Wilco Kelderman: "Je suis devenu l'homme à battre"

Catégories : Entretiens, Webzine

cyclisme,entretien,wilco kelderman,rabobank continentalDepuis plusieurs saisons, l’équipe néerlandaise Rabobank accueille des talents qu’elle a elle-même formé au sein de son team Continental. Pieter Weening, Tom Stamsnijder, Joost Poosthuma, Dennis Van Winden, Tom-Jelte Slagter ou récemment les bijoux Steven Kruijswijk et Bauke Mollema. Pour 2012, Erik Breukink et son staff ont décidé de promouvoir un autre talent batave: Wilco Kelderman. Présentation.

Né le 25 mars 1991, ce coureur complet affole la catégorie espoirs depuis deux saisons. L’an passé, victoire au difficile Tour d’Alsace, troisième place au relevé Tour du Gévaudan, ainsi qu’en début de printemps au Triptyque des Monts-et-Châteaux. Et dixième place au Tour de l’Avenir. Cette saison, les performances continuent d’être très positives: il a remporté le très révélateur Tour de Thuringe, le chrono des championnats nationaux et le Tour de Norvège. De placé régulier, le Néerlandais est passé à vainqueur insatiable. Si bien que Rabobank lui a donc proposé un contrat pour devenir professionnel en 2012, le présentant comme « un excellent produit de la formation de Piet Kuys et Arthur van Dongen. »

"Continuer chez Rabobank: logique"

Le garçon d’un mètre 85 pour 64 kilos est enthousiaste de franchir le Rubicon: « J’ai la chance depuis deux ans d’évoluer au sein d’une formation fantastique. Je peux m’appuyer sur des directeurs sportifs qui m’ont aidé à grandir et mes coéquipiers sont extraordinaires. Continuer chez Rabobank était la suite logique de ma carrière. » Car le garçon sait ce qu’il veut. Pour sa première année dans le peloton professionnel, il a déjà fixé ses objectifs. « La différence va indéniablement se faire sentir. Le niveau sera plus élevé, la vitesse aussi. Je devrai dans un premier temps chercher à me développer physiquement et apprendre. Ensuite, dans un second temps, j’espère pouvoir réaliser de très bons résultats dans les épreuves contre-la-montre. J’ai la chance de pouvoir faire partie d’une grande équipe et j’espère ne pas les décevoir en leur offrant d’excellentes prestations. »

"J'ai réussi à être constant et à m'adapter"

Mais revenons en arrière. Wilco Kelderman, qui rêve d’accrocher à son palmarès un Grand Tour, se fait remarquer dès les catégories cadets. Il poursuit son ascension dans le milieu de la petite reine enchaînant les victoires. Avant d’arriver en 2010 chez les espoirs. Bien qu’étant «première année », il se fait très vite remarquer. « J’ai dû faire face aux différents changements avec la catégorie juniors. Cependant, j’ai réussi à être constant et à m’adapter. Cela m’a permis de remporter de très belles victoires comme le Tour d’Alsace mais également cueillir de très belles places comme aux Triptyque des Monts-et-Châteaux. » Ainsi le jeune homme au visage d’ado pré-pubère a pu compter sur l’aide de son team manager Piet Kuys qui a tout de suite remarqué ses capacités. « Wilco a tout de suite démontré qu’il était très fort au chrono et en montagne", dit-il. "On a travaillé sur des détails mais on voit le résultat. »

Chute à Liège-Bastogne-Liège espoirs

Une progression qui s’est poursuivie durant la première partie de cette saison. Qui « est actuellement très bonne » à son sens. Le départ fut pourtant délicat : « Au début, je n’étais pas très bien. D’ailleurs, lors de ma première course, je me suis cassé la clavicule et je suis tombé à Liège-Bastogne-Liège espoirs. J’ai dû récupérer et je suis parti en stage. J’en suis revenu en excellente forme. Je me suis alors aligné sur le Tour de Norvège que j’ai remporté », explique la promesse batave. Se sont ensuite ajoutés le succès sur le chrono des championnats des Pays-Bas et récemment deux victoires ainsi que le classement final sur le Tour de Thuringe, épreuve où John Degenkolb s’est révélé. « Pour tout cela, je dois en premier remercier mes équipiers. Dans chacune des courses gagnées, ils m’ont très bien protégé des dangers. Je devais finaliser. Mon statut a changé dans le peloton? C’est évident. Tu gagnes et la pression augmente. Les autres te regardent et ils savent que tu es l’homme à battre. »

Et la saison est loin d’être finie pour Wilco Kelderman. Il a déjà pris rendez-vous sur le Tour d’Alsace, le Tour de l’Ain et le Tour de l’Avenir. Trois courses qui risquent très bien de lui convenir. « L’année passée, j’ai remporté le Tour de l’Alsace. La première grande course de ma carrière. Je tiens de nouveau à bien y figurer. Tout comme au Tour de l’Avenir qui sera très difficile. Mais je serai prêt. » Avant d’aller faire les beaux jours de Rabobank, catégorie pro cette fois-ci.

Par Jérôme Christiaens - Photo: Rabosport

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.