Paris-Tours, un air de fin de campagne

Catégories : Webzine

cyclisme,paris-tours,van avermaet,marcato,chavanel,gilbert,aso,fdj,arnaud gérard,frédéric guesdonCourue dimanche dernier, la 105è édition de Paris-Tours sentait la fin de campagne pour beaucoup de monde. Après une longue saison, la Classique des feuilles mortes représentait pour nombre de coursiers l’une des dernières échéances de l’année cycliste.

Réunis à Voves, les 188 coureurs alignés au départ commençaient déjà à parler de leur saison respective au passé. Du côté des suiveurs, l’ambiance était sensiblement la même. Chacun se préparait pour couvrir un des derniers grand-rendez-vous cyclistes en France pour le compte de la session 2011.

Pour les autochtones de la cité d’Eure-et-Loir, le départ de la course organisé par ASO sur le pas de leur porte était aussi la dernière chance de voir « en chair et en os » certains héros du Tour et plus largement de la saison. C’était aussi la fin de campagne (ou presque) pour certains électeurs qui demandaient leur chemin pour trouver le bureau de vote pour les primaires socialistes. Certains Vovéens demandaient poliment : "Pardon monsieur, il est où le bureau de vote pour les primaires ?" et la réponse embarrassée des suiveurs : "Eh bien, je ne suis pas d’ici ! Désolé !". C’est vrai que dans un jour pareil, on en sait plus qui vient pourquoi à Voves.

Pourtant le grand barnum cycliste prend peu à peu ses marques. Les coureurs, les suiveurs se retrouvent peu à peu sous le ciel couvert…aucun doute on est bien en automne ! La feuille de départ signée, chacun attend le feu vert de Christian Prudhomme pour s’élancer en direction de Tours.

cyclisme,paris-tours,van avermaet,marcato,chavanel,gilbert,aso,fdj,arnaud gérard,frédéric guesdonC’est parti pour 230,5 km. A peine les 1ers tours de roues effectués, chacun  pense déjà à un succès évidemment très attendu de Mark Cavendish. Ce serait tout simplement logique vu le relief proposé par cette compétition dont chacun aime à rappeler qu’elle est réservée aux sprinters !

Le tout récent champion du monde est d’ailleurs très concentré. La possibilité de rentrer dans l’histoire de Paris-Tours en étant le 1er maillot arc-en-ciel à s’imposer avenue de Grammont est forcément dans un coin de sa tête.

A peine le temps d’échafauder un scénario pour la journée à venir que la 1ère échappée se forme avec 4 athlètes. Ils seront rapidement rejoints ensuite par 3 autres coureurs. Leur avance prend peu à peu de l’ampleur.

Dès lors que le capital des fuyards atteint les 11 minutes après 47 kms, les bords de route s’impatientent : "Mais que fait le peloton ?". Tous les observateurs se rassurent : "Quand ils vont mettrent en route derrière, ça va être une autre course !".

C’est alors que l’on aperçoit les coéquipiers du Cav’ et les Rabobank d’Oscar Freire, le tenant du titre, se montrer en tête du peloton pour réduire l’écart. Et l’opération est un succès, les fuyards sont revus. La vox populi le savait bien sur : "C’était obligé ! C’était sur ! Je te l’avais dis !". Il reste 80 bornes. Les choses sérieuses vont commencer ! On entend l’hélico, c’est un signe.

On a pas encore repris nos esprits que ça repart à l’avant. La course est de plus en plus mouvementée. Les tentatives fusent de partout. Puis la situation devient plus claire. Thou s’aplanait. Tout se met en place peu à peu avant un nouveau coup de tonnerre, Arnaud Gérard part seul ! Le champion du monde sur route juniors 2002 aimerait imiter son coéquipier Frédéric Guesdon, lauréat à Grammont en 2006.

Mais la côte de Beau-Soleil sonne le glas des ambitions du coureur de la FDJ, il rejoint et très vite distancé par le duo qui va bientôt se disputer la victoire : Van Avermaet-Marcato. Derrière les cadors tentent de s’extirper tant bien que mal pour faire sauter les derniers verrous de ce qui reste du peloton, les champions sont de sortie dans les derniers kilomètres, le bleu-blanc-rouge de Chavanel et le noir-jaune-rouge de Gilbert se montrent…en vain, il est trop tard !

Les regards se tournent désormais vers les 600 mètres de ce que l’avenue de Grammont a pu conserver de praticable pour maintenir la légende de l’arrivée tourangelle. Les 2 coureurs s’observent, Marcato (Vacansoleil) reste sur une victoire récente au Tour de Vendée, il y a juste une semaine ; quant à Van Avermaet (BMC), il aimerait confirmer une belle campagne (on y revient !) de classique 2011 où on l’a vu se mettre en évidence à San Remo, à Liège mais aussi à Saint-Sébastien pour une place sur le podium.

Aux 300 mètres, le pensionnaire de l’équipe américaine lance l’offensive vers la ligne d'arrivée, ellecyclisme,paris-tours,van avermaet,marcato,chavanel,gilbert,aso,fdj,arnaud gérard,frédéric guesdon sera décisive. Le Belge peut lever les bras et savourer sa victoire. Tout le monde du vélo réunit à Tours s’accorde sur le succès mérité du puncheur de Lokeren qui inscrit une ligne prestigieuse à son palmarès et confirme aussi la valeur de la formation BMC sur l’ensemble de la saison.

C’est l’heure du traditionnel protocole.  Ce sont les derniers moments avant de « gicler » vers les quelques épreuves qui restent à disputer. Il est l’heure à présent de s’intéresser à une autre campagne, politique celle-ci ! 

 

Reportage Ludovic Gouret à Tours

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.