Saison 2010: les choix de la rédaction

Catégories : Rétro 2010

Pineau et Chavanel - Tour 2010.jpg2010, grand cru ou saison de désillusions? L’année a en tout cas été chargée dans un monde cycliste où les cas de dopage n’ont pas encore disparu et où les victoires du panache ont heureusement encore lieu d’être. Du côté de CyclismeRevue, les avis sont partagés quant à cette dernière saison. Mais l’opinion reste la même pour 2011: l’optimisme doit être de mise. C’est comme cela que la Petite Reine s’en sort grandie au fil des années.

Par la rédaction de CyclismeRevue.

Les coups de cœur de la saison 2010

Robert Genicot

1. La très belle saison de Philippe Gilbert qui, malheureusement, ne se ponctuera pas par un maillot irisé.

2. Un grand départ du Tour de France, à Rotterdam, organisé de main de maîtres par nos voisins néerlandais et qui laissera des souvenirs à plus d'un...

3. La formidable première partie de la saison 2010-2011 en cyclo-cross, voyant de très beaux duels, de grandes moments de bonheur, mais aussi de déceptions pour Sven Nys, par exemple. Le retour de Niels Albert, la constance de Zdenek Stybar (malgré sa blessure), et l'arrivée de jeunes loups comme Tom Meeusen.

Ludovic Gouret

1. La victoire de Thor Hushovd lors des championnats du Monde de cyclisme sur route: un beau vainqueur qui fera du bien au vélo, comme son prédécesseur Cadel Evans.

2. Le succès de Jérôme Pineau lors de la 5ème étape du Tour d’Italie, le classement final de l’échappée du Giro qu’il remporte également et ses 9 jours avec le maillot à pois sur le Tour de France qui démontrent que le port de ce même maillot pendant 6 jours en 2006 n’était pas un hasard. Le Nantais a pu faire tourner les évènements en sa faveur, après être passé de très nombreuses fois près du but.

3. Les 6 victoires d’étape dans le Tour de France remportées par des cyclistes français (Sylvain Chavanel par 2 fois, Sandy Casar, Christophe Riblon, Thomas Voeckler et Pierrick Fédrigo) et le classement de la montagne enlevé par Anthony Charteau.

Grégory Ienco

1. L'ambiance qui régnait à Remouchamps, fief de Philippe Gilbert, lors de la course des élites des championnats du Monde de cyclisme sur route. Même s'il était une heure du matin, les cris et la ferveur étaient déjà bien présents pour encourager l'enfant du village, finalement battu dans les dernières minutes de l'épreuve.

2. Cadel Evans surgissant dans les derniers mètres du Mur de Huy pour devancer Alberto Contador sur la ligne d'arrivée de la Flèche Wallonne. Le maillot de champion du monde a donné des ailes à l'Australien.

3. Le Tour d'Italie a été spectaculaire, impressionnant et magistral. Voici comment décrire ce dernier Giro, qui a été l'un des meilleurs Grands Tours de cette dernière décennie. Avec, finalement, un vainqueur, Ivan Basso, qui a totalement mérité son deuxième maillot rose.

Les coups de gueule de la saison 2010

Robert Genicot

1. Aux organisateurs du Tour des Flandres, pour leur constance dans la non-reconnaissance de sites Internet d'information cycliste.

2. La constance aussi dans le chef de l'UCI pour ne pas prendre les mesures adéquates en ce qui concerne le dopage, du moins bien trop tardives. L'UCI semble se laisser influencer par le "fric", comme quoi: "que vous soyez riches ou pauvres..." Certains sont bannis de suite, d'autres ont largement le temps de préparer leur défense pendant des mois, comme si on voulait étouffer leurs affaires.

3. A Stijn Devolder, le champion national et ancien vainqueur du Tour des Flandres, qui fut l'un des plus anonymes du peloton par la suite.

Ludovic Gouret

1. Le feuilleton "Contador" et l’affaire de son contrôle "anormal" au clenbutérol qui se traîne en longueur. Le cyclisme n’a pas besoin de cette histoire qui le salit encore un peu plus.

2. Le nombre d’équipes françaises au niveau ProTour qui se réduit au strict minimum. AG2R-La Mondiale sauve l’honneur hexagonal. Pour les autres formations françaises, évoluant donc en Continental Pro (Bretagne-Schuller, Cofidis, FDJ, Saur-Sojasun et Team Europcar), il ne reste plus qu’à espérer décrocher des invitations pour participer aux plus grandes épreuves du calendrier mondial.

3. Le vélo à moteur électrique de Fabian Cancellara. Info ou intox? Bien que de nombreuses vidéos aient été diffusées, rien n’a pu être véritablement prouvé. On se retrouve alors avec un gros point d’interrogation sur la valeur réelle des succès du coureur suisse lors du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix.

Grégory Ienco

1. A Spa, le public attendait depuis des heures, sous la pluie, l'arrivée des coureurs du Tour de France. Ils allaient exulter pour Sylvain Chavanel, vainqueur en solitaire, et puis rapidement déchanter à la vue du peloton, qui arrivait à allure réduite sur la ligne d'arrivée. Le terrain était dangereux, mais pas au point de priver les spectateurs du sport qu'ils sont venus admirer.

2. Alexandre Vinokourov s'imposait sur les hauteurs de Ans pour la seconde fois. Le public liégeois ne lui rendait pas vraiment, huant le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège. Le Kazakh n'en avait cure. Jusqu'à la conférence de presse, où il s'énervait quelque peu lorsqu'on lui parlait dopage. Difficile d'échapper à son passé.

3. Un bras d'honneur, une erreur. Mark Cavendish était frustré depuis quelques semaines et il a tout lâché sur le Tour de Romandie. Ce comportement a provoqué sa descente aux enfers, avant une belle remontée sur le Tour de France.

Les attentes pour la saison 2011

Robert Genicot

1. Le retour aux premiers plans de Tom Boonen, avec le souci de ne plus toucher à la ligne blanche...

2. En l'année pré-olympique, pouvoir constater de vraies révélations, des moments choisis de batailles "pédaliques", et obtenir un nouveau champion du Monde à Copenhague.

3. Le vrai retour du sport cycliste, avec des courses "non organisées" et laissant aussi un peu de liberté (non télévisée) aux baroudeurs.

Ludovic Gouret

1. Que le monde du cyclisme nous apporte de beaux moments de sport. Que tous les champions de la Petite Reine nous fassent vivre des exploits dans le respect de l’éthique sportive. Il serait bon de ne pas se poser de questions à chaque coup de pédale.

2. Voir le niveau général du cyclisme français monter d’un cran pour rivaliser avec les meilleurs représentants des autres nations dans les épreuves de très haut niveau.

3. Avoir des courses un peu plus “folles” dans leur scénario, que les champions apportent leur panache et osent mettre le feu à la course.

Grégory Ienco

1. Enfin de la hargne et du combat sur le Tour de France. Les gestes amicaux entre Andy Schleck et Alberto Contador étaient bien jolis pour la caméra mais il faut un vrai duel pour animer la plus grande course (au niveau médiatique) du monde.

2. Un apaisement des tensions entre l'Union Cycliste Internationale et les "grands organisateurs", pour éviter que l'internationalisation du cyclisme se fasse au détriment des épreuves historiques.

3. Plus de clarté dans la communication de ce fameux Team Luxembourg/Leopard. Bryan Nygaard veut absolument tout contrôler mais il lui faudra être plus souple pour confirmer le talent de sa formation.

<embed type="application/x-shockwave-flash" width="500" height="306" src="http://www.youtube.com/v/YSf3TWjL97U?fs=1&hl=fr_FR&color1=0x2349

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.