf hommes, il nous faut signaler la très bonne tenue de jeunes coureurs, comme Romain Barbet et Alex Howes. Mais aussi, le retour aux affaires de Philippe Gilbert, très bien épaulés par ses adjoints (et non co-leaders). La victoire sera signée par Gasparotto, qui règle au sprint Vanendert et Sagan, après un final dédié à Oscar Freire.

La première attaque de la journée fut à mettre à l'actif de Kevin Hulsmans, Grégory Habeaux, Joeri Krivtsov, Brian Bulgac en Athony Roux, mais ces derniers ne pouviaent concrétiser et se voyaient rapidement repris.

Par contre, une solide initative d'hommes visiblement en forme se dessinait et on trouvait aux commandes les Romain Bardet (AG2R), Pello Bilbao (Euskaltel), Kreder (Garmin), Alex Howes (Garmin), Steven Caethoven (Accent Jobs), Cédric Pineau (FdJ) et Simone Stortoni (Lampre) avec 2'40" sur le peloton. Sébastien Delfosse (Landbouwkrediet) et Eliot Lietar (Topsport Vlaanderen) suivaient à 30". Ces deux hommes reprenaient les fuyards, et très vite leur avance allait progresser. Après deux heures de courses, douze minutes d'avance pour le groupe en tête. Ils eurent jusqu'à 13', mais savaient parfaitement bien qu'ils n'iraient pas au bout.

Au passage du Cauberg (où se disputeront les prochains championnats du monde, le 23 septembre), alors qu'il reste 75 km, les hommes de tête possédaient un peu moins de cinq minutes. Au peloton, on gère… Cela redevient une habitude. Mais pour ce qui est du questionnement de Philippe Gilbert, et de la formation BMC, on s'interroge sur la tactique et surtout sur la forme de certains. Ce fut le cas de Cadel Evans, l'ex-maillot irisé) qui fut lâché, et dont personne ne peut –au moment du passage de la "montagne" néerlandaise- savoir s'il est toujours dans la course. Il devait d'ailleurs abandonner.

Pour le reste, ce fut une explication, non pas entre le peloton et les fuyards, mais bien au sein de ces derniers. De neuf, on passait à sept puis deux. Ce fut Bardet et Howes qui furent les plus actifs, se détachant dans les bosses, pour encore avoir 46" d'avance à 22 bornes du but. Au peloton, les défections se font par l'arrière, sans savoir qui est en forme ou pas. Les équipiers vont se placer pour les dernières difficultés (Kruisberg, Eyserbosweg, Fromberg, Keutenberg et Cauberg) et ouvrir la route pour leurs leaders. Dans cet exercice, les BMC se montrent, et Van Avermaet sera le premier à déclencher les hostilités. Pendant le même temps, à l'arrière Vandenbroeck (qui a chuté) et Samuel Sanchez se font décramponner. Mauro Santambrogio (BMC) se met à plat ventre pour Philippe Gilbert, après lui tous les coureurs se contentent de suivre le rythme.

Vingt kilomètre et 28" pour le duo de tête. Un moment Simone Ponzi (Astana) fit mine de fausser compagnie au peloton, mais sans grand espoir. Par contre le jeune Romain Bardet (AG2R) appuie un peu plus sur les pédales et lâche son dernier compagnon d'échappée, l'autre néo-pro Alex Howes (Garmin). Ce dernier finira par revenir dans la roue du Français, pour poursuivre l'aventure.

Le souffle de la meute se fait sentir, et toujours les BMC aux avant-postes. Encore trois "bergs", et que c'est difficile pour les échappés. Le Keutenberg se fait à "l'arrache", aussi bien pour le duo de tête que pour les premiers du peloton. Pour les autres, ils reviendront l'année prochaine. Bardet passe en tête devant Howes. Au peloton, Van Avermaet prend les devants, suivi de Gilbert, et les rescapés, comme Frank Schleck, Gasparotto, Freire, Vockler, et consorts. Le jeune bardet fut repris à 9 km de l'arrivée, et la course commençait.

Enfin... Attaque de Thomas Vockler (Europcar), emboité par Peter Sagan (Liquigas). Mais tout le monde revient. Nouvelle attaque, celle d'Oscar Freire (Katusha), et là personne ne réagit. Quelques centaines de mètres, et le peloton se réveille. Toujours les BMC, avec encore et toujours Van Avermaet. Le final promet, et l'ascension du Cauberg sera palpitante. Le premier en mouvement fut Niki Terpstra (OPQS), qui déclenche la poursuite sur Freire, sans pour autant le rejoindre avant le pied du Cauberg. Cette longue montée effectuée sous un tympo fou. Philippe Gilbert attaque, toujours derrière Freire, mais c'est finalement Enrico Gasparatto (Astana) qui prend la mesure de Jelle Vanendert (Lotto Belisol) et Peter Sagan (Liquigas).

Robert Genicot

Les résultats:

1 Enrico Gasparotto (Ita) Pro Team Astana 6:32:35  
2 Jelle Vanendert (Bel) Lotto Belisol Team    
3 Peter Sagan (Svk) Liquigas-Cannondale 0:00:02  
4 Oscar Freire Gomez (Spa) Katusha Team    
5 Thomas Voeckler (Fra) Team Europcar    
6 Philippe Gilbert (Bel) BMC Racing Team    
7 Samuel Sanchez Gonzalez (Spa) Euskaltel - Euskadi    
8 Fabian Wegmann (Ger) Garmin-Barracuda 0:00:04  
9 Rinaldo Nocentini (Ita) AG2R La Mondiale    
10 Bauke Mollema (Ned) Rabobank Cycling Team    
11 Maxim Iglinsky (Kaz) Pro Team Astana    
12 Frank Schleck (Lux) Radioshack-Nissan    
13 Elia Favilli (Ita) Farnese Vini - Selle Italia    
14 Dries Devenyns (Bel) Omega Pharma-Quickstep 0:00:09  
15 Ryder Hesjedal (Can) Garmin-Barracuda    
16 Nicki Sörensen (Den) Team Saxo Bank 0:00:12  
17 Daniel Moreno Fernandez (Spa) Katusha Team    
18 Thomas Dekker (Ned) Garmin-Barracuda    
19 Rui Alberto Faria Da Costa (Por) Movistar Team    
20 Simon Gerrans (Aus) GreenEdge Cycling Team 0:00:19  
21 Sergio Luis Henao Montoya (Col) Sky Procycling    
22 Alejandro Valverde Belmonte (Spa) Movistar Team 0:00:22  
23 Karsten Kroon (Ned) Team Saxo Bank    
24 Joaquin Rodriguez Oliver (Spa) Katusha Team    
25 Romain Bardet (Fra) AG2R La Mondiale 0:00:30  
0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.