Oreillettes: les coureurs veulent se faire entendre

Catégories : Webzine

Cadel Evans - BMC - oreillettes.pngLe débat est loin d’être conclu : les oreillettes font toujours autant parler dans les pelotons. Des compromis provisoires ont été trouvé entre l’Union Cycliste Internationale (UCI) et l’Association des Groupes Cyclistes Professionnels (AIGCP) alors que les coureurs, directement concernés par l’interdiction de la radio, réclament toujours de faire entendre leur voix. Du coup, les rumeurs d’une grève le samedi 26 mars sur diverses épreuves se font de plus en plus pressantes.

Dans une interview accordée au site Cyclingnews, le président des Cyclistes Professionnels Associés (CPA) Gianni Bugno a confirmé que le peloton était loin d’être d’accord avec la décision de l’UCI d’interdire les oreillettes au fil des saisons. Selon l’ancien champion du monde, la fédération internationale devrait revoir ce règlement sur les radios avant de nouvelles protestations de la part des coureurs dans les prochaines semaines. « L’UCI est en charge de ce sport et il nous représente tous, mais il se doit aussi de tous nous écouter », confie Bugno. « Nous voulons un dialogue avec eux afin de trouver un compromis, l’UCI ne peut décider de règles unilatérales et nous les imposer ».

« Désolés si cela mène à l’annulation »

« Si les dirigeants de notre sport ne nous écoutent pas, nous sommes prêts à protester une nouvelle fois le 26 mars prochain sur le Critérium International, la Semaine Coppi et Bartali ainsi que sur le GP E3 », continue Bugno. « Nous sommes désolés si cela mène à l’annulation de ces courses mais je pense que les coureurs ont le droit de manifester leur mécontentement car cela concerne leur sécurité et leur droit d’être impliqué dans des décisions qui les concernent ».

La sécurité revient donc une nouvelle fois dans le débat. Même si Bugno affirme que tous les coureurs ne sont pas forcément contre l’interdiction de cette oreillette. « Si Gilbert ou une équipe ne veut pas utiliser ces radios, ils n’ont pas à le faire. Mais les membres ont voté en majorité et m’ont mandaté pour les représenter ».

« Une ambulance à contresens »

Le champion du monde Thor Hushovd a également réitéré l’argument de la sécurité sur le site du magazine norvégien Pro Cycling. « Je pense que nous devrions autoriser les radios pour des raisons de sécurité. Ces règles de l’UCI viennent d’un vieux monsieur qui s’assied et discute de sa propre manière de faire les choses. (…) Il y avait notamment une ambulance qui venait à l’opposé de la course durant le Strade Bianche, le week-end dernier. Nous devions être prévenus de ce genre de choses. Cela peut aussi nous être utile d’avoir des informations sur les travaux ou les tunnels mal éclairés. Des faits comme ceux-là peuvent faire peur mais cela peut aller mieux si on le sait avant ».

Thor Hushovd n’a pas signalé s’il souhaitait également faire grève le 26 mars prochain comme dans le reste de l’Europe. Une fois de plus, ce sont les organisateurs des courses qui vont pâtir de ce débat entre coureurs, équipes et l’UCI. Après le Tour de San Luis et le Challenge de Majorque, les oreillettes vont encore faire des dégâts…

Photo: Flickr/CC cas_ks

0 Commentaire Lien permanent Imprimer

Les commentaires sont fermés.